Bubble mag n°6 avr/mai 2008
Bubble mag n°6 avr/mai 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°6 de avr/mai 2008

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Elbbub

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 5,6 Mo

  • Dans ce numéro : l'école autrement.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
ebGlobulle ■ SANTÉ par Marie-Christine Hugonot Prudence ! La vue des enfants se vérifie au berceau. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Les ophtalmologistes alertent les parents. Soyez vigilants, et n’attendez surtout pas que l’enfant soit scolarisé pour faire contrôler sa vue. Les chiffres. L’Asnav (Association nationale pour l’amélioration de la vue) tire la sonnette d’alarme : « Sur 750 000 enfants qui naissent chaque année en France, 100 000 ont ou vont avoir des problèmes de vision. Soixante mille sont myopes (l’enfant voit mal de loin mais bien de près – un défaut souvent héréditaire), hypermétropes (l’enfant voit très bien de loin et mal de près) et/ou astigmates (une vision médiocre de près comme de loin). Restent 10 000 enfants dont la pathologie oculaire demande une très grande attention. » Plus d’un enfant sur sept devrait donc consulter pour sa vue, entre 0 et 5 ans. Dépistage. Ni panique, ni politique de l’autruche… Le carnet de santé préconise enfin un dépistage à neuf mois : respectez cette demande, qui correspond à des raisons précises. Michèle Couderc, ophtalmologiste pédiatrique à Paris, explique : « Il permet de révéler tous les problèmes de strabisme, d’amblyopie (diminution de l’acuité visuelle) et d’amétropie (myopie, hypermétropie, astigmatisme). Or, une prise en charge précoce permet un traitement précoce, et il faut savoir –cela est rassurant, aussi – que, pour soigner certaines pathologies détectées à temps, une rééducation visuelle suffit. Enfin, le fait de pouvoir dépister et reconnaître des anomalies congénitales peut avoir des conséquences bénéfiques sur le reste du développement de l’enfant, sa scolarité et son comportement. » Carnet d’adresses Opticiens spécialisés dans l’enfance r Kid’s Optic 19, rue Marceau, 37000 Tours. Tél. : 02 47 66 62 64. 38 r Lafont Tél. : 01 41 46 16 80 (liste des points de vente). www.lafont.com Certains signaux doivent mettre en alerte les parents : un enfant qui se frotte les yeux trop souvent, qui fronce les sourcils, qui est vraiment très maladroit, qui a un œil qui larmoie, qui écrit ou dessine le nez collé à sa feuille, qui est trop sensible à la lumière forte, ou bien dyslexique... r Lissac Kids 112-114, rue de Rivoli, 75001 Paris. Tél. : 01 44 88 44 39 et « corners » enfants dans les magasins Lissac. www.lissac.fr « Tambour » de Lafont Vuarnet Kids r Little Opta 81, rue Caulaincourt, 75018 Paris. Tél. : 01 42 54 12 60. Les contrôles doivent vraiment être pratiqués par des spécialistes de la vue. Dans le cas de l’hypermétropie, par exemple, « l’enfant peut, lors de l’examen, faire illusion puisqu’il est capable de faire son autofocus, comme un appareil photo. Les enseignants connaissent encore mal l’hypermétropie, qui « Bamboo » de Logo r Optikid, 24, boulevard Exelmans, 75016 Paris. Tél. : 01 40 50 01 02. « Wayfarer » de Ray-Ban r Zenkid’s Tél. : 03 84 73 77 20 (liste des points de vente). www.zenka.fr
nécessite aussi de porter des lunettes ». Il ne faut jamais hésiter à expliquer aux parents la pathologie de leur enfant pour souligner l’importance du port régulier de lunettes, afin qu’ils puissent y veiller. Si l’enfant doit porter des lunettes – ce qui, aux dires des opticiens spécialisés, traumatise souvent les parents, contrairement à leur progéniture (!) –, choisissez de préférence un interlocuteur p ointu, qui connaisse et aime les enfants, qui sache s’armer de patience et gérer les états d’âme de la famille ! L’opticien spécialisé dans l’enfance sera de bon conseil, et son magasin, plus ludique. Ou, à défaut, comme ils sont encore trop peu nombreux en France, préférez quelqu’un ayant suivi une formation spécifique, ce qui existe dans certaines enseignes – chez Lissac notamment. Le choix de ces lunettes est conditionné par des critères multiples pour que le traitement soit efficace. Selon les âges, l’anatomie d’un enfant change. Et en aucun cas son visage ne doit être considéré comme celui d’un adulte en miniature ! Attention aux dangers du soleil ! À la mer comme à la montagne, il est indispensable de faire porter aux enfants des lunettes de soleil vraiment protectrices, même si, parfois, cela relève de l’exploit ! Son « capital vue » est tout neuf ; ses défenses, ridicules. Avant l’âge de 10-12 ans, le cristallin, parfaitement clair et transparent, laisse passer au moins 75 % des UV. Souvent, les Des lunettes pour tous les goûts Bien que la mode soit à la création de montures de lunettes identiques à celles des parents en modèle réduit, la plupart des fabricants ou créateurs d é c l i n e n t d e s f o r m e s p o u r chaque tranche d’âge. Et lorsque Lafont ou Karavan wei r jouent sur la ressemblance des modèles, ils prennent soin de les adapter aux jeunes porteurs. Comme Vuarnet pour ses nouvelles solaires. Les enfants aiment aussi beaucoup les marques pour enfants – celles qui leur rappellent leurs héros préférés, ce qui fait le bonheur d’Inottica, ADCL (avec Les Triplés, Piwatoo…), de Logo (avec Harry Potter, Disney, etc.) ou d’Opal (Hello Kitty, petits porteurs de lunettes possèdent une paire de solaires adaptées à leur vue ou un clip solaire – qui existe même pour les bébés (chez Logo) ! Plus l’enfant est petit, plus les fabricants se décarcassent pour trouver le moyen de le protéger durablement, avec des systèmes d’attaches qui évitent les pertes à répétition de lunettes, si ruineuses. Malgré tout, le prix est garant de qualité. Une paire Article.' de pli c kW>. Alliages pimmanen+1% Présiintilioni di* unkylerz tilbrifflue pur ism›. I rmikatun des mr5 unes pcor &aima moment Plierrurfor www,gravuresdemode.com QéstçÇkaged vékmenI5 4;be frierque mie entent5delà 16 ariu O etc.), qui se partagent principalement le marché des licences. Les adolescents (et pré-ados) plébiscitent Ray-Ban, d’autant plus que, depuis peu, le fameux modèle « Wayfarer » existe aussi en optique et dans plusieurs tons. On est bien loin des horribles « prothèses » qui « défiguraient » certains enfants ! Les recherches au niveau des matières, des formes, du confort, de la sécurité, des coloris et de la robustesse sont insoupçonnables. Aujourd’hui, à la fois techniques et esthétiques, les montures tiennent le choc sur le nez des plus intrépides et charment aussi les petites filles. Zenka, avec sa marque pour enfants Zenkid’s, a même décliné son invention de lunettes modulables, ce qui permet aux plus coquettes d’assortir leur monture à leur tenue, d’un simple clic ! de lunettes achetée à la sauvette sur un marché a des effets pervers. Le plastique teinté atténue l’éblouissement et procure alors une dilatation de la pupille qui, « rassurée » par ce confort trompeur, n’assure plus son rôle de filtre pour la cornée, le cristallin et la rétine. 39



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :