Cadences n°226 septembre 2009
Cadences n°226 septembre 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°226 de septembre 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Les Concerts Parisiens

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4,3 Mo

  • Dans ce numéro : La Flûte Enchantée de Mozart.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 PORTRAIT cadences septembre 2009 I Philippe Jaroussky La passion intacte DIX ANS DÉJÀ QUE GÉRARD LESNE ET JEAN-CLAUDE MALGOIRE ONT RÉVÉLÉ LE MIRACLE JAROUSSKY, À PEINE SORTI DE L’ADOLESCENCE. AUJOURD’HUI, COUVERT DE RÉCOMPENSES ET D’HONNEURS, IL REMPLIT LES SALLES DE CONCERTS LES PLUS PRESTIGIEUSES SUR SON SEUL NOM, DEVENU LA PROMESSE D’UN AILLEURS IMPALPABLE. L’ENTHOUSIASME, LA PASSION INTACTS, PHILIPPE JAROUSSKY N’A PAS UN SEUL INSTANT CESSÉ DE N’ÊTRE QUE MUSIQUE. Simon Fowler - Virgin Classics Dix ans de carrière ? Il trouverait présomptueux de s’en vanter, et rien ne lui ressemble moins. Quoi de plus naturel d’ailleurs, à l’heure où la voix de contre-ténor, si fragile à ses balbutiements, a gagné en endurance, en longévité, et plus encore en capacité de maturation ? Plutôt dix ans de concerts, de rencontres surtout. Et pour les célébrer, le 24 octobre à la Salle Gaveau, rien moins qu’un fourre-tout autosatisfait, une vraie fête d’artiste : « J’ai envie d’une soirée très concentrée et rythmée, alternant clins d’œil et moments d’émotion. Il y aura des surprises, des chocs, des invités inattendus. La difficulté de l’exercice est de se faire plaisir sans imposer au public un programme indigeste. » « J’ai envie de reprendre l’Orfeo de Gluck » L’occasion, aussi, de mesurer le chemin parcouru, en considérant les étapes plus intimes qu’ont pu être la création de l’ensemble Artaserse ou l’aboutissement du travail musicologique sur le castrat Carestini, parallèlement à son évolution vocale. Car celui qui s’est si longtemps défendu d’être sopraniste, malgré cette couleur si claire et cette extension si évidente qu’elles ont longtemps pu le laisser croire, a désormais vaincu le complexe de n’être pas alto : « Plus on maîtrise les aigus, plus le médium est solide, ce qui permet d’aborder des tessitures plus graves. J’ai envie de reprendre l’Orfeo de Gluck qui, parmi les rôles d’alto, est un des mieux adaptés à ma voix, du fait sans doute d’un dramatisme plus éthéré. Peut-être y a-t-il après dix ans une meilleure perception de ce que sont mes qualités et mes défauts. Je ne vais pas pourtant me limiter à des emplois élégiaques, en demi-teintes, sous prétexte qu’ils me vont mieux. Mais dès que j’aborderai des rôles plus dramatiques, il me faudra être plus prudent. J’ai encore dû refuser, bien qu’à contrecœur, le Jules César de Händel. Certains rôles, que je connais pour les avoir entendus et vécus à côté d’autres chanteurs, ne sont pas pour moi. Mes prochains disques, principalement dédiés à la musique italienne, couvriront des tessitures entre l’alto et le soprano, avec des pièces qui ne sont peut-être pas à la portée de tous les contre-ténors, et s’accordent à la particularité de ma voix dans le haut médium. » La dolce Fiamma, le nouveau récital de Philippe Jaroussky, qui paraîtra chez Virgin Classics en novembre et dont il donnera quelques airs au Théâtre des Champs-Élysées dès le 16 septembre prochain, met particulièrement en valeur le chatoiement de ce registre singulier, puisqu’il se veut même résolument sopranisant. Après
le castrat Carestini, trop longtemps demeuré dans l’ombre de Senesino et surtout Farinelli, le contre-ténor français comble une nouvelle lacune en embrassant la cause de Jean-Chrétien Bach, que ni son glorieux patronyme, ni son influence sur le jeune Mozart n’ont jusqu’à présent permis de réhabiliter : « Plutôt qu’à un strict inconnu, je préfère m’intéresser à quelqu’un dont on connaît le nom, et qui jouit d’une certaine réputation. Jean- Chrétien Bach est considéré comme un excellent musicien, malgré certains a priori sur un style trop galant pour ne pas être précieux. C’est le paradoxe de certains compositeurs comme Salieri, que tout le monde connaissait à cause du film Amadeus, mais dont personne, ou presque, n’avait entendu la musique avant que Cecilia Bartoli ne s’en empare. » Chercheur patenté, Philippe Jaroussky s’est plongé avec une avidité d’abord pragmatique dans le corpus, d’ailleurs Discographie sélective•.0% se% Antonio Vivaldi, Orlando Furioso assez restreint – pas plus de quinze partitions, opéras et oratorios confondus, très sérieusement éditées en facsimilés –, des œuvres vocales du « Bach de Londres », et n’a pas tardé à débusquer quelques perles : « La première étape consiste à sélectionner les airs qui sont à ma portée. Certaines parties de castrats de Catone in Utica, Alessandronell’Indie et Lucio Silla se sont par exemple révélées trop aiguës. Je les ai donc écartées la mort dans l’âme, bien que je sois de plus en plus convaincu, lorsque l’envie d’aborder une pièce est très forte, de la possibilité de la transposer, si l’écriture orchestrale le permet. Mais il se trouve qu’à cette époque, la plupart des tonalités étaient signifiantes. D’autres airs m’ont semblé moins intéressants à défendre. Enfin, il faut préserver l’équilibre du disque : on ne peut pas faire que des airs de bravoure. J’ai également voulu un programme un peu plus dramatisé, avec beaucoup de I Avec Marie-Nicole Lemieux, Jennifer Larmore, Veronica Cangemi, Lorenzo Regazzo, AnnHallenberg, Blandine Staskiewicz. Ensemble Matheus, Jean-Christophe Spinosi (direction) 3 cd Naïve À elles seules, les 7 minutes et 49 secondes de l’aria Sol da te, mio dolce amore, où Philippe Jaroussky dialogue en apesanteur avec la flûte de Jean-Marc Goujon justifient cet enregistrement, un must de l’Edition Vivaldi de Naïve. Antonio Vivaldi, Heroes Ensemble Matheus, Jean-Christophe Spinosi (direction) 1 cd Virgin Classics Un aboutissement comme il y en a peu aujourd’hui, dans un paysage discographique qui met souvent la charrue avant les bœufs. L’équilibre entre l’orchestre trépidant de Jean-Christophe Spinosi et la ligne supérieurement élégiaque de son contre-ténor fétiche touche ici au sublime. Opium, mélodies françaises Avec Jérôme Ducros, piano 1 cd Virgin Classics Un contre-ténor, qui plus est français, dans de la mélodie, qui plus est française, c’était prendre le risque absolu. Non content d’oser ce pari tout sauf gagné d’avance, Philippe Jaroussky a osé le réussir. Et d’un verbe d’une clarté inespérée. récitatifs accompagnés, d’autant que l’apport de musiciens tel Jean- Chrétien Bach est de faire dialoguer l’orchestre dès le récitatif. » Pour la première fois au disque, Philippe Jaroussky est associé au Cercle de l’Harmonie, qui a pour ainsi dire suscité le projet : « L’idée était d’abord de faire un disque avec l’orchestre de Jérémie Rhorer. Connaissant son intérêt pour le préclassicisme, j’ai voulu être en accord avec sa démarche. Le consensus autour de Jean-Chrétien Bach est venu assez vite. Le Cercle de l’Harmonie a énormément d’énergie, mais aussi de classe, avec une approche extrêmement fine et détaillée, sans perdre une certaine vision d’ensemble, en ne forçant jamais les traits à l’excès. C’est un orchestre racé. » La promesse en somme de l’accord parfait. ● MEHDI MAHDAVI Philippe Jaroussky EN CONCERT MERCREDI 16 SEPTEMBRE - PARIS JEAN-CHRÉTIEN BACH, MOZART Le cercle de l’harmonie Direction : Jérémie Rhorer. 20h00. Théâtre des Champs-Élysées. 5-92 €. Tél. : 01 49 52 50 50. LUNDI 5 OCTOBRE - AMIENS TEATRO D'AMOR L’Arpeggiata Direction : Christina Pluhar. Nuria Rial (soprano), Monteverdi, Ferrari, Sances… 20h30. Maison de la culture. De 13 à 27 €. Tél. : 03 22 97 79 79 SAMEDI 17 OCTOBRE - PARIS FARAMONDO, OPÉRA DE HÄNDEL I Barocchisti Direction : Diego Fasolis Max Emanuel Cencic, Lisa Cristelli, Marina de Liso, In-sung Sim, Xavier Sabata, Fulvio Bettini 20h00. Théâtre des Champs-Élysées. 5 à 82 €. Tél : 01 49 52 50 50 SAMEDI 24 OCTOBRE - PARIS COUVERTURE DIX ANS DÉJÀ ! L’Arpeggiata. Direction : Christina Pluhar. Ensemble Artaserse. Jérôme Ducros (piano). Ensemble Contraste. Et de nombreux invités surprise… 20h30. Salle Gaveau. 12 à 55 €. Tél. : 01 48 24 16 97. cadences septembre 2009 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :