Campus Mag n°79 avr/mai 2012
Campus Mag n°79 avr/mai 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°79 de avr/mai 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : CampusMag

  • Format : (160 x 240) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 14,5 Mo

  • Dans ce numéro : Sur la Route, un film de Walter Salles.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
38 Muse douch@campus.be L’heure des choix pour les festivals d’été... Sachant que Rock Werchter est sans doute déjà sold out à l’heure où CampusMag paraît, où aller s’amuser en juillet et en août ? Certainement à Dour mi-juillet qui présente une affiche très alléchante. Si l’organisation générale s’aligne à la qualité des scènes, cela promet. Au même moment, les amateurs de jazz convergeront vers le très agréable « Dinant Jazz Nights «. Fin juillet, c’est l’attrayant « Suikerrock » de Tirlemont qui s’annonce. Les deux journées déjà dévoilées sont très différentes : le 27 juillet verra débarquer les rockeurs de Channel Zero, Status Quo et Alice Cooper alors que le lendemain sera résolument axé sur les teenagers avec Mika, LMFAO et Arsenal. Il faudra également faire un tour à Lokeren et ses fameuses feesten début août. New order, Selah Sue, Damian Marley, The beach boys… pour tous les goûts comme toujours. Enfin, l’été des festivals se clôturera en août avec Pukkelpop. Au-delà de la symbolique liée au drame de 2011, on vivra intensément cette édition qui propose une affiche haut de gamme : Bjork, Bloc Party, Stone Roses, Black Keys, Wilco et… les Foo Fighters qui ont tenu à revenir un an après avoir dû annuler dans les sinistres circonstances qu’on a connu l’an dernier. Show must go on ! Photek | Maya Jane Coles DJ Kicks Jamais prise en défaut depuis une bonne quinzaine d’années, la série DJ kicks aligne deux nouvelles compiles confiées cette fois à Photek et Maya Jane Coles. Le premier, DJ récemment auréolé d’un Grammy Award pour son remix du « End of the line » de Daftpunk (b.o de « Tron »), a donc regroupé les morceaux qui l’inspirent. Et chez Photek, on fait dans le pointu : DLX, Dustmite, Kromestor ne font pas partie de notre quotidien musical. C’est d’ailleurs ce qui fait la force de DJ Kicks : on se laisse aller aux bonnes vibes d’artistes qui ne demandent qu’à dévoiler leurs talents. L’autre maître de cérémonie, Maya Jane Coles, est considérée comme l’artiste dance la plus hot du moment : elle collectionne les prix, apparaît dans les endroits les plus branchés (Fabric à Londres, Space à Ibiza ou Panorama Bar à Berlin) et a mixé des morceaux de Tricky ou The Orb. Elle se devait donc de passer à l’étape « Dj Kicks ». C’est chose faite avec cet album techno de très haute volée. Un régal. K7/Pias Chairlift Something Après une tournée chaotique ayant suivi la sortie de leur premier album (« Does you inspire you »), le groupe Chairlift a été réduit à un duo, son cofondateur Aaron Pfenning ayant abandonné le navire. Caroline Polachek et Patrick Wimberly continuent donc l’aventure. A l’écoute de « Something », ils ont été inspirés. Le timbre détaché de la chanteuse posé sur les compositions de son compère définissent une pop efficace qui renvoie aux légendes de la new wave, Depeche mode en tête. La présence à la production de Dan Corey et, sur deux titres, d’Alan Moulder (U2, Depeche Mode, My bloody valentine) n’y est sans doute pas étrangère. C’est notre album préféré du moment. Sony Music n o 79 AVR-MAI 2012 13 ème année
The Ting Tings Sounds from Nowhereville Dans le genre musique branchée et cool pour publicitaires en mal de fond sonore, le duo malin de The Ting Tings avait fait fort avec son premier album, son million d’exemplaires vendus et ses hits imparables (« That’s not my name », « Shutup and let me go »). Après d’intenses efforts ayant suivis une panne d’inspiration, le duo revient avec « Sounds from Nowhereville ». Verdict ? Mitigé ! On est content d’entendre qu’il tente de se renouveler mais, c’est là que le bas blesse. Un peu éloigné de ses gimmicks pop et sautillants, le couple semble avoir perdu de sa fraîcheur. Comme si l’effet de surprise ne jouait plus. Le syndrome du bloody second album en quelques sortes. Vivement le troisième ! Sony Music The 2 bears Be strong On adore les bonnes surprises dansantes et on sait que l’excellent label gantois News n’en manque pas. Alors lorsqu’un colis débarque de la capitale de Flandre Orientale, c’est souvent l’effervescence à la rédac’. Dernier exemple en date : « The 2 bears », duo formé par Joe Goddard temporairement échappé de Hot Chip et Raf Daddy. Les deux compères ont élaboré un album sans prétention, bourré de fun et de bons beats. Jamais soûlante, leur musique aux références multiples baigne dans une ambiance jouissive et très contagieuse. Allez-y sans ménagement, la dance ne se réduit heureusement pas à David Guetta ! News Dry the river Shallow bed Débarqués en 2009, les Londoniens de Dry the river proposent aujourd’hui leur premier album. Derrière un artwork magnifique -cette toile de requin est saisissante- se cache un combo pop/folk lumineux. A l’image d’un Band of horses, le groupe n’hésite jamais à électriser sa musique et (un peu- durcir le ton. Mais ce qui fait sa singularité, c’est la voix habitée et pourtant fluette de Peter Liddle. Organe d’une précision remarquable qui ne craint jamais de se mesurer aux guitares. Un vrai plaisir. Sony Music The Mars Volta Noctourniquet Alors qu’on annonce le retour en grande pompe de At the drive in cette année, The Mars volta, le rejeton né des cendres du groupe originel, propose un nouvel album dans la lignée de ses prédécesseurs : complexe, bruitiste, résolument indie ! Omar Rodriguez et Cédrix Bixler voyagent en territoires électrisés, sans véritables plans ou guides, si ce n’est celui de malmener leur rock progressif à coups de riffs inattendus, de moments de grand calme et d’attaques tordues. Furieusement décalés comme toujours. Warner Muse douch@campus.be Pink Floyd The Wall (Experience Edition) Parallèlement à la réédition de l’oeuvre complète de Pink Floyd, EMI nous avait gâté en fin d’année dernière en proposant également « Dark side of the moon » et « Wish you were here » en formats « Experience » et « Immersion », c’est à dire les albums originaux complétés de démos, d’inédits et d’extraits live en 2 CD pour l’un et en coffret 6 CD pour l’autre. Il était prévu que « The wall » subisse également ce régime de faveur en 2012. C’est désormais chose faite. Nous avons écouté la version triple, soit « Experience » : les deux premières galettes regroupent logiquement les 26 morceaux originaux du LP remasterisés par James Guthrie alors que la troisième fourmille de petites gâteries sous la forme de 27 démos dont certaines versions abouties sont finalement parues sur « The Final Cut » ou sur le premier album solo de Waters. Malgré l’abondance de matériel en bonus, le fan demeurera sans doute un peu déçu par le manque de vrais inédits ou de matériel en live. Paradoxalement, c’est par contre une entrée en matière idéale pour les novices désireux de découvrir cette œuvre époustouflante de Roger Waters. EMI 13 ème année n o 79 AVR-MAI 2012 39



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :