Campus Mag n°76 sep/oct 2011
Campus Mag n°76 sep/oct 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°76 de sep/oct 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : CampusMag

  • Format : (160 x 240) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 11,9 Mo

  • Dans ce numéro : le premier job, c'est comme un premier amour...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
LLL Play again LL Play L Forward M Delete 32 DVD douch@campus.be n o 76 SEP-OCT 2011 12 ème année La Proie LLL Emmené par un solide duo d’acteurs, Albert Dupontel et Alice Taglioni, et quelques fameux seconds rôles, "La proie" s’avère un polar très efficace dans la lignée directe de "A bout portant". Réalisé par Eric Valette ("Une affaire d’état"), il s’agit d’une captivante série B qui refuse les effets spéciaux à deux balles mais nous emmène dans une véritable épreuve physique. Dupontel ne s’essouffle jamais dans ce rôle de fugitif aux abois qui donne et reçoit des coups plus vrais que nature. Spectaculaire. Cinéart En Quarantaine II M "En quarantaine", premier du nom, était un remake US de "Rec". Le genre d’adaptation dont les ricains ont fait leur spécialité. Pour autant "En quarantaine II" n’est pas le remake de "Rec II" mais la suite originale du premier volet. Vous ne me suivez plus ? Pas très grave car de toute façon, le film n’est rien de plus qu’une gentille série B qui ne méritait qu’une sortie directe en DVD. Il y a bien quelques bons moments de stress dans cet avion en proie à un virus ultra-contagieux qui transforme les passagers en zombies dégoulinants, mais ni les acteurs, ni le réalisateur, ni le photographe ne laisseront de trace mémorable dans la grand répertoire des films "gore" cultes. SPHE Ma part du gâteau L Elle (Karine Viard) vit à Dunkerke et vient de perdre son boulot, victime de la mondialisation et de la spéculation. Lui (Gilles Lelouche) est de l’autre côté de cette drôle de chaîne alimentaire : il est Trader, joue avec les millions et n’hésite pas à dézinguer des boîtes pour gagner toujours plus. Rien ne les unit et pourtant, lorsqu’elle devient sa femme de ménage, ils partageront des moments de plus en plus intimes. Mais peut-on vraiment briser les barrières et rapprocher des mondes que tout sépare ? Poser la question est sans doute y répondre et Cédric Klapisch, le réalisateur, rappelle cette dure réalité dans la dernière partie du film qui vire de la comédie romantique au drame. C’est d’ailleurs le moment qu’on a le moins aimé, non parce qu’il ne correspond pas à nos souhaits mais parce qu’il est amené de façon trop brutale, comme s’il fallait à tout prix boucler le film en quelques images choc. Dommage car jusque là, l’histoire fonctionnait, soutenue par deux très bons acteurs. Cinéart World Invasion : Battle for Los Angeles LL Evitons dès le début tout malentendu : "World Invasion : Battle for Los Angeles » est une grosse superproduction US qui tache. Le genre de film pop corn à classer encore "Independance Day" et "Transformers". Bref, le grand spectacle qui demande deux neurones disponibles et une réserve de nachos pour deux heures. Mais j’ai a-d-o-r-é ! Ca pète dans tous les sens, les G.I (genre "Black Hawk Dawn") confrontés aux extraterrestres sont forts et téméraires, les envahisseurs sont méchants et les effets spéciaux bluffants. L’absence de pitch -en gros, il faut sauver Los Angeles d’une invasion d’E.T. très belliqueux- ne pose aucune problème : on se laisse aller comme dans un roller coaster et on s’amuse pendant toute la projection. Un régal. SPHE The Fighter LLL Mark Wahlberg et Christian Bale à l’affiche d’un film de boxe, voilà une affiche très alléchante. Le premier a déjà prouvé qu’il avait un six pack à la hauteur des attentes en matière de combat et s’est entraîné pendant des années pour endosser ce rôle et combattre sans effets spéciaux. Le second, amaigri et vieillissant, a choisi le rôle du demi-frère, ancien boxeur revenu de tôle mais pas encore de l’enfer de la dépendance. Un rôle épais et fort qui a valu à Bale l’Oscar du Meilleur Second Rôle masculin. C’est d’ailleurs une pluie de récompense qui s’est abattue sur ce splendide film aux contours de classique dramatique sur ce monde de la boxe qu’Hollywood a toujours aimé filmer ("Raging Bull", "The Wrestler", "Million dollar Baby"). Un chef d’œuvre. SPHE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :