Campus Mag n°70 été 2010
Campus Mag n°70 été 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°70 de été 2010

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : CampusMag

  • Format : (160 x 240) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 13,4 Mo

  • Dans ce numéro : En route pour les festivals.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
festivals douch @campus.be www.campus.be www.campus.be www.campus.be www.campus.be www.campus.be www.campus.be www.campus.be www.campus.be DOUR, C’EST DOUR ! Combien de fois n’ai-je entendu cette remarque désabusée lorsque j’évoquais les souvenirs encore frais de l’édition du festival de Dour que je venais d’achever ! J’y ai vu et entendu tout et son contraire : de l’amateur de musique ayant fait plus de mille bornes pour voir son groupe favori au visiteur totalement bourré se fichant comme d’une guigne de la programmation du jour, du festivalier guilleret me conviant à un semblant de barbecue dans le camping à la bande de hooligans qu’on préfère ne pas croiser une fois le couvre-feu tombé, de l’hôtesse d’accueil la plus sympa de Belgique au steward le plus incompétent du circuit, de la meilleure trappiste au hamburger le plus indigeste, des concerts les plus fous aux prestations les plus navrantes. TOUT EST POSSIBLE À DOUR ! Tout y est plus extrême. Les plus longues files d’attente aux accès du site. Le camping le plus gigantesque et bordélique. Le village le plus sympa. Les prix les plus démocratiques. Et surtout le plus grand nombre de groupes (plus de 200) en un seul festival, fut-il de quatre jours. Alors bien sûr, il faut faire un tri. 6 I été 10 70 VOICI NOS CONSEILS ÉTOILÉS pour préparer ton séjour. A l’heure de boucler ce numéro, nous ne connaissons pas encore précisément les heures de passage des artistes. Et de toute façon, elles sont rarement respectées le jour même (ce qui fait également le charme de Dour !). Mais voici notre avis : le premier jour, ne manque pas Simian Mobile Disco, Black Sun Empire, Gui Barrato (collaborateur émérite de Tim Simenon dans « Bombthe bass «), Get Well Soon, Showstar et Faith No More qui avait enflammé le Pukkelpop l’an dernier. Le vendredi 16 juillet, nos préférences vont à CarlCraig, Chromeo, Dan Le Sac, Agoria, New Young Pony Club, Dave Clark, Ete 67, General Elektriks, Los Campesinos, The Subways et Fun lovin Criminals. Le samedi, il y a de La Soul, de La Soul et de La Soul ! Sérieusement, on te recommande aussi de voir The Very Best, Oma Perry, Etienne De Crécy, Black Mountain et Das Pop. Enfin, le festival clôture en beauté le dimanche avec Sinik, Anti-Pop Consortium, la révélation belge du rap Gandhi, Tinariwen, Lee Perry, Calvin Harris, Ghinzu, The Raveonettes et Devandra Banhart. De la techno, du dub, du rap, du rock, du folk. RAREMENT AFFICHE DE DOUR aura été aussi variée et attirante. Alors fonce sur la E19 en direction de la France. Quitte l’autoroute à l’une des dernières sorties avant la frontière française. Et puis tu n’auras qu’à suivre les hordes d’amateurs qui ayant dévalisés la seule superette du coin s’en retournent chargés comme des bœufs vers le site le plus festif de Belgique. Une fois sur place, tu pourras te faire une idée précise de ce qu’est l’esprit rock’n’roll ! • Crédit photo : Robin Goossens, Louise Image, Claire Cocano, Kevin Saborit- Guasch
Et que pétillent les FrancoFolies de Spa ! IL FAUDRAIT DISPOSER D’UN HÉLICOPTÈRE pour survoler Spa et appréhender le plan de son festival. Car contrairement à la plupart des autres, celui-ci ne se déroule pas sur une plaine boueuse ou poussiéreuse mais en plein centre de la belle ville de Spa. C’est là que réside tout le charme des Francos : qu’on aie ou pas un ticket pour un concert, il fait toujours bon, le soir venu, déambuler sur les princi- festivals douch @campus.be www.campus.be www.campus.be www.campus.be www.campus.be www.campus.be www.campus.be www.campus.be www.campus.be La 17ème édition des Francofolies de Spa se tiennent du 21 au 25 juillet. Le petit frère des Francos de La Rochelle présente quelques spécificités bien à lui comme de s’ouvrir aux artistes non francophones, d’être le festival le plus sponsorisé du pays, de se tenir en plein centre d’une très jolie ville et de présenter une telle multitude de scènes qu’il est impossible de tout voir à la fois. D’où l’intérêt de notre parcours intra muros ! paux axes de la bourgade wallonne et profiter de cet air de grande braderie qui l’envahit. On y sirote une bonne chope en humant une ambiance à nulle autre pareille. Mais comme on est là pour parler musique, lançons-nous dans la visite des scènes principales. La première, la plus grande (18 mètres de long), occupe la place de l’Hôtel de Ville. C’est la scène Pierre Rapasat. Chaque soir, 8.000 personnes s’y pressent pour assister aux « gros « concerts du festival. 70 été 10 I 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :