CEO Suisse n°2004-2 oct 04 à fév 2005
CEO Suisse n°2004-2 oct 04 à fév 2005
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2004-2 de oct 04 à fév 2005

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : PricewaterhouseCoopers

  • Format : (230 x 280) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : le marché chinois.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
Taux d’intérêts hypothécaires : La valeur locative propre subsiste. Mais comment financer au mieux la propriété du logement ? La nouvelle réglementation relative à l’imposition du logement a été rejetée en même temps que le paquet fiscal. Il est donc clair que rien ne changera ces prochaines années à l’imposition de la valeur locative propre. Les propriétaires de logements ont tout intérêt à analyser la situation. marcel.widrig@ch.pwc.com 1 Les intérêts sur le marché financier et celui des capitaux n’ont cessé de baisser depuis trois ans, raison pour laquelle les durées courtes se sont révélées très avantageuses même pour les financements immobiliers à long terme. Face à la remontée des taux qui se dessine actuellement, il convient de soumettre cette stratégie à un examen critique. On a pour ce faire le choix entre l’hypothèque libor et celle à taux fixe pour calculer les coûts avec des scénarios d’intérêt différents – par exemple une hausse modérée et une hausse marquée des taux. Une hypothèque fixe sur cinq ans coûte actuellement environ 3,7%, une hypothèque libor environ 1,8%. Si les taux 1 Marcel Widrig est associé, Conseil juridique et fiscal, Zurich. 32 ceo/expertise pwc remontent de 0,5 point par an d’ici cinq ans, l’hypothèque libor coûtera 3,8% la cinquième année. Cela représente en moyenne 2,8%, soit toujours 0,9 point de moins que l’hypothèque à taux fixe. Pour une hypothèque de 500 000 CHF, l’hypothèque libor est donc de 22 500 CHF plus avantageuse sur cinq ans. Pour une hausse de, par exemple, 1 point par an, la comparaison revient en faveur de l’hypothèque à taux fixe. Quiconque se montre pessimiste en matière de prévisions conjoncturelles et table sur des taux durablement bas s’en tiendra au financement orienté sur le court terme. Placements à taux fixe Compte tenu de la remontée attendue des taux d’intérêt, des questions se posent, et pas seulement en matière de financement. En ce qui concerne les placements, L’amortissement indirect de l’hypothèque entraîne une économie considérable dans cet exemple. Exemple : Le contribuable A domicilié à Zurich a un revenu net imposable de CHF 250000 (taux marginal actuel 40%). Son logement est grevé d’une hypothèque de CHF 1500000 qui est amortie sur 20 ans à raison de CHF 25000 p.a. Amortissement Amortissement direct indirect Amortissement et/ou versement dans la prévoyance professionnelle fiscalement privilégiée (piliers 2b, 3a) 500 000 500 000 1 Intérêts hypothécaires, taux d’intérêt 4% 1010 000 1200 000 Différence d’impôt sur le revenu compte tenu de la progression 2 75 238 - 187 093 Total sortie de fonds 1585 238 1 512 907 Liquidité supplémentaire après 20 ans 72 331 Hypothèque 1500 000 1500 000 Amortissement après 20 ans 500 000 593 564 3 Hypothèque résiduelle 1000 000 906 436 Amortissement suppl. hypothèque après 20 ans 93 564 1 Constitution d’un capital de prévoyance fiscalement privilégié (piliers 2b, 3a), taux d’intérêt 3% p.a. 2 Base de comparaison = charge fiscale globale en l’absence d’amortissement 3 Piliers 2b et 3a y compris intérêt, net après déduction de l’impôt spécial sur le versement les considérations sont en principe les mêmes que pour les crédits, mais avec un signe inversé. Celui qui entend actuellement se prémunir par des mesures de couverture contre la hausse des taux d’intérêt devrait dès lors réexaminer aussi les durées du portefeuille d’obligations. Par conséquent, les durées devraient soit être réduites en remplaçant les obligations à long terme par des obligations à court terme, soit être garanties à l’aide de dérivés sur taux. Amortir indirectement Au moment de rembourser une hypothèque, on fera une distinction, du point de vue fiscal, entre amortissement direct et indirect : dans le premier cas, on rembourse chaque année un montant constant, ce qui entraîne une baisse de la dette hypothécaire et des intérêts hypothécaires fiscalement déductibles. Dans l’amortissement indirect, les montants annuels ne servent pas à rembourser l’hypothèque mais à constituer un patrimoine distinct dans le cadre d’une solution proposée par une banque ou une compagnie d’assurance. Si cela se fait dans le cadre d’une solution de prévoyance bénéficiant d’un privilège fiscal, les versements pourront en outre être déduits des impôts. Avec un remboursement fiscalement privilégié (encouragement à la propriété du logement) après l’expiration d’une certaine durée, la dette hypothécaire sera amortie. L’incidence fiscale des intérêts hypothécaires subsiste pendant toute la durée de l’amortissement. Conclusion : Les plans de financement pour la propriété du logement devraient tenir compte de la situation de fortune globale et du revenu du contribuable. Il est donc recommandé de faire analyser sa situation personnelle dans le cadre d’une planification fiscale et financière privée afin de pouvoir prendre les mesures qui s’imposent.
Evénements, études et analyses : Comment accéder au savoir de nos experts. Publications : Etude : « Wo steht die Leistungsbeurteilung in der öffentlichen Verwaltung ? » (Où en eston avec l’appréciation des prestations de l’administration publique ?) Les entretiens avec les collaborateurs sont tout à fait institutionnalisés dans l’administration comme instrument central de gestion et de communication, mais ils ne sont que partiellement utilisés dans d’autres domaines de l’administration, telles les écoles, la police et la santé, ainsi que dans les entreprises de transport. Il existe en outre des différences qualitatives, suivant le domaine et l’administration, dans la réalisation des entretiens avec le personnel et la garantie de leur application uniforme. Une surveillance et un pilotage systématiques des objectifs élaborés au cours de ces entretiens font toujours défaut. Tels sont les principaux résultats de l’étude « Wo steht die Leistungsbeurteilung in der öffentlichen Verwaltung ? », disponible en allemand uniquement. Cette étude repose sur une enquête menée auprès de 25 administrations cantonales et communales de Suisse alémanique et auprès de l’administration fédérale. Elle peut être obtenue gratuitement sous forme de fichier PDF auprès de sonja.jau@ch.pwc.com. Informations et contact : prisca.freiburghaus@ch.pwc.com Etude : « Wie aktives Working Capital Management die Performance steigert » (Comment la gestion active du capital améliore les performances) Il existe un rapport important entre la réduction du Working Capital et l’augmentation de la rentabilité d’une entreprise, comme le montre une analyse sur une longue période auprès d’entreprises cotées en Bourse en Suisse. Les entreprises suisses cotées qui, entre 1997 et 2002, ont le plus fortement réduit leur Working Capital Ratio, ont augmenté de 7,7% leur marge EBITDA. La réduction du Working Capital ne permet pas seulement d’augmenter le Free Cash Flow et donc la valeur de l’entreprise mais abaisse aussi les coûts tels coût du capital, coût de stockage et coût de gestion des créances. L’étude « Wie aktives Working Capital Management die Performance steigert », disponible en allemand uniquement, peut être obtenue gratuitement sous forme de fichier PDF auprès de sonja.jau@ch.pwc.com. Informations et contact : martin.e.buechel@ch.pwc.com Evénements : InnoVATion 2004 Bâle : 25 au 28 octobre 2004, Ramada Plaza Hotel/Messeturm. Lausanne : 25 au 27 octobre 2004, Hôtel Lausanne Palace. Genève : 28 octobre 2004, Mandarin Oriental Hôtel du Rhône. Une série d’ateliers d’une demi-journée ou d’une journée sur le thème de la TVA. Ils réuniront chacun 20 participants au maximum. Frais d’inscription : 750 CHF pour un atelier d’une demi-journée et 1500 CHF pour la journée complète. Informations et inscription : tanja.lombriser@ch.pwc.com. Tél. : 061 270 55 25 Chine & Asie Zurich : 9 novembre 2004, World Trade Center. Genève : 10 novembre 2004, Mandarin Oriental Hôtel du Rhône. PricewaterhouseCoopers organise un séminaire d’une demi-journée sur le thème : Nouvelles stratégies commerciales et nouveaux défis en relation avec l’adhésion de la Chine à l’OMC. Frais d’inscription : 490 CHF Informations et inscription : helene.schneider@ch.pwc.com Tél. : 01 630 43 42 Service lecture : Pour de plus amples informations sur les thèmes techniques de ce magazine ceo : directement par Internet auprès des auteurs (l’adresse e-mail est toujours indiquée). Vous trouverez une liste complète des publications de PricewaterhouseCoopers sous www.pwcglobal.com. Commandes des publications de PwC et abonnements auprès de sonja.jau@ch.pwc.com ou fax 01 630 18 55. Abonnements : ceo, le magazine des décideurs de PricewaterhouseCoopers qui propose un forum dans lequel des leaders s’expriment sur des thèmes d’actualité, des portraits d’entreprises et de chefs d’entreprise et de nombreuses informations, paraît trois fois par an (français, allemand, anglais, 52 pages). Abonnement gratuit. Indiquer la langue souhaitée : sonja.jau@ch.pwc.com. Adresse : PricewaterhouseCoopers, magazine ceo, Stampfenbachstrasse 73, 8035 Zurich. Prière de préciser la langue de correspondance (français, allemand, anglais). ceo/expertise pwc 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :