Bubble mag n°4 nov/déc 2007
Bubble mag n°4 nov/déc 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de nov/déc 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Elbbub

  • Format : (170 x 239) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 3,9 Mo

  • Dans ce numéro : cadeaux de Noël.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
7 : • 14 14 ? Fun-en-bulle JOUETS Doudous fous 1 5 10 2 8 6 Par Anne-Laure Poullain 1/ « Cat with Pink Flower », de Trousselier, en polaire rose et Liberty. Le Monde en marche, 34, rue Dauphine, 75006, Paris, 25 €. 2/Lapin, made by WOWO, en Liberty, très mimi. WOWO, 11, rue de Marseille, 75010 Paris, 19 €. 3/Le lapin « Gibus », made in China pour des nuits en couleurs. Petit Pan, 39, rue François-Miron, 75004 Paris, 29 €. 4/ « Lapinos » le lapin, le dernier-né des Baby Déglingos. Abis la Belette, 24, Galerie Vivienne, 75002 Paris, 46 €. 5/Le doudou « Woof », fabriqué à la main par Marie Sablayrolles, à Grasse. www.ohmondoudou.com, 30 €. 6/ « Musical Doll », un doudou vraiment fou, fait main par Heather Louise, américaine. Pièce unique. En exclu chez Purée Jambon, 25, rue Durantin, 75018 Paris, 70 €. 7/ « Le chat sourit », de Mini Labo, en feutre et tissu Liberty. Un must ! Notsobig, 38, rue Tiquetonne, 75002, Paris, 36 €. 8/ « Yoko – Hanabi », la toute dernière création de Madame Mo. Just for Life, 20, rue Houdon 75018 Paris, 18 €. 9/ « Cochon Pioug », par Candy Lesne. Astie Co, 198, quai de Jemmapes, 75010 Paris, 26 €. 10/ « Knot », le doudou de Pozio Petit Pois, en polaire et tissu. Gribouillages, 85, rue Mademoiselle, 75015, Paris, 29 €. 11/Le « Loup » de Candy Lesne. Existe en plusieurs coloris. La Troisième Place, 65, rue Bichat, 75010 Paris, 33 €. Retrouvez la sélection bubblemag des meilleures adresses de jouets sur www.bubblemag.fr, rubrique « e-shopping ». 3 11 9 4
Par Anne-Laure Poullain Une pâte à modeler top modèle ! Elle s’allonge, se pétrit, s’écrase, se transforme ; elle contient un peu de farine, a un goût salé et dégage une douce odeur d’amande vanillée ; elle est née en 1956 et sa composition exacte reste un secret industriel… Non, vous ne voyez toujours pas ? Vous donnez votre langue au chat ? La pâte à modeler Play-Doh, bien sûr ! Cette invention, essentielle quand on a entre 2 et 6 ans, est un véritable fruit du hasard. En 1956, Noah et Joseph McVicker, apprentis sorciers dans une entreprise de savon, découvrent que leur nouveau produit pour nettoyer les papiers peints (! ! !) se malaxe et se sculpte facilement. Ayant eu vent, par un instituteur, des difficultés des plus petits à manipuler les pâtes d’argile, Noah et Joseph McVicker ont la bonne idée d’envoyer une boîte de leur pâte magique à l’école. Et c’est l’enthousiasme chez les enfants ! Ils proposent alors de fournir toutes les écoles de Cincinnati. La pâte à modeler Play-Doh (en anglais « pâte à jouer ») est lancée, bien protégée sous le brevet U.S. 3167440. La première couleur disponible fut le blanc cassé, vendue dans des pots cylindriques en carton. Dès l’année suivante, le pack de 3 couleurs (jaune, rouge et bleu) fait son apparition. Aujourd’hui, tous les tons sont déclinés, dont le fluo pour les garçons et le pailleté pour les filles. Il existe même une pâte qui change de couleur selon la température : « la pâte magique » ! Et puis, si malgré tout vous ne trouvez pas votre bonheur, il suffit de mélanger les couleurs primaires pour en réaliser de nouvelles. Apprentis coloristes, à vos pots ! En 1960, Pete, le petit garçon aux cheveux blonds, devient la mascotte de la marque, remplaçant l’elfe des débuts. Chaque pays a son Pete personnalisé : en France, bien évidemment, il est coiffé d’un béret bleu ! Malheuresement en 2005, parce que cela devenait très compliqué de gérer tous ces clones, le petit bonhomme bien sympathique disparaît pour toujours. Alors, surtout gardez bien vos vieux pots de Play-Doh : ils vont vite devenir des collectors… La pâte Play-Doh est une invention plus que parfaite. Non seulement les enfants en redemandent, mais les parents aussi : elle n’est pas toxi- a Dès 2 ans. www.hasbro.com/playdoh/fr%5FFR/que (pas de souci si elle devient le goûter favori de votre bout d’chou…), ne tache pas (soluble dans l’eau savonneuse) et est réutilisable à volonté, à condition d’être maintenue dans son pot (détails que les enfants ont parfois du mal à mettre en pratique). L’idée géniale est de proposer aux minisculpteurs toutes sortes d’accessoires incroyables. « La Ferme », avec un serpentin extrudeur en forme de tracteur ; « le Clown », à qui l’on peut faire pousser cheveux et langue, mouler le nez ou une tarte à la crème… ; « le Coiffeur » (certain(e)s se souviendront peut-être de ces 3 têtes, créées dans les années 70, d’où sortaient d’incroyables coiffures) et bien d’autres encore. Qui dit mieux ? Plus sérieusement, après divers changements de propriétaire, la marque a finalement atterri en 1991 dans la besace de l’Américain Hasbro. Avec plus de 2 milliards de pots vendus depuis son invention (oui, oui, j’ai bien vérifié !), la marque est leader sur le marché. 15 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :