Cadences n°332 mars 2020
Cadences n°332 mars 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°332 de mars 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Les Concerts Parisiens

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4,0 Mo

  • Dans ce numéro : piano, François-Frédéric Guy.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
les concerts du label mois Emilie Moysson 14 cadences mars 2020 Rinaldo Alessandrini [direction, clavecin] Rinaldo Alessandrini est l’une des figures majeures de la musique ancienne. Avec naïve, une nouvelle phase s’est ouverte  : de Stradella et Legrenzi à Monteverdi et Vivaldi, sept enregistrements paraîtront d’ici 2022, enrichissant encore une discographie emblématique déjà dotée de près de soixante titres. « naïve a toujours été un partenaire essentiel dans la vie du Concerto Italiano. Un enregistrement constitue un moment privilégié, qui valorise l’ensemble des idées qui ont présidé à ce projet. naïve a toujours été un précieux soutien des projets de l’ensemble et nous a constamment soutenus, y compris vers des répertoires plus rares mais non moins précieux. La relation de confiance réciproque entre un artiste et une maison de disques est essentielle, pour permettre un développement harmonieux des projets sur tous les plans et dans un temps long, bien au-delà de la date de parution. C’est ce qui a permis au Concerto Italiano de construire une discographie de grande envergure, témoin essentiel de l’identité culturelle de l’ensemble. » Emilie Moysson Emiliano Gonzalez Toro [ténor] Emiliano Gonzalez Toro figure parmi les meilleurs chanteurs de la scène baroque. En 2018 il lance son propre ensemble, I Gemelli, pour explorer la musique du Seicento avec du répertoire de référence (Monteverdi) ou méconnu (Cozzolani). A paraître en avril  : Soleil Noir, qui s’attache à Francesco Rasi, le légendaire créateur de l’Orfeo de Monteverdi. « « De l’importance de bien s’entourer. Soleil Noir est notre deuxième album, conçu loin des fastes de la musique sacrée de Chiara Margherita Cozzolani, notre premier opus. Il raconte la vie d’un homme, d’un artiste, d’une époque, et il a été élaboré dans une vision chambriste. I Gemelli, c’est d’abord une équipe. Au lancement des projets, il était question de trouver le label qui pourrait comprendre notre fonctionnement et suivre les projets « fous » que nous avions. En rencontrant naïve, j’ai vu une équipe jeune, soudée et à l’écoute. Il a vite paru évident que naïve serait notre partenaire pour cette aventure. La confiance, le suivi, la possibilité de mener les projets comme nous l’entendions, et surtout une vision sur le long terme nous ont apporté le socle nécessaire pour travailler sereinement. » En concert  : le 27 avril au Théâtre Grévin – Soleil Noir Michel Novak Suzana Bartal [piano] Franco-hongroise, née à Timisoara, Suzana Bartal s’installe en France en 2005, où elle étudie à Paris et Lyon au Conservatoire national supérieur de musique et de danse (avec Denis Pascal, Pierre Pontier et Florent Boffard), puis à l’Université Yale, où elle obtient son doctorat en interprétation auprès de Peter Frankl. naïve vient de faire paraître sa version, intégrale, des Années de pèlerinage, de Liszt. « Enregistrer les Années de pèlerinage, ce cycle monumental de Liszt, constitue une gageure tant sur le plan artistique et pianistique que sur celui de la production discographique. Le dialogue avec naïve aura permis la réalisation de ce projet particulier. Dans nos nombreux échanges je me suis sentie portée par la confiance de toute l’équipe en mon travail et j’ai été impressionnée par la qualité de mise en valeur de ma démarche musicale. Nous avons trouvé une formidable synergie entre la profondeur de ces œuvres et l’exigence autour du visuel photographique et graphique de l’album. Je suis particulièrement heureuse de ce partenariat. Naïve est un label prestigieux et dynamique, dont l’image et le sérieux me comblent dans mes attentes en tant qu’artiste. Je suis fière maintenant de faire partie de cette famille ! » En concert  : le 26 mars à la Salle Cortot – Liszt Franck Juery Nathacha Colmez ii. Julien Chauvin [violon] Formé au Conservatoire royal de La Haye, le violoniste Julien Chauvin fonde en 2015 un nouvel orchestre sur instruments anciens avec l’ambition de faire revivre un chaînon essentiel de l’histoire musicale française  : Le Concert de la Loge Olympique. Il est le premier violoniste français à intégrer l’Edition Vivaldi de naïve, dont le huitième volume de concertos pour violon est paru le 21 février. « L’Edition Vivaldi de naïve est pour moi un projet artistique et musicologique hors norme – de surcroît immédiatement identifiable par sa ligne visuelle. J’ai eu la chance dès 2002 de pouvoir participer à des enregistrements d’opéra de l’édition et, par cette même occasion, de découvrir la musique de Vivaldi sous un autre angle. Pouvoir découvrir au disque la diversité de son œuvre m’a surtout fait oublier Les Quatre saisons, et me rendre compte de l’immense variété et inventivité de son corpus, tant instrumental que vocal... C’est donc avec un immense bonheur que j’ai pu imaginer le volume 63 de l’édition, qui regroupe des concerti parmi les plus proches de la voix humaine, et qui tentent de faire passer le violoniste pour un chanteur, un acteur, un danseur, ou un simple décor ! » En concert  : le 25 mars à l’Auditorium du Louvre – Vivaldi Geneviève Laurenceau [violon] Brillante représentante du violon français, ses multiples activités de soliste, chambriste, pédagogue et directrice de festival font d’elle une musicienne accomplie. En 2019, elle fonde le quintette à cordes Smoking Josephine, dont naïve vient de publier le premier enregistrement  : Amours, toujours ! Pour moi et pour tout autre artiste musicien, je crois qu’enregistrer est une expérience fondatrice  : c’est un rendez-vous indispensable en termes d’actualité, de visibilité ; une façon de construire une carrière sur le long terme, par le choix des œuvres ; c’est aussi la responsabilité de faire vivre notre patrimoine musical, mais également la chance de mettre en lumière un répertoire nouveau ou méconnu. naïve est une maison historique, au catalogue impressionnant, et j’apprécie particulièrement la dimension humaine, presque familiale, de ce label  : étant donné leur choix restreint de sorties annuelles, chacune est choyée et soignée. Être un ou une artiste naïve, c’est bénéficier d’un éclairage professionnel, d’une écoute attentive et bienveillante. C’est aussi pouvoir compter sur un accompagnement au long cours, tout en gardant une grande liberté quant au choix du répertoire. » Giulia Papetti Ottavio Dantone [direction, clavecin] Sommité de la musique baroque et classique, Ottavio Dantone est à la tête de l’ensemble italien Accademia Bizantina depuis près de vingt-cinq ans. Après Tito Manlio et Giustino et de nombreux enregistrements de musique concertante et sacrée publiés depuis quinze ans, naïve fera paraître, en septembre prochain, un nouvel opéra de l’Edition Vivaldi sous sa direction  : Tamerlano. « Mon premier enregistrement pour la monumentale Edition Vivaldi de naïve remonte à l’année 2004 et l’opéra Tito Manlio. Ce moment a marqué, pour moi et mon orchestre Accademia Bizantina, le début d’un important chemin artistique qui nous a amenés, au fil des années, à vouloir collaborer de manière de plus en plus intense avec l’un des meilleurs labels du monde. Nous venons de terminer l’enregistrement de l’opéra Tamerlano de Vivaldi et notre bonheur est total. La qualité de la collaboration avec naïve nous pousse à concevoir, pour le futur, de nouveaux et nombreux projets. naïve est comme nous  : ils aiment les défis et les relèvent avec enthousiasme. Stay tuned et je vous recommande de suivre ce label, nous ferons de grandes choses ensemble ! »
0. Jean-François Zygel [piano, composition] Le pianiste improvisateur et compositeur Jean-François Zygel occupe une place singulière dans le monde musical  : chacune de ses apparitions sur scène crée d’incroyables moments de musique, d’échange et de transmission. Son art du piano, son inventivité et sa curiosité le mènent à partager régulièrement la scène avec des artistes de tous horizons, imaginant des formes de spectacle toujours renouvelées. Victoire de la musique, professeur d’improvisation au CNSM de Paris, on le retrouve chaque samedi sur France Inter dans son émission La Preuve par Z. Thibault Stipal Anne Gastinel [violoncelle] « Enregistrer est toujours une aventure. Un voyage. Au cœur même de la musique. Une sorte de parcours initiatique. Semé d’instants de grâce et de moments terrifiants. Tous les enregistrements sont différents. Nouveauté des lieux, des rencontres musicales, des répertoires. Mais à chaque fois un enregistrement nous plonge au plus profond de nous-même, de nos exigences, de nos recherches. Il nous pousse à toujours aller plus loin. À travailler sans relâche pour atteindre l’essence d’une partition. La « vérité » d’une interprétation. Chaque minute passée à soigner le moindre détail, la moindre indication donne un vrai sens à l’enregistrement. Parfois c’est l’exaltation d’une plénitude atteinte, parfois la déception, parfois l’énervement. J’ai toujours fini épuisée après ces instants. Mais profondément enrichie par un tel travail de recherche. Grâce à naïve, avec qui je collabore depuis plus de 25 ans, j’ai toujours eu la chance de pouvoir choisir quel répertoire enregistrer et avec qui. Je leur suis infiniment reconnaissante pour cela, et aussi pour la qualité de leur travail, jusqu’à la photo, au livret. Et fière et heureuse de toutes ces pages musicales que nous avons tournées, gravées, ensemble. » En concert  : le 19 juin à l’Auditorium du Louvre – Le violoncelle français Julien Mignot « L’improvisation, c’est à la fois la liberté et l’art de la conséquence. C’est un art éphémère, dont seul l’enregistrement permet de garder une trace. On se réjouissait d’entendre improviser Bach, Mozart, Beethoven, Mendelssohn ou Liszt  : imaginez si on pouvait les écouter aujourd’hui ! J’ai été très heureux d’enregistrer pour naïve deux albums entièrement consacrés à l’improvisation, le premier en studio avec la participation de Thomas Bloch et de Philippe Berrod (Improvisations), le second en concert avec le grand pianiste de jazz Antoine Hervé (Double Messieurs). » Bastien Internicola Julien Martineau [mandoline] Julien Martineau est l’un des mandolinistes les plus remarquables d’aujourd’hui. Il se produit en soliste et en concerto, notamment avec l’Orchestre Philharmonique de Radio France et l’Orchestre National du Capitole de Toulouse. Son projet Beethoven Suites, enregistré avec la pianiste Vanessa Benelli Mosell, est paru au tout début de cette année Beethoven. « Enregistrer pour naïve, c’est faire partie d’une famille où l’on côtoie des musiciens exceptionnels. Hopkinson Smith, Rinaldo Alessandrini ou Dmitry Sinkovsky dans le classique, M83 dans l’électro, Arno et Jeanne Added dans la chanson. L’art et l’artisanat ne font qu’un à travers des projets musicaux où l’ambition de l’artiste est toujours encouragée, où la vision à long terme est toujours privilégiée à l’instar de l’Edition Vivaldi, projet d’envergure encyclopédique. Lorsque l’on joue de la mandoline, un instrument merveilleux mais encore confidentiel, l’ouverture d’esprit et la confiance de sa maison de disque sont essentielles, tant pour les enregistrements des chefs-d’œuvre de Vivaldi, de Beethoven que pour ceux de compositeurs encore inconnus. Chaque jour, je mesure la richesse de notre collaboration. » b naive SOLE L NOW à la loupe 2019/2020 suzana tad MbE 440 mars 2020 cadences 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :