Cadences n°330 janvier 2020
Cadences n°330 janvier 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°330 de janvier 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Les Concerts Parisiens

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,7 Mo

  • Dans ce numéro : piano Elisabeth Leonskaja.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
les concerts du disques mois Claudio Monteverdi Heereeten VESPRO se..d.liara Wilde -r RAPHAËL...PICHON Prix:. VLADEGERCN etilegign SrenSympharie SuLganir tbrulai 26 cadences janvier 2020 fleeriemd Il Vespro della Beata Vergine Ensemble Pygmalion, R. Pichon (direction). AvecL. Desandre, E. Zaïcik,L. Richardot, E. Gonzalez Toro, Z. Wilder... 1 DVD Château de Versailles Il s’agit ici de la captation d’un concert dans le cadre évidemment somptueux de la Chapelle Royale de Versailles. Raphaël Pichon a choisi une optique monumentale du chef-d’œuvre monteverdien, qui colle parfaitement au lieu et à son acoustique. Saluons la perfection du chœur de Pygmalion et une distribution constituée d’étoiles montantes du chant français, dont les remarquables qualités individuelles savent se fondre dans une unité bienvenue. Dans une discographie pléthorique, cette version devrait devenir un classique. YT Johannes Brahms Trios pour piano, violon & violoncelle n°1 à 3, Trio avec piano, clarinette & violoncelle. G. Couteau, piano ; A. Coyeteaux, violon ; R. Perraud, violoncelle ; N. Baldeyrou, clarinette. 2 CD La Dolce Volta Passionné par la musique de Brahms, Geoffroy Couteau poursuit son exploration de l’œuvre du compositeur allemand dont il est le passeur toujours aussi inspiré. Maître d’œuvre de cet enregistrement des Trios pour piano, violon et violoncelle op. 8, 87 et 101, il pénètre tout autant que ses partenaires dans les profondeurs intimes d’une matière musicale tumultueuse, nostalgique et sensuelle avec un art envoûtant de peintre à la clarté irradiante. MLN Pancho Vladigerov Sept Danses symphoniques bulgares. Rhapsodie Vardar. Suite bulgare Orchestre philharmonique de Roussé, dir. Nayden Todorov. Naxos Tenu par Chostakovitch pour l’un des plus grands compositeurs du xx e siècle, Vladigerov est l’Enesco au goût bulgare. Plus exotique que celle de dernier, sa musique ruisselante de mélodies et trépidante de rythmes se pare de couleurs harmoniques et orchestrales éblouissantes, à l’image des somptueuses tapisseries des Mille et une nuits. Tour à tour slaves ou arabes, ses inflexions ravissent par son opulence et sa communicative sensualité  : Ravel, Respighi et Khatchaturian se mêlent en un cocktail aussi personnel qu’enivrant, et l’on reste sous le charme. MF Wilhelm Furtwängler Intégrale des enregistrements DG et Decca (1929-1951). Berliner Philharmoniker, Wiener Philharmoniker, London Philharmonic. Coffret 33 CDs Deutsche Grammophon. Plongé dans son monde intérieur et possédé par l’essence des œuvres, il ne cherchait pas la perfection technique mais à communiquer un flux nerveux et émotionnel unissant les musiciens et le public en une fervente communion. L’action créatrice primait sur la réflexion  : de là l’intensité quasi-surnaturelle de ces gravures hors-norme. Ainsi du poignant enregistrement de sa colossale Deuxième symphonie (1951), tragique à l’image de la destinée  : à l’instar de Mahler, ce grand chef d’orchestre était aussi un génial créateur. MF Stéphanie d’Oustrac, mezzo Une soirée chez Berlioz T. Rousset, guitare ; T. De Williencourt, piano. 1 CD Harmona mundi. Voilà un disque passionnant  : Berlioz, certes, mais ses amis (Liszt bien sûr) et ses influences (notamment Dalayrac que Berlioz cite avec adoration dans ses Mémoires). On découvre un Berlioz intime, très différent du maître des fresques monumentales. Sublime Marguerite de La Damnation de Faust ou suffocante Cassandre dans Les Troyens sur les plus grandes scènes, Stéphanie d’Oustrac sait plier ses grands moyens vocaux à toute cette délicatesse. Elle est merveilleusement entourée par Tanguy de Williancourt et Thibault Roussel (on oublie trop souvent l’affection de Berlioz pour la guitare). YT Françoise Masset, soprano POUR LN FINIR 1 MU LA GLR Mélodies française & allemandes de la Grande Guerre  : Jongen, Déodat de Séverac, Pillois, Milhaud A. Le Bozec, piano. 1 CD Hortus Le label Hortus publie avec régularité dans sa collection « Les Musiciens et la Grande Guerre » un florilège d’œuvres de compositeurs ayant peu ou prou subi dans leur chair le Premier conflit mondial. Ce volume XXIX est consacré à des mélodies de musiciens français et allemands notoirement connus (Messager, Milhaud, Fauré, Séverac, Jongen, Martinu, Hindemith) ou anonymes (Carpenter, Gurney, Brillouin, Février…). L’interprétation exemplaire de Françoise Masset tant au niveau de la diction que de la qualité du timbre entre en résonance avec l’accompagnement empathique d’Anne Le Bozec. MLN
Michel Garnier france musique fête… les 50 ans du Collegium Vocale de Gand Le Collegium Vocale de Gand 3 questions à… Clément Rochefort, Passionné de musique baroque et de radio depuis son plus jeune âge, Clément Rochefort est l’une des voix de France Musique depuis 2011. Il présente les concerts des lundis et mardis (musique ancienne et baroque) à 20h, et tous les samedis, à 16h, Générations France Musique, le Live, une émission façon « concert salade ». Quand et comment avez-vous découvert le Collegium Vocale de Gand ? J’ai découvert le Collegium Vocale de Gand quand j’étais encore un jeune adolescent. À l’époque, j’étudiais le violoncelle et le piano, et j’avais une véritable passion pour la musique de Jean-Sébastien Bach, en particulier – grâce à mon grand-père – pour sa Passion selon Saint-Matthieu. C’est avec l’enregistrement mythique de Philippe Herreweghe (Harmonia Mundi, 1985) que j’ai découvert le Collegium. J’ai dû l’écouter des dizaines de fois, avec les voix extraordinaires de Howard Crook, Barbara Schlick, René Jacobs ou encore Peter Kooy ! Quelles sont d’après vous les spécificités du Collegium Vocale de Gand ? C’est un chœur opulent, d’une medias >RETROUVEZ LE COLLEGIUM VOCALE GENT SUR FRANCE MUSIQUE RETROUVEZ LE COLLEGIUM VOCALE GENT SUR FRANCE MUSIQUE Dimanche 19 janvier, 7h Le Bach du dimanche – Corinne Schneider Du lundi 20 au vendredi 24 janvier, 9h En Pistes  : Les Grands interprètes – Emilie Munera & Rodolphe Bruneau-Boulmier Du lundi 20 au vendredi 24 janvier, 11h Allegretto – Denisa Kerschova Lundi 20 janvier, 13h Musicopolis  : Les saisons de Haydn – Anne-Charlotte Rémond Lundi 20 janvier, 15h Relax ! – Lionel Esparza Du lundi 20 au vendredi 24 janvier, 22h30 Les Grands entretiens  : Philippe Herreweghe (rediffusion) – François-Xavier Szymczak France Musique enregistre également 3 concerts du Collegium Vocale Gent  : les 21 janvier (diffusion en direct), 1er février et 8 avril. Toutes les émissions sont à réécouter et à podcaster sur francemusique.fr Radio France/Christophe Abramowitz grande homogénéité, qui vous enveloppe. J’aime aussi son extrême précision et son sens des nuances (des pianos murmurés ou des fortissimos puissants, articulés en des crescendos/decrescendos précis et dynamiques). Et surtout, une grande ferveur se dégage de ses interprétations. Ce sont comme des colonnes vocales qui montent vers le ciel, avec une ductilité, une élasticité sublimes. Le Collegium Vocale de Gand a vraiment un sens du sacré et du dramatique, aussi bien dans les cantates de Bach qu’en petit effectif dans les madrigaux de Gesualdo par exemple. Quel a été le rôle de Philippe Herreweghe pendant ces cinquante années d’existence du Collegium vocale de Gand ? Philippe Herreweghe est l’un des piliers du mouvement du renouveau baroque, qui s’est intéressé à l’interprétation de la musique des xvi e au xviii e siècles historiquement informée, surtout de la musique sacrée de Bach. C’est l’un des premiers à en avoir proposé une version fervente, lyrique, souple, loin des interprétations un peu raides, motoriques ou « mathématiques » qu’on pouvait entendre. C’est aussi un musicien qui ne s’est jamais arrêté de se questionner, sculptant son Collegium Vocale de Gand au fil du temps, revenant sur certains partis pris (il réenregistre par exemple actuellement la musique de Bach avec un petit ensemble où les solistes prennent en charge les parties chorales). Il a aussi inculqué à son chœur l’importance capitale de la compréhension du texte. Il ne suffit pas de chanter « joli ». Il faut chanter « juste ». Philippe Herreweghe a ainsi développé une dimension essentielle à l’interprétation de la musique baroque avec le Collegium Vocale de Gand  : la rhétorique, faisant de ce répertoire une musique chargée d’émotions, vivante et authentique.france. musique [14 francemusique.fr janvier 2020 cadences 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :