Campus Mag n°69 avr/mai 2010
Campus Mag n°69 avr/mai 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°69 de avr/mai 2010

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : CampusMag

  • Format : (160 x 240) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 10,0 Mo

  • Dans ce numéro : Recoil, a strange hour with Alan Wilder.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
rencontre douch @campus.be www.campus.be www.campus.be www.campus.be www.campus.be www.campus.be www.campus.be www.campus.be www.campus.be 16 I mai 10 69 Recoil : a strange hour with Alan Wilder Ancien membre de Depeche Mode (de 1982 à 1996), Alan Wilder est également à la tête d’un excitant projet electro depuis 1988 : Recoil. En cinq albums, le bonhomme a tracé un carrière unique résumée aujourd’hui dans un best of intitulé ‘Selected’.
rencontre douch @campus.be COMMENT QUITTER DEPECHE MODE ? J’en arrive rapidement à la question qui titille : pourquoi avoir quitté en’96 le plus grand groupe du monde pour se consacrer à un projet expérimental et forcément plus anonyme ? Alan Wilder a plusieurs explications : il évoque d’abord la difficulté d’évoluer dans un groupe. « La communication entre nous devenait compliquée. Il fallait faire des compromis. Prendre des décisions politiques. Je le faisais depuis 14 ans. Cela devenait de plus en plus pesant. D’autre part, j’estimais que « Songs of Faith & Devotions « était en soit un accompliswww.campus.be www.campus.be www.campus.be www.campus.be www.campus.be www.campus.be www.campus.be www.campus.be EN ME RENDANT DANS UN HOTEL de la capitale, situé quartier Louise, je ressens un vrai plaisir : dans quelques instants, je vais interviewer une de mes idoles. Celui dont je suis convaincu qu’il a façonné le son de Depeche Mode pour parvenir, d’albums en albums, à la perfection du tir groupé ‘Violator’et ‘Songs of Faith & Devotions’. Ce n’est donc pas le beau Dave Gahan, figure de proue du groupe ou MartinL.Gore, le légendaire compositeur. C’est Alan Wilder, l’homme derrière les machines, celui qui a travaillé comme un acharné pour tirer le meilleur son et la meilleure production du quatuor. CELUI QUI A INTRODUIT LA BATTERIE sur scène pour la tournée ‘Songs of Faith’. Celui enfin qui a tout envoyé balader en 1996 pour se concentrer exclusivement sur son projet en solo, ‘Recoil’. C’est à l’occasion de la sortie d’un best of de Recoil et d’un concert à Anvers qu’Alan Wilder est à Bruxelles. Résumé d’une journée particulière. UN RECUEIL PLUTOT QU’UN BEST OF. 12:00. Me voilà donc attablé avec Wilder. Double espresso et l’interview peut débuter. Le bonhomme est souriant, détendu, avenant. Dire qu’il a connu les sommets, les groupies, les stades remplis et qu’il débarque presque incognito aujourd’hui pour présenter un best of ou plutôt, devrais-je écrire, un recueil de chansons emblématiques de son projet Recoil puisqu’on ne peut pas vraiment parler de hits ici. WILDER : « Il n’est en effet pas question de regrouper sur cet album les singles qui se sont le mieux vendus dans la mesure où mon approche avec Recoil n’a jamais été de faire des hits mais de composer des albums cohérents. J’ai donc sélectionné mes titres favoris. Je les ai remixés, dépoussiérés pour certains. Et j’ai recomposé un nouvel album cohérent dans son ensemble. Il faut donc considérer ce ‘Selected’comme un sixième album de Recoil. De plus, cette sortie est également accompagnée d’une tournée. C’est ma première tournée avec Recoil «. Une tournée dans les petites salles européennes qui passera le soir même par le Trix d’Anvers. Mais c’est une autre histoire. 69 mai 10 I 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :