Campus Mag n°70 été 2010
Campus Mag n°70 été 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°70 de été 2010

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : CampusMag

  • Format : (160 x 240) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 13,4 Mo

  • Dans ce numéro : En route pour les festivals.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
JEUX muse douch @campus.be www.campus.be www.campus.be www.campus.be www.campus.be www.campus.be www.campus.be www.campus.be www.campus.be David Byrne et Fatboy slim Here lies love (Warner) David Byrne est un grand dingue, il l’a déjà prouvé à maintes reprises depuis que Talking Heads n’existe plus… et même durant la carrière du groupe d’ailleurs. Son dernier travail, « Here lies love «, est consacré aux destins opposés d’Imelda Marcos et d’Estrella Cumpas. La première fut l’épouse de Ferdinand Marcos qui régna sans partage sur les Philippines de 65 à 86. C’est la femme aux 3000 paires de chaussures ! La seconde s’est occupée d’Imelda dans sa tendre enfance mais n’en a jamais vraiment été récompensée plus tard. Il n’y avait que Byrne pour imaginer une sorte de comédie musicale décalée autour des deux personnages. Il n’y avait que lui aussi pour convaincre Fatboy Slim de participer à l’aventure et parvenir à réunir un impressionnant parterre d’interprètes autour de lui. Florence + the Machine, Tori Amos, Roisin Murphy, Sia, Santigold, Cyndi Lauper, Martha Wainwright, Nicole Atkins font entre autres partie des nombreux invités de ce double album de 22 titres. Si Byrne se fait manifestement plaisir, c’est pourtant trop rarement notre cas. Divers Original Album Series (Warner) C’est via son label de rééditions Rhino que Warner a lance une nouvelle série intitulée « Original Album Series ». Le principe prévoit d’emballer dans un seul package cartonné au prix attractif (une vingtaine d’euros) cinq albums mythiques d’artistes maison. Ainsi, Bootsy Collins, Foreigner, George Benson, The Cars, Rod Sterwart, les Pretenders ou les Pogues font partie de la quarantaine d’artistes bénéficiant de ces hommages. A titre d’exemple, nous avons pu découvrir le box consacré à Chris Rea : il RÉPONSES AUX SEPT ERREURS 1. Le fond de verdure est différent dans le coin sup gauche. 2. Il n’y a plus d’ombre sur son avant-bras gauche. 3. Un des motifs de son T-shirt est plus petit. 4. Le texte sur la bouteille d’air comprimé est réduit. 5. Une mèche de cheveux supplémentaire lui recouvre l’oreille. 6. Le viseur de l’arme a disparu. 7. On ne voit plus le bout de sa queue-de-cheval. 38 I été 10 70 contient les albums « Watersign «, « Shamrock diaries «, « Road to hell «, « On the beach « et « Espresso logic «, soit cinq vrais incontournables qui contiennent des hits tels que « Josephine «, « I can hear your heartbeat «, « On the beach « ou ‘Road to hell «. Mieux que le best of de singles, voici désormais le concept de best of d’albums. Jamie Lidell Compass (V2) Difficile de suivre Jamie Lidell dans une incroyable carrière qui l’a vu toucher à la soul, au funk, à l’electro voire mêmà la techno. Un parcours unique qui avait récemment débouché sur un dernier disque passionnant (« Jim « et un passage remarqué à Pukkelpop 2008). Avec « Compass «, le beau Jamie semble vouloir rassembler toutes ses influences sur une seule plaque : la soul à la Marvin (« Shee needs me «), le funk princier (« I wanna be your telephone «), la fraîcheur des Jackson 5 période Motown (« Enough’s enough «), l’attitude wonderienne (« You are walking «) … tout y passe à la moulinette. Jusqu’à saturation. Le syndrome Terence Trente d’Arby guette. Attention à la marche. Lostboy aka Jim Kerr (V2) Moins d’un an après le dernier -et très bon- album de Simple Minds (Graffiti soul), son leader historique se paie une petite aventure en solo. La première depuis la formation du groupe il y a plus de trente ans ! Même si Neil Gaynor apparaît, il est évidemment surprenant d’imaginer Kerr sans le fidèle Charlie Burchill à ses côtés. Alors comment s’en sort-il ? Très bien. Ses onze nouvelles chansons s’avèrent nerveuses, variées, puissantes. A l’image de Dave Gahan ayant pris temporairement congé de Depeche Mode le temps de deux excellents albums solo, Jim Kerr réussit également avec brio son exercice en solitaire.•



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :