Campus Mag n°78 fév/mar 2012
Campus Mag n°78 fév/mar 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°78 de fév/mar 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : CampusMag

  • Format : (160 x 240) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 12 Mo

  • Dans ce numéro : test Suzuki Swift sport.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 Cinéma jj@campus.be YOUNG ADULT Réalisation : Jason Reitman | Casting : Charlize Theron, Patrick Wilson, Patton Oswalt Sortie en salles : 22/02/2012 Le cinéma de Jason Reitman est toujours attendu avec impatience. Grâce à son paternel qui avait un goût pour les comédies populaires, Jason Reitman insuffle un vent nouveau à la comédie en y rajoutant de l’authenticité et un côté caustique teinté de drame moderne. Pour son quatrième longmétrage et après l’excellent ‘Juno’et ‘In the Air’, il ne change pas les règles. Pour ‘Young Adult’, on retrouve l’oscarisée Charlize Theron campant une adulte qui n’a pas envie de vieillir et qui pense que tout était mieux avant. Pour ce faire, elle décide de reprendre contact avec un ex petit-ami qui a une vie bien rangée. Elle va tenter de chambouler tout un petit monde mais les choses vont se compliquer en chemin. Le rôle de Charlize Theron se veut vulgaire et très égoïste face à Patrick Wilson qui joue le gars un peu paumé. Jason Reitman sait y faire dans ce genre de films même si ses sujets ne sont pas développés à leur juste valeur. Il traite des choses dramatiques en prenant du recul pour les faire passer avec légèreté. Du coup, le film bascule dans la comédie piquante dont rien ne doit se prendre au sérieux. Reste que Reitman tente à chaque nouvelle œuvre de nous faire la morale sur tel ou tel sujet contemporain qui occupe l’esprit de bon nombre d’entre nous. Au final, ‘Young Adult’est un film acceptable mais qui manque cruellement d’exploration psychologique et de subtilité. Le piquant des débuts du réalisateur a tendance à disparaître. Néanmoins, ne boudons pas notre plaisir à regarder ce film comme un délassement tout à fait convenable. n o 78 FEV-MAR 2012 13 ème année
HYSTERIA Réalisation : Tanya Wexler | Casting : Maggie Gyllenhaal, Hugh Dancy, Jonathan Pryce Sortie en salles : 22/02/2012 Cinéma jj@campus.be Les films d’époque et de médecine sont légion ces derniers temps. On se souvient qu’en début d’année était sorti ‘A Dangerous Method’de David Cronenberg, qui relatait les débuts de la psychanalyse. Avec ‘Hysteria’, on touche à la médecine thérapeutique et l’invention du premier vibromasseur par Mortimer Granville, servant à calmer les femmes hystériques à l’époque de l’Angleterre Victorienne. La réalisatrice Tanya Wexler, à qui l’on doit ‘Finding North’et ‘Ball in the house’, désirait mettre en avant via ‘Hysteria’la condition de la femme dans l’Angleterre d’une autre époque. Elle y parviendra seulement laborieusement en omettant quelques pistes qu’il aurait été intéressant d’aborder comme la peur de consulter un médecin. Certes, le film relate des faits pseudo-réels mais il se veut avant tout être une comédie romantique pur jus où l’humour british tient une grande importance malgré une pudibonderie excessive. Mais n’est-ce pas le sujet du film qui veut cela ? Quoi qu’il en soit, on rit à gorge déployée de scènes extrêmement cocasses entre le médecin et ses patientes qui, à la longue, en redemandent, tellement ces techniques thérapeutiques font un bien fou. Au second plan, l’amour naissant entre les deux protagonistes principaux du film semble cousu de fil blanc. Reste que le casting a été judicieusement choisi car aussi bien Hugh Dancy dans la peau du médecin Mortimer Granville que Maggie Gyllenhaal ou encore Rupert Everett dans un rôle secondaire sont à croquer. Une comédie romantique qui sort des sentiers battus. 13 ème année n o 78 FEV-MAR 2012 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :