CEO Suisse n°2004-2 oct 04 à fév 2005
CEO Suisse n°2004-2 oct 04 à fév 2005
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2004-2 de oct 04 à fév 2005

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : PricewaterhouseCoopers

  • Format : (230 x 280) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : le marché chinois.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Editeur : PricewaterhouseCoopers SA, magazine ceo, Stampfenbachstrasse 73, 8035 Zurich Rédacteurs en chef : Alexander Fleischer, alexander.fleischer@ch.pwc.com, Franziska Zydek, zydek@purpurnet.com Directeur de la création : Dario Benassa, benassa@purpurnet.com Concept, rédaction et conception : purpur ag, publishing and communication, Zurich, pwc@purpurnet.com Photos : titres Qilai Shen/Sinopix/laif, page 3 Markus Bertschi Lithographie : CMS Sticher AG, Impression : Sticher Printing, Lucerne Copyright : magazine ceo PricewaterhouseCoopers. Les opinions exprimées par les différents auteurs ne correspondent pas forcément à celles de l’éditeur. Le magazine ceo paraît trois fois par an en français, en allemand et en anglais. Tirage : 40 000 exemplaires Commande 00 ceo/editorial d’abonnements gratuits et changements d’adresse : sonja.jau@ch.pwc.com
Markus R. Neuhaus, Administrateur-délégué, PricewaterhouseCoopers, Suisse Les débats menés à propos de la mondialisation le sont aujourd’hui généralement de façon bien plus objective. On constate, en effet, que la globalisation de l’économie constitue non pas une fin en soi mais une réalité irréversible. On attend – à juste titre – que la mondialisation donne lieu à des changements positifs. Les entreprises – et plus généralement le monde de l’économie – sont un élément important de notre vie sociale et, en tant que tel, elles ont également une responsabilité qui va bien au-delà de leurs objectifs individuels et purement économiques. Quels avantages la communauté peut-elle tirer d’une économie mondialisée ? Nombreux sont les exemples qui, comme conséquence des activités des entreprises opérant à l’échelle internationale, nous montrent un renforcement des droits de l’homme, une amélioration des niveaux de vie et l’abolition des préjugés entre les nationalités. Pour y parvenir, il faut des entreprises agissant en tant qu’entreprises citoyennes, des dirigeants à la fois hommes On attend – à juste titre – que la mondialisation donne lieu à des changements positifs. Les entreprises sont un élément important de notre vie sociale, le champ de leurs responsabilités excède donc largement celui de leurs objectifs économiques et individuels. et managers ainsi que l’œil vigilant et critique des ONG, faisant preuve de transparence constructive et indiquant jusqu’à quel point les sociétés actives à l’échelle mondiale remplissent leur fonction sociale. Aucun marché ne suscite actuellement autant d’intérêt que celui de la Chine. Que faut-il faire pour non seulement s’introduire sur ce marché mais y opérer de façon rentable ? PricewaterhouseCoopers, de loin la plus grande entreprise d’audit et de conseil de Chine, est fréquemment confrontée à ce problème. Notre société dans ce pays – avec ses associés et ses collaborateurs qui, s’ils ont une formation internationale, sont pour la plupart issus du pays et y sont bien implantés – sait comment appliquer sur le marché chinois les stratégies formulées par les entreprises en Europe et outre-Atlantique de manière à obtenir les résultats souhaités. Par cet exemple, je souhaite présenter l’image que nous nous faisons de nousmêmes en tant qu’organisation globale : un réseau mondialisé, reposant sur les mêmes bases stables que les sociétés nationales parfaitement ancrées dans leurs marchés locaux. C’est ainsi que sur certains marchés émergents, des sociétés nationales de PwC commencent à s’implanter, fréquemment avec l’aide de cadres étrangers qui forment les collaborateurs locaux en vue de leur déléguer leur compétence en quelques années. Ce moyen n’est pas nouveau mais néanmoins, je le crois, très prometteur. La mondialisation est une notion abstraite. Pourtant, il s’agit, là aussi, de rapports bien concrets entre les personnes. De plus en plus d’entreprises se sont familiarisées avec un grand nombre de marchés, emploient des collaborateurs de tous les pays du monde et se disputent la faveur des clients sur tous les continents. Cependant, chaque entreprise a une histoire qui est liée à sa propre origine. Tous les aspects en sont reflétés par des personnes qui ont quelque part un pays natal. C’est ce champ de tension captivant que deux personnalités du monde de l’économie vont mettre en lumière dans ce nouveau numéro du magazine ceo. Je vous souhaite une stimulante lecture, Markus R. Neuhaus ceo/éditorial 03



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :