Campus Mag n°77 nov/déc 2011
Campus Mag n°77 nov/déc 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°77 de nov/déc 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : CampusMag

  • Format : (160 x 240) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 10,5 Mo

  • Dans ce numéro : la grande glisse.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
30 Muse douch@campus.be Admiral Freebee Wreck collection Dans la constellation des singers/sonwriters made in Belgium, Admiral Freebee est sans conteste le plus talentueux. Auteur de quatre albums et d’une petite vingtaine de singles depuis 2003, le barde barbu a connu une courbe de carrière exemplaire. Pour ceux qui ne connaissent pas son parcours, on recommandera donc ce « Wreck collection » qui fait office de best of, le titre inédit (Old angel midnight) en sus. On sent que Tom Van Laere a vécu et vit encore un rêve éveillé, et qu’il en profite un maximum, conscient sans doute que les choses peuvent parfois tourner très vite. Alors il compose et interprète des chansons merveilleusement simples et efficaces. Si Hooverphonic vous fatigue, que dEus ne vous étonne plu et qu’Arid vous a déçu depuis longtemps, essayez Admiral Freebee. C’est du belge. C’est du bon. Universal DJ Shadow The less you know the better Le mythique « Endtroducing… », premier album de DJ Shadow et considéré comme un disque étalon en matière d’electro hip hop, a presque 20 ans. Son auteur a conçu deux autres albums depuis sans plus jamais retrouver l’état de grâce de ses débuts. Avec « The less you know the better », Josh Davis renoue avec les exercices d’échantillonnage de l’époque et retrouve la formule magique, mélange de pop, de jazz, de trip hop, de blues et même de hard (I gotta rock). D’improbables samples et des invités à la hauteur (Talib Kweli, Posdnuos de De La Soul, Little Dragon) complètent un tableau fort encourageant : si ses collages ne font plus le buzz, ils demeurent diablement efficaces. Universal Other lives Tamer animals En attendant de les voir sur scène fin novembre au Pias Nite Club (et oui, ces chroniques sont écrites début novembre), je me délecte du second album d’Other lives, quatuor garçon/fille venu d’Oklahoma. Leur folk a ce petit quelque chose en plus qui les rend passionnants : on y plonge les yeux fermés, à la fois réconforté par tant de douceur et pourtant un peu inquiet par une ambiance parfois oppressante. Les cordes dominent tandis le piano résonne étrangement, répondant à la mandoline, à la trompette ou à l’accordéon. Le tout est évidemment réalisé avec une grâce inouïe. Entre délicatesse et obsession, entre caresse et coup de poing, Other lives mérite qu’on se prenne à son jeu, qu’on se perde dans ses paysages sonores rappelant autant Dead Can Dance que The National, Fleet foxes que le grand Enio Morricone. PIAS Peter Gabriel New blood Après un récent album (Scratch my back) de reprises, Gabriel repasse les plats en s’attaquant cette fois à son propre répertoire. On a franchement du mal à comprendre pourquoi le bonhomme tente d’enfoncer le clou dans cette veine très soporifique. Malgré quelques bons moments (San jacinto), la plupart des morceaux perdent en intensité dans ce nouvel habillage : « In your eyes » rappelle une b.o. de chez Disney. « Red rain » est un titre épatant parce que la basse de Tony Levine y est la clé de voûte. Sans elle, le morceau d’écroule. « Darkness » renvoie à la bande sonore d’un vieux thriller, genre « Terminator ». « Solsbury hill » s’apparente plus à un générique de grand show de variété des années’80 comme « Champs Elysées ». Reste la voix sublime de Peter Gabriel, la seule bonne nouvelle de cet exercice vide et vain ! EMI n o 77 NOV-DEC 2011 12 ème année Seal Soul II Après le succès de son album de reprises « Soul », Seal remet le couvert et donne un petit frère à ce qui commence à ressembler à un bon filon. Les onze nouvelles covers rassemblent des standards d’Al Green (Let’s stay together), Marvin Gaye (What’s going on), Bill Withers (Lean on me), Rose Royce (« Love don’t live here anymore » et « Wishing on a star »). Si l’accompagnement musical demeure toujours autant prévisible, la voix de Seal fait la différence et donne à l’exercice majoritairement produit par Trevor Horn, un souffle délicieux. Warner
2009 twentieth century fox film corporation. all rights reserved Saison 2 SERIE PHÉNOMÈNE INEDIT CHAQUE VENDREDI A 20:30 www.clubrtl.be Disponible aussi sur et



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :