Bubble mag n°3 sep/oct 2007
Bubble mag n°3 sep/oct 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de sep/oct 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Elbbub

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 4,3 Mo

  • Dans ce numéro : SOS garde d'enfant.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
* Conciliabulle INTERVIEW PEOPLE Sandrine Kiberlain et l’association La Chaîne de l’Espoir C’était il y a presque dix ans ; je n’avais pas encore ma fille à l’époque et l’association m’a contactée. J’ai alors rencontré le Pr Alain Deloche, chirurgien en cardiologie, et son équipe de médecins et le courant est tout de suite passé. Les personnes publiques sont souvent sollicitées par les associations et il faut donc qu’il y ait un vrai flash pour s’engager. Je rencontre les enfants qui viennent en France, à l’hôpital et dans les familles qui les accueillent – des personnes extraordinaires d’ailleurs, qui forcent le respect. C’est l’occasion de faire des photos, de rencontrer des journalistes et, donc, de faire parler de l’association. Le but étant d’aider celle-ci à récolter des fonds, bien sûr. Avoir un enfant change le regard que l’on a sur l’injustice que peuvent subir d’autres enfants. C’est encore plus difficile à supporter. Oui, je lui en parle souvent. Elle a 7 ans : elle est donc en âge de comprendre. Mais je ne l’ai jamais emmenée avec moi, car c’est très dur quand les enfants arrivent en France. Ils sont au bout du rouleau. Ils souffrent beaucoup et sont souvent très tristes d’être loin de leur famille. Ce serait trop difficile pour une petite fille. Et puis c’est dans un système médiatique, et je préfère qu’elle reste en dehors de tout ça. Nous sommes très complices ; il y a beaucoup d’amour. Tout me plaît chez elle. Elle a un super caractère – pas comme le bébé que j’entends pleurer dans la cage d’escalier, qui n’a pas l’air commode ! Je lui ai appris à faire du vélo dans Paris, dans les endroits protégés : on part toutes les deux, chacune avec son vélo. D’ailleurs, nous venons de regonfler sa roue ! Sinon, je l’emmène voir des spectacles le week-end ou par Anne-Laure Poullain pique-niquer au jardin du Luxembourg. J’organise aussi des goûters géants à la maison avec ses copains et copines… J’aime les vêtements intemporels qui ne sont pas trop typés. Je mélange par exemple un jean ou une jupe trouvés dans une brocante avec une marque comme Bonpoint, Bonton ou Petit Bateau. Je n’aimerais pas qu’elle soit habillée des pieds à la tête par une grande marque. z La Chaîne de l’Espoir 96, rue Didot, 75014 Paris Tél. : 01 44 12 66 66. www.chainedelespoir.org © Djamel Diné Zitout
par Marie Malissen iVestibulle MODE Patrick van Heurck Bellerose, la marque belge qui habille toute la famille Le nom vient d’un petit village des États-Unis près de New York, mais Bellerose exprime surtout une philosophie de vie associant authenticité, liberté et confort. C’est en 2001 que la ligne Enfant voit le jour, après la création de la marque Bellerose Homme en 1989, par Patrick van Heurck, et de la marque Bellerose Femme en 1998, développée par un nouvel associé : Bruno Nissen. La marque, qui compte aujourd’hui 8 boutiques en son nom propre, s’est développée grâce à une philosophie d’ouverture : l’amour des belles choses et les rencontres au fil du temps de personnes et de lieux. Comme toujours : l’authenticité, le mix masculin/ féminin, le mélange du « vintage » et du « city », du bohème et de l’urbain. Chaque saison, Bellerose offre une collection Enfant alliant équilibre, décontraction et qualité, sans jamais occulter l’esprit ludique. Cet hiver, les stylistes Laetitia van Gindertael et Stephanie Ley se sont inspirées des uniformes des pensionnats anglais ainsi que des penderies de nos grands-parents. La gamme de couleurs allie le bleu marine et le kaki, le beige, le rouge et le bleu lavande. C’est une clientèle qui est de plus en plus sensible à la mode et à ses tendances et qui est séduite par le mélange que nous proposons dans nos collections : des basiques aux détails et finitions soignés. Nous utilisons des matières naturelles comme le twill, le velours côtelé ou le coton. Nous avons volontairement refusé certains textiles pour cet hiver, car ils étaient traités à l’ammoniaque. Principalement au Portugal, en Turquie et à Hong-Kong. Nous continuons notre diffusion dans les meilleurs points de vente multimarques ainsi que des ouvertures de boutique dans les villes importantes. z La marque vient d’ouvrir son premier point de vente en France, à Paris, au 39, rue du Temple, dans le IV e arrondissement. www.bellerose.be



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :