Cadences n°331 février 2020
Cadences n°331 février 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°331 de février 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Les Concerts Parisiens

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : compositeur & direction George Benjamin.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Piano Il Hortense Cartier-Bresson D.R. La notoriété se transforme aisément en malédiction  : Hortense Cartier-Bresson compte certainement parmi les plus grands professeurs de piano du monde. Mais beaucoup s’arrêtent là et oublient un peu qu’elle est avant tout une pianiste magnifique. Rencontre avec une artiste hors du commun. Hortense Cartier-Bresson reconnaît sans fard ses torts  : « Je suis en grande partie fautive. J’ai connu des moments difficiles dans ma vie pendant lesquels j’avoue m’être montrée moins courageuse face à une carrière de soliste – néanmoins j’ai continué à faire énormément de musique de chambre. Mais je n’ai pas baissé les bras et je compte bien repartir de l’avant. Il en va 12 cadences janvier 2020 Brahms intime Après un troisième prix au Concours Liszt-Bartók de Budapest en 1981, Hortense Cartier-Bresson entama une carrière très remarquée. Le 25 février – Théâtre du Ranelagh Brahms, Six Pièces op. 118, Sept Fantaisies op. 117 & Trois Intermezzi op. 117. de même pour le disque. Cela faisait un moment que je n’en avais pas fait car plus jeune, je n’aimais pas cela. Heureusement, on change dans le temps et on éprouve aussi l’envie de laisser quelque chose. Plus j’avance dans l’âge, plus j’ai envie d’enregistrer ». Qu’on se le dise, Hortense Cartier-Bresson entend bien occuper le devant de la scène et elle le démontre de manière foudroyante ! Le concert donné au Ranelagh se fait l’écho d’un somptueux disque consacré au Brahms de la grande maturité et publié par Aparté  : « Ce sera le programme du disque mais je commencerai par les Six Pièces op. 118, puis viendront les Trois Intermezzi op. 117 et enfin les Sept Fantaisies op. 116 ». Programme plantureux illustrant fidèlement les amours en musique d’Hortense Cartier-Bresson  : « Brahms représente mon foyer depuis l’âge de 20 ans, j’ai donné sa musique de très nombreuses fois. Mais il s’agissait du jeune Brahms. Je dois dire que mon grand travail sur la musique de Bach ces dernières années a modifié ma perception, parce que je me suis confronté à son contrepoint. Petit à petit, je me suis rapprochée du dernier Brahms, du contrepoint du dernier Brahms. La complexité d’écriture des œuvres que j’ai enregistrées relève tout simplement de la magie mais elle est au service d’une intimité, d’une profondeur de pensée très simple et spontanéité, voire innocente ». Richesse inouïe Ces trois recueils de miniatures constituent une mine inépuisable de joyaux qu’elle entend bien révéler à ses auditeurs  : « Il y a une telle variété musicale dans ces opus et dans cette période de sa vie. Les partitions que je viens d’enregistrer me tiennent depuis longtemps. L’op. 116 est plus symphonique, l’op. 117 est plus intimiste et l’op. 118, lui, synthétise vraiment toute l’écriture de Brahms. Avec ces trois recueils, on entend des lieder, un orchestre, de la musique populaire etc. Cette richesse inouïe contredit clairement l’image habituelle d’un Brahms uniformément mélancolique et sévère alors qu’il est
en fait très ancré dans la terre et dans la vie ». Et de souligner les subtilités aussi souterraines que sublimes des partitions abordées  : « Chaque pièce est autonome et indépendante. Toutefois, il y a quand même des éléments curieux. Dans l’op. 116 par exemple, il y a des liens dans le caractère entre la première et la dernière pièces, deux Capriccio en ré mineur, liens que l’on trouve dans la coda de la dernière pièce, au caractère purement rythmique, tzigane. Dans la troisième pièce, Capriccio en sol mineur, on entend un thème repris dans la quatrième pièce, Intermezzo en mi majeur, puis également dans la septième (le dernier Capriccio en ré mineur). Toujours dans l’op. 116, on constate que les quatrième, cinquième et sixième pièces sont dans la même tonalité. Brahms multiplie donc les liens un peu cachés entre les pièces. Dans l’op. 118, la première pièce (Intermezzo en la mineur) s’achève sur un accord en la majeur qui conduit vers la deuxième (Intermezzo en la majeur justement). La troisième pièce, Ballade en sol mineur, se termine sur un pianissimo qui évoque l’aspect fugitif de la quatrième pièce (Intermezzo en fa mineur) qui elle même s’achève en fa majeur pour introduire la Romanze. C’est de la magie pure ». Il peut sembler paradoxal que l’une de nos grandes pianistes françaises affiche une telle expertise pour Brahms  : « Toute jeune, je déchiffrais à longueur de journée les sonates de Beethoven, les préludes et fugues de Bach, les œuvres de Schumann, Schubert etc. Ensuite, avec György Sebök, j’ai travaillé la musique hongroise, mais il était lui-même un merveilleux brahmsien. J’aime et je joue avec passion la musique française mais je dois bien reconnaître que mon atavisme musical regarde vers l’Allemagne ». L’autre grand amour explique peut-être cet attachement pour la musique germanique  : « J’ai toujours été fascinée par l’écriture – je préfère dire écriture plutôt que construction – et dans mon jeu, je prends soin de souligner l’écriture de chaque œuvre. Mais il est très important de relier la complexité à l’émotion, au sentiment musical. Je suis très irritée par la tendance que l’on a à opposer science et émotion. Il ne suffit pas de nourrir l’intelligence et l’élaboration d’un texte permet à un compositeur d’aller plus loin dans des éléments subtils et profonds ». La profondeur  : voilà ce qui a toujours frappé dans les interprétations d’Hortense Cartier- Bresson, qui sculpte ses sonorités opulentes pour nous guider dans les sentiments intérieurs de chaque partition. On se réjouit de la retrouver dans sa glorieuse maturité. Yutha Tep BRAHMS Nouvel album MARDI 25 FÉVRIER 20H30 THÉÂTRE DU RANELAGH r ue c1e,s Vignes., 750116 Paris 6 - g - l a Muette. 0 C - Briuiibinaliers Réservations  : smarturLit/cartierbressori Album disponible en magasin. sur toutes lie plateforrnsr ; de streaming et.9.1r aparternuSiocorn TE paris..5.e met 100% 1 janvier 2020 cadences 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :