Campus Mag n°72 nov/déc 2010
Campus Mag n°72 nov/déc 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°72 de nov/déc 2010

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : CampusMag

  • Format : (160 x 240) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 5,4 Mo

  • Dans ce numéro : sports d'hiver, où aller ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
cinéma jj @campus.be www.campus.be www.campus.be www.campus.be www.campus.be www.campus.be www.campus.be www.campus.be www.campus.be LITTLE fOCKERS Réalisateur : Paul Weitz casting : Ben Stiller, Robert de Niro, Teri Polo Sortie en salles : 22/12/10 Il aura fallu 10 ans, deux enfants avec sa femme Pam et d’innombrables obstacles pour que Greg soit enfin accepté par son beau-père. Les doutes de Jack réapparaissent lorsque Greg, à court d’argent, travaille au noir pour un laboratoire... Quand l’ensemble du clan Furniker, y compris Kevin, l’ex de Pam, se retrouve pour l’anniversaire des jumeaux, Greg doit prouver à Jack qu’il est un vrai chef de famille. Mais après tous les malentendus, l’espionnage et les missions secrètes, Greg va-t-il réussir l’examen final de Jack et lui succéder à la tête du clan...ou le cercle de confiance sera t-il brisé pour toujours ? Après les succès de ‘Meet the Parents’en 2000 et ‘Meet the Fockers’en 2004, il était tout naturel qu’un troisième film fasse son apparition relatant les (més)aventures survenant à un homme et son beau-père, ancien agent de la CIA qui a la fâcheuse habitude de se mêler de tout et surtout de ce qui ne le regarde pas. Les gags visuels et les dialogues percutants pleuvent en permanence. On rigole, on en veut toujours plus et quelque part, si vous êtes également en couple, vous arrivez toujours bien à vous retrouver dans une situation ou l’autre car le scénario se base sur du vécu. Le duo principal (De Niro/Stiller) fonctionne toujours aussi bien et quelques seconds rôles restent tout autant efficace (Owen Wilson, Barbara Streisand). Une belle façon de terminer l’année cinématographique 2010 sur une touche d’humour dévastatrice. SaW 7 (3D) Réalisateur : Kevin greutert casting : Tobin Bell, Betsy Russell, costas Mandylor Sortie en salles : 29/12/10 Le slogan de ce septième opus de la franchise ‘Saw’est ‘The Final Chapter’. Rassurez-vous, il ne s’agit là que d’une technique marketing pour faire courir les gens au cinéma et à l’issue de ce nouvel épisode, tout laisse à croire qu’il y en aura encore d’autres. Pour vendre le film encore un peu plus, celui-ci est estampillé ‘3D’. Hormis deux ou trois scènes qui font de l’effet, la 3D n’apporte aucune plus-value au produit. Pour l’histoire, rien de bien neuf. On tourne en rond depuis au moins trois épisodes. Quelques survivants s’associent en demandant de l’aide à un autre rescapé qui lui-même est bien mystérieux. S’ensuit alors une vague de meurtres effroyables et de batailles faisant rage autour de l’héritage du tueur au puzzle. Pour les aficionados du gore balisé et ceux qui n’ont aucune culture du film d’horreur, le film fera recette. Pour les autres, passez votre chemin. Il y a bien longtemps que ‘Saw’n’est plus ce qu’il a été, soit un film rempli d’ingéniosité. Avec cet énième suite, on touche vraiment le fond. De prime abord, le film semble être intelligent avec ses effets chocs, une mise en scène nerveuse mais tout cela n’est que du pipeau. Même en grattant bien, on n’obtient rien. Un jeu d’acteurs plat, l’absence d’humour, un manque d’imagination pour les pièges des victimes et des situations invraisemblables font de ce septième ‘Saw’un navet absolu. Maintenant libre à vous d’aller le visionner mais on vous aura prévenus. 30 I nov/déc 10 72
Travailler chez Electrabel, c’est aussi aider André et Etienne à passer la crise de la cinquantaine. Plus de 7 000 collaborateurs d’Electrabel donnent, chaque jour, le meilleur d’euxmêmes. Cet engagement leur permet de fournir, partout en Belgique, de l’électricité et du gaz naturel qui répondent aux attentes des clients. Car travailler chez Electrabel, c’est bien plus que produire de l’énergie. C’est aussi, par exemple, aider André et Etienne à passer la crise de la cinquantaine. Vous désirez vous épanouir tant au niveau personnel que technique et donner corps au secteur de l’énergie du futur en compagnie d’autres jeunes collègues ? Rejoignez Electrabel, Groupe GDF SUEZ, et profitez des nombreuses opportunités qu’offre un environnement international de haut niveau qui investit constamment dans les talents en devenir.• Un large éventail de fonctions passionnantes dans un secteur en plein développement.• Des formations permanentes aux plans technique & personnel.• Des opportunités de carrière internationale.• De la place pour l’autonomie au sein d’une entreprise dynamique.• Un salaire attrayant assorti de nombreux avantages extralégaux. Intéressé(e) ? Surfez sur www.travaillerchezelectrabel.be pour découvrir toutes nos offres d’emploi, postuler en ligne ou parler avec l’un de vos futurs collègues.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :