Bubble mag n°25 sep/oct 2012
Bubble mag n°25 sep/oct 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°25 de sep/oct 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Elbbub

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 9,3 Mo

  • Dans ce numéro : la rentrée.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
.* 22 Ecobulle ÉCO - CITOYEN g 20 novembre : Journée internationale des droits de l’enfant ç par Anne-Laure Troublé Chaque année, plus de 200 (!) « journées » sont dédiées à un thème particulier. Certaines ont été décrétées par l’ONU, d’autres sont nées sous l’impulsion d’institutions, d’ONG ou d’associations. Toutes ont pour objectif d’attirer l’attention sur un sujet précis en sensibilisant l’opinion. La Journée internationale des droits de l’enfant fait partie de la longue liste de ces journées très spéciales. Décryptage. Objectif Cette journée du 20 novembre, date anniversaire de l’adoption par l’ONU de la Convention internationale des droits de l'enfant (CIDE) en 1989, est l’occasion de rappeler les droits des enfants, tels que définis par la Convention, et de dénoncer les nombreuses injustices perpétrées contre les enfants dans le monde. L’idée de cette journée remonte à 1954, quand l’ONU recommanda que tous les pays instituent une Journée mondiale de l’enfance, sans pour autant en fixer le jour ! Le choix du 20 novembre, initié par la France en 1996, est devenu pour beaucoup de pays une date référente. La Convention internationale des droits de l'enfant (CIDE) Ce traité international, rédigé en 1989 par l’ONU, reconnaît des droits fondamentaux à tous les enfants du monde, au travers de 54 articles. Il a été ratifié par 193 pays qui se sont engagés à défendre et à garantir ces droits. En France : le « Défenseur des enfants » En l’an 2000 est votée la création d’un « Défenseur des enfants* » (actuellement, Marie Derain), chargé de veiller à l'application de ces droits fondamentaux et de les faire connaître. Sa particularité, unique dans le droit français, tient au fait qu’un mineur peut lui-même s’adresser au défenseur ! Par exemple, dans le cadre d'une procédure de divorce, lorsqu'un enfant écrit au juge pour qu'il le reçoive. S’il ne reçoit pas de réponse, le Défenseur des enfants peut intervenir afin de rappeler au juge ses devoirs. De même, lorsqu'un enfant handicapé ne va pas à l'école alors qu'il est en âge d'être scolarisé, le Défenseur des enfants peut intervenir pour aider cet enfant à trouver un établissement. * Désormais rattaché au Défenseur des droits, Dominique Baudis. La convention est-elle contraignante ? La CIDE ne prévoit pas de condamnation si un État viole l’un de ses articles. Cependant, un processus de contrôle a été institué via le Comité international des droits de l’enfant. Cet organe de l’ONU, composé d’experts indépendants, examine les rapports que les États doivent lui soumettre tous les cinq ans sur les mesures adoptées pour donner effet aux articles de la Convention (de nombreuses lois en France ont ainsi été promulguées pour adapter le droit français). Dans un souci de réelle transparence, le Comité examine, parallèlement aux rapports nationaux, les rapports transmis par des ONG. Théoriquement, ce comité peut « mettre à l’amende » un pays, mais ce qui pénalise réellement un État non respectueux, c’est surtout la médiatisation qui entoure la publication des observations générales des experts du Comité, une fois que le pays a été auditionné. La société civile (les ONG), les agences onusiennes et les journalistes détiennent bien souvent les clés pour faire en sorte que ces observations soient diffusées largement et que la pression sur l’État soit la plus forte possible.
/Histoire des droits de l’enfant Les enfants ont longtemps été considérés comme des êtres humains « secondaires », sur lesquels les parents avaient même droit de vie ou de mort, comme chez les Gaulois. Ils étaient une force de travail comme une autre : ce n’est qu’en 1841 qu’une loi a interdit en France le travail pour les enfants en dessous de… 8 ans ! Au milieu du xix e siècle, naît ainsi l’idée, en France, d’une protection particulière pour les enfants. La loi Ferry, qui leur confère en 1882 un vrai droit à l’éducation, est une réelle avancée : l’enseignement primaire devient obligatoire et gratuit, pour les enfants de 6 à 13 ans. La protection de l’enfant va ensuite se mettre en place progressivement au xx e siècle, notamment au niveau médical, social et judiciaire (juge des enfants). Le portail des droits de l’enfant Ce site, développé par l’association Humanium, aborde de manière très claire et en profondeur tout ce qui touche aux droits des enfants. De l’histoire de ces droits à leur actualité, en passant par les principaux textes internationaux, et au travers de dossiers thématiques (enfant soldat, travail des enfants, enfants des rues…), il permet d'avoir un regard à la fois concret et complet sur le sujet. www.droitsenfants.org, également : www.droits enfant.com 111• Initiée en France, cette idée de protection de l’enfance se propage dans d’autres pays d’Europe avant de trouver un écho international avec la création de la Société des Nations (SDN), qui adopte en 1924 la Déclaration de Genève. Cette Déclaration des droits de l’enfant en 5 points (inspirée des travaux du médecin polonais Janusz Korczak) reconnaît pour la première fois, au niveau international, des droits spécifiques aux enfants. L’horreur de la Seconde Guerre mondiale laisse derrière elle des milliers d’enfants en détresse. Pour leur venir en aide, il est créé en 1947 le Fond des Nations unies des secours d’urgence à l’enfance. C’est la naissance de l’UNICEF, qui devient, en 1953, une organisation internationale permanente. Initialement, l’UNICEF avait.• Ecobulle ÉCO - CITOYEN pour mission de porter secours aux victimes de la Seconde Guerre mondiale – essentiellement des enfants européens. Lorsque, en 1953, son mandat devient international, ses actions s’étendent aux pays en voie de développement. En 1959, pour approfondir la Déclaration de Genève, l’ONU adopte la Déclaration des droits de l’enfant, un texte en 10 principes. Une vraie prise de conscience sur l’importance d’accorder aux mineurs une convention qui leur soit adaptée, et qui aboutira 30 ans plus tard à la Convention internationale des droits de l'enfant, adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies le 20 novembre 1989. « Astérix & le Tour des Droits » Créé par le Défenseur des enfants et Albert Uderzo, ce jeu de l’oie en ligne fait découvrir aux enfants de 7 à 10 ans les droits de l’enfant de manière ludique. www.asterix.com/tour-des-droits. fi 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :