Bubble mag n°24 jun/jui/aoû 2012
Bubble mag n°24 jun/jui/aoû 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°24 de jun/jui/aoû 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Elbbub

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 10,0 Mo

  • Dans ce numéro : bricolage et cuisine.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
Turbullence psychologie se tenir. C’est comme s’il fallait qu’il y ait un résultat tout de suite. Or les enfants ne grandissent pas ainsi : il faut répéter et répéter encore, et les éduquer prend des années ! C’est là où un ouvrage comme J’élève mon enfant peut être utile en expliquant les besoins, les rythmes, les étapes incompressibles de leur développement. Il faut être patient, mais, malheureusement, c’est une vertu de plus en plus rare dans nos sociétés actuelles… Les parents ne seraient donc pas plus permissifs qu’auparavant ? Oui et non. Je trouve que certains parents sont très exigeants avec leurs jeunes enfants, pour ensuite se retrouver complètement dépassés en les laissant tout faire une fois qu’ils sont plus grands. Comme de passer des heures devant les écrans (NDLR : les enfants dès 6 ans passent en moyenne 15h par semaine devant la télé). Dans J’élève mon enfant, nous recommandons vivement de ne pas mettre un enfant devant la télé avant 3 ans. Les images, le son, les bruits ne sont pas bons pour l’équilibre nerveux et la vue d’un si jeune enfant, quelles que soient les chaînes thématiques dites « éducatives ». Après 5 ans, nous recommandons de ne pas dépasser 1 h par jour. Tous les écrans compris… C’est comme si, en assumant leur rôle de parents, en s’opposant à leurs enfants, les parents avaient peur de leur déplaire et de ne plus en être aimés. Alors que l’enfant ne fait que chercher les limites : une fois qu’il les trouve, il les accepte, et surtout cela l’aide à se structurer, à se développer. Recevez-vous du courrier des lecteurs de la part des papas ? Cela arrive certaines fois, mais c’est quand même rare. Vous connaissez les études actuelles sur la répartition des tâches dans les couples ? Cela n’a pas beaucoup changé (NDLR : Selon une enquête menée par l’Insee en 1999, le score est le même depuis 20 ans : les femmes abattent 40 toujours 2/3 des tâches domestiques – courses, cuisine, vaisselle, linge, soins aux enfants... –, malgré leur arrivée massive sur le marché du travail). On est encore loin du partage à la suédoise… ! Mais les pères sont aujourd’hui plus nombreux à s’investir dans l’attente de leur bébé, puis dans la vie de leur enfant. Souhaitons que l’évolution se poursuive vite ! Vous répondez à chaque courrier ? Ah oui, bien sûr ! Je réponds avec l’aide de spécialistes : obstétricien, pédiatre, psychologue... C’est très intéressant, car les mamans se posent souvent de vraies questions, celle de l’autorité justement (par exemple comment réagir à l’opposition au moment des repas ou à l’agressivité qui se manifeste parfois autour de 2 ans). Elles ont besoin d’entendre que c’est normal, que c’est un passage, qu’il ne faut pas pour autant brimer l’enfant. Cela ne durera pas toute la vie. Comme les enfants de 3 mois qui ne font pas encore leurs nuits, ou ceux de 18 mois qui disent « non », les parents ont l’impression que cela ne changera jamais, alors qu’il s’agit simplement d’une étape. Il faut faire confiance aux enfants, rien n’est jamais définitif, tout est toujours possible...ç Etre enceinte en 1970… ç• Fille ou garçon ? C’était la surprise : on ne connaissait pas le sexe du bébé avant la naissance.• En 1970, il n’y avait pas d’échographie, ni d’amniocentèse, ni de péridurale, ni d’interruption médicale de grossesse, ni de FIV, ni d’accouchement ou de césarienne programmés…• Les mamans restaient à la maternité 8 à 10 jours après l’accouchement. Aujourd’hui, c’est 3 à 4 jours, voire moins…• Le corpus médical était beaucoup moins strict sur le régime alimentaire : on pouvait boire un peu de vin, manger des huîtres, du foie, du fromage… et fumer 4-5 cigarettes. Aujourd’hui, c’est zéro alcool, zéro cigarette, et tant pis pour les gourmandes !
41



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 1Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 2-3Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 4-5Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 6-7Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 8-9Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 10-11Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 12-13Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 14-15Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 16-17Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 18-19Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 20-21Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 22-23Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 24-25Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 26-27Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 28-29Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 30-31Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 32-33Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 34-35Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 36-37Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 38-39Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 40-41Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 42-43Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 44-45Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 46-47Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 48-49Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 50-51Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 52-53Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 54-55Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 56-57Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 58-59Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 60-61Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 62-63Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 64-65Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 66-67Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 68