Bubble mag n°7 jun/jui/aoû 2008
Bubble mag n°7 jun/jui/aoû 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de jun/jui/aoû 2008

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Elbbub

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 5,5 Mo

  • Dans ce numéro : tous au potager !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
Le diabète est à ce jour encore peu répandu dans la population enfantine. Pourtant, l’OMS s’alarme de la récente apparition du diabète de type 2 chez les enfants, dès l’âge de 8 ans, en soulignant un lien direct avec le développement de l’obésité enfantine… Voici donc quelques clés pour mieux comprendre le diabète et ses conséquences sur la qualité de vie des petits diabétiques. Qu’est-ce que c’est, le diabète, déjà ? Parmi les nombreux organes vitaux du corps, on compte le pancréas – ou usine à insuline. Parmi les nombreuses sources d’énergie dont le corps a besoin, on compte le glucose, communément appelé aussi « sucre ». L’insuline, produite automatiquement par le pancréas, permet le passage du sucre depuis le sang jusqu’aux muscles et autres organes qui l’utilisent pour fonctionner. On parle de diabète lorsque le pancréas ne produit plus – ou pas assez – d’insuline et qu’il doit être remplacé ou renforcé par des actions externes ou bien quand l’insuline produite ne fait plus effet sur le sucre. Ce dernier se retrouve alors stocké dans le sang et ne circule plus correctement dans les organes. À long terme, sans traitement, cette forte concentration de glucose dans le sang – ou hyperglycémie – provoque des dommages importants. À quoi correspondent le diabète de type 1 et celui de type 2 ? Dans le diabète de type 1 – ou insulinodépendant (l’injection artificielle d’insuline est indispensable), irréversible –, le pancréas est incapable de produire de l’insuline. Dans le diabète de type 2, réversible, le pancréas fonctionne normalement, mais l’organisme développe une résistance à l’insuline qui est de moins en moins efficace. Comment reconnaît-on le diabète ? Une fois que le niveau de sucre dans le sang – ou taux de glycémie – atteint un niveau trop élevé, des symptômes incontournables commencent à apparaître. Fatigue, perte de 42 Le diabète chez l’enfant « Si les traitements sont aujourd’hui très bien maîtrisés, les causes de la maladie font toujours l’objet d’études, sans réponses simples à ce jour » poids significative, grande soif et envie très fréquente d’aller faire pipi… Une prise de sang ainsi qu’une analyse d’urine confirmeront très rapidement le diagnostic. Diabétologues, infirmières et diététiciens viendront alors former une équipe autour de l’enfant malade, pour rétablir rapidement son taux de glycémie et l’aider à se sentir physiquement beaucoup mieux. Le traitement mis en place durera toute sa vie. D’où viens-tu, diabète ? Si les traitements sont aujourd’hui très bien maîtrisés, les causes de la maladie font toujours l’objet d’études, sans réponses simples à ce jour : dans 30% des cas, par Sabine Bazoche les origines du diabète demeurent inexpliquées. Ce que l’on sait, c’est que le diabète de type 1 peut être, dans certains cas, d’origine auto-immune – c’est quand l’organisme, luttant contre les virus et bactéries, s’attaque aux cellules du pancréas et le détruisent. Or certaines personnes présentent une prédisposition génétique à développer ces mécanismes auto-immunitaires. D’autre part, un enfant présente plus de risques de développer un diabète si l’un des parents en est déjà atteint (mais ce taux de risque demeure faible – environ 3 à 5%). Quant aux causes du type 2, elles sont principalement liées à un problème de surpoids qui dérègle le travail de l’insuline.
Comment soigne-t-on les personnes diabétiques ? Les traitements sont très différents selon que l’on est atteint d’un diabète de type 1 ou de type 2. Dans le premier cas, le pancréas étant totalement inactif, l’insuline vitale sera injectée dans le corps grâce à des piqûres, plusieurs fois par jour, ou via une pompe à insuline, installée en permanence sur le patient. Le traitement du diabète de type 2, lui, diffère selon le niveau d’activité du pancréas, allant d’un « simple » changement de mode de vie (alimentation et activité physique) à la prise de comprimés. Quelle vie pour un enfant diabétique ? Il serait mensonger de dire que le diabète ne change rien… Une fois traité, certes, le petit diabétique pourra reprendre une vie presque normale. On connaît même des sportifs de haut niveau atteints par cette maladie ! Cependant, pour un enfant, la vie perd un peu de son innocence et de sa souplesse… Les gestes du quotidien : tout comme un petit apprend à se laver les dents quotidiennement, l’enfant atteint de diabète devra apprendre à contrôler régulièrement sa glycémie, à effectuer ses multiinjections et à surveiller ses sensations physiques. Le danger immédiat du diabète de type 1 est l’hypoglycémie – à savoir un trop faible niveau de sucre dans le sang –, qui provoque des sensations de malaise et un risque (rare) de perte de connaissance. Les « ratés » dus à une surdose d’insuline ou à une dépense physique imprévue, par exemple, sont courants et peuvent être très désagréables. L’alimentation : contrairement à ce que l’on imagine, l’enfant diabétique peut manger de tout. Mais il doit savoir précisément combien ses repas ou collations lui apportent de glucose afin de déterminer la dose d’insuline à injecter. C’est un exercice difficile qui demande une très bonne connaissance de la diététique et une grande gymnastique d’esprit : le glucose se cache partout, même dans les légumes, bien qu’à faible dose ! Et les gâteaux surprises deviennent parfois un vrai casse-tête ! La régularité : c’est dans ce registre que la vie d’un enfant perdra encore plus de son insouciance. Les repas, si le petit patient Quelques chiffres r Il y a dans le monde près de 195 millions de diabétiques, dont 3 millions en France (5% de la population). D’ici 2025, l’OMS s’attend à un nombre de diabétiques d’environ 300 millions. r En France, 15 000 enfants de moins de 20 ans sont atteints de diabète et 1 400 nouveaux cas sont décelés chaque année. Le diabète de type 2 est apparu chez l’enfant américain il y a 10 ans, et il est maintenant aussi fréquent que le type 1. « Tout comme un petit apprend à se laver les dents quotidiennement, l’enfant atteint de diabète devra apprendre à contrôler régulièrement sa glycémie » n’est pas traité par une pompe à insuline, doivent être pris à heure régulière, tout comme les injections d’insuline. C’est une question de discipline, et les petits déjeuners tardifs ou les repas de famille qui n’en finissent plus viendront compliquer la vie d’un enfant diabétique. Adresses Recevoir un enfant diabétique : 3 règles d’or Avant toute chose, n’oublions pas que rares sont les enfants qui aiment se faire remarquer… Qu’il s’agisse d’un régime ou d’une difficulté physique, aucun enfant ne voudra être différencié de ses petits camarades lorsqu’il est en bonne compagnie. Ne lui préparez pas de menu spécifique : évitez les « gentilles attentions », comme un dessert sans sucre ou un repas diététique. L’enfant diabétique sait très bien, à priori, ce qu’il peut manger et saura refuser les aliments qu’il ne maîtrise pas bien. Ne le mettez pas mal à l’aise en lui accordant un régime particulier. Évitez les situations qui risquent de provoquer une hypoglycémie : en revanche, soyez prudents sur le rythme que vous allez lui imposer, car une hypoglycémie peut survenir vite et l’empêcher, momentanément, de suivre le groupe. Ce sont des situations qui peuvent être très mal vécues, car elles soulignent et rappellent la maladie. Prévoyez sucre, fruits et pain : en cas d’hypoglycémie, l’enfant doit absorber immédiatement l’équivalent de 15 g de sucre. Vérifiez donc que vous avez à portée de sa main des morceaux de sucre, ou tout simplement des biscuits, plus agréables à consommer dans l’urgence. Quant aux fruits ou au pain, ils constituent une collation idéale si les repas sont décalés par rapport au rythme habituel de votre petit invité diabétique. Tout n’est pas toujours drôle pour un enfant diabétique, mais, heureusement, avec l’aide de son entourage, il peut parfaitement mener une vie similaire à celle de ses petits amis. Pourtant, restons très vigilants, car le diabète de type 2, lui, se propage rapidement. Il est donc essentiel d’apprendre à s’alimenter sainement et à exercer une activité physique régulière. r Aide aux jeunes diabétiques ; www.diabete-france.net. Tél. : 01 44 16 89 89. r Association française des diabétiques ; www.afd.asso.fr. Tél. : 01 40 09 24 25. r International Diabetes Federation ; www.idf.org. (site canadien en langue anglaise). 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Bubble mag numéro 7 jun/jui/aoû 2008 Page 1Bubble mag numéro 7 jun/jui/aoû 2008 Page 2-3Bubble mag numéro 7 jun/jui/aoû 2008 Page 4-5Bubble mag numéro 7 jun/jui/aoû 2008 Page 6-7Bubble mag numéro 7 jun/jui/aoû 2008 Page 8-9Bubble mag numéro 7 jun/jui/aoû 2008 Page 10-11Bubble mag numéro 7 jun/jui/aoû 2008 Page 12-13Bubble mag numéro 7 jun/jui/aoû 2008 Page 14-15Bubble mag numéro 7 jun/jui/aoû 2008 Page 16-17Bubble mag numéro 7 jun/jui/aoû 2008 Page 18-19Bubble mag numéro 7 jun/jui/aoû 2008 Page 20-21Bubble mag numéro 7 jun/jui/aoû 2008 Page 22-23Bubble mag numéro 7 jun/jui/aoû 2008 Page 24-25Bubble mag numéro 7 jun/jui/aoû 2008 Page 26-27Bubble mag numéro 7 jun/jui/aoû 2008 Page 28-29Bubble mag numéro 7 jun/jui/aoû 2008 Page 30-31Bubble mag numéro 7 jun/jui/aoû 2008 Page 32-33Bubble mag numéro 7 jun/jui/aoû 2008 Page 34-35Bubble mag numéro 7 jun/jui/aoû 2008 Page 36-37Bubble mag numéro 7 jun/jui/aoû 2008 Page 38-39Bubble mag numéro 7 jun/jui/aoû 2008 Page 40-41Bubble mag numéro 7 jun/jui/aoû 2008 Page 42-43Bubble mag numéro 7 jun/jui/aoû 2008 Page 44-45Bubble mag numéro 7 jun/jui/aoû 2008 Page 46-47Bubble mag numéro 7 jun/jui/aoû 2008 Page 48-49Bubble mag numéro 7 jun/jui/aoû 2008 Page 50-51Bubble mag numéro 7 jun/jui/aoû 2008 Page 52-53Bubble mag numéro 7 jun/jui/aoû 2008 Page 54-55Bubble mag numéro 7 jun/jui/aoû 2008 Page 56-57Bubble mag numéro 7 jun/jui/aoû 2008 Page 58-59Bubble mag numéro 7 jun/jui/aoû 2008 Page 60