Bubble mag n°24 jun/jui/aoû 2012
Bubble mag n°24 jun/jui/aoû 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°24 de jun/jui/aoû 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Elbbub

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 10,0 Mo

  • Dans ce numéro : bricolage et cuisine.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Ecobulle La famille de Cherisey, en Inde, avec le Dr V., qui a soigné gratuitement des milliers d’aveugles. la famille de cherisey : un tour du monde solidaire, en famille... ç En juillet 2004, Marie-Hélène – ancienne journaliste télé –, son mari Laurent et leurs 5 enfants, âgés de 5 à 12 ans (Maude, Blanche, Marie, Solène et Olivier), montent dans l’avion qui les mènera d’un pays à l’autre, pour un tour du monde insolite. 14 mois, 14 pays, 14 rencontres 70 mots, 70 raisons d’agir Marie-Hélène publie, en 2010, un épais ouvrage destiné aux enfants : L’avenir c’est nous ! Au travers de plus de 70 mots – comme « aborigène », « clone », « viande » … –, elle leur explique les enjeux de demain, dresse pour chaque thème le portrait d’un homme, d’une femme, d’un enfant qui s’est engagé, et leur donne les clés pour agir à leur tour. Un livre qui suit le programme de CM2… à mettre dans toutes les classes. 16 Leur objectif : aller à la rencontre de ces gens qui, tout autour de la planète, se mobilisent pour construire un monde meilleur. Un an plus tard, la famille de Cherisey revient, avec dans ses bagages, 14 reportages pour l’association Reporters d’Espoirs (www.reportersdespoirs.org), créée en 2003 par Laurent de Cherisey. Une association destinée à mettre en avant des informations « porteuses de solutions », à l’inverse des mauvaises nouvelles qui font trop souvent la une des JT… Histoires vraies Marie-Hélène a par ailleurs dirigé 2 ouvrages, toujours à destination des enfants : Trop jeunes pour changer le monde ? et Ils changent le monde ! Des histoires vraies d’enfants, sous forme de nouvelles, qui se sont engagés pour une cause. À son actif également (!), une collection de romans d’aventures qui relatent l’histoire de personnes remarquables qu’elle a rencontrées pendant son voyage. À ce jour, 4 titres (dès 9 ans) ont paru : La Brume de Lima, Le Pacte des sans-terre, Le Raja de l’eau, Comme un feu de brousse. par Anne-Laure Troublé De leurs reportages, Marie-Hélène et Laurent ont tiré une série de 7 documentaires, diffusés sur France 5, et un best-seller : Passeurs d’espoir (140 000 exemplaires vendus). Ils n’ont eu de cesse depuis de partager cette expérience, et leurs rencontres, en s’adressant aux adultes, mais aussi (et beaucoup !), aux plus jeunes. Une démarche peu banale, qui donne à nos enfants matière à réflexion. Réflexion, action De son côté, Laurent de Cherisey est également l’auteur de Recherche volontaire pour changer le monde (2008) et de deux essais : Le Grain de sable et la Perle (2011) et Tous intouchables (mai 2012), avec Philippe Pozzo di Borgo. Ce dernier n’est autre que le (vrai) héros du film Les Intouchables, dont 5% des bénéfices ont été reversés à l’Association Simon de Cyrène (association ayant pour vocation de créer des lieux de vie et d’activités partagées pour adultes handicapés), dont Laurent de Cherisey est aujourd’hui le cofondateur et le directeur général (www.simondecyrene.org).
10 questions à Marie-Hélène de Cherisey Comment vous est venue l’idée de ce voyage ? Cela ressemblait à une partie de puzzle. Au départ, il y avait un rêve d’enfance : partir découvrir le monde en famille. Nous avions aussi le désir de ne pas faire seulement du tourisme, mais de pouvoir vivre de vraies rencontres. Laurent désirait me voir renouer avec mon métier de journaliste de télévision, en réalisant des films. Nous avons beaucoup discuté avec des amis, lu de nombreux livres... Il manquait toujours une pièce au puzzle : filmer quoi ? Quel serait le thème de notre voyage ? La réponse nous est venue un jour : pourquoi ne pas partir de la banque de données de l’agence Reporters d’Espoirs, co-créée par Laurent, et filmer ceux qui avaient trouvé des solutions pour que notre monde devienne plus humain ? C’était tellement évident que nous n’y avions pas pensé plus tôt ! Ce n’était pas une folie de partir avec 5 enfants en reportage ? Au début, c’est vrai, nous avons bien failli exploser ! Nous avions vu tant d’actions passionnantes en Amérique du Sud que nous avions eu les yeux plus gros que le ventre… Quatre reportages en 5 semaines, c’était effectivement de la folie. Le réalisateur nous l’a dit. Nos enfants, aussi. Un jour, ils ont même fait grève de tournage ! Finalement, nous avons réduit la voilure et trouvé un rythme plus sage. Sinon, la présence des enfants était plutôt une chance ! Nous n’étions pas une équipe de tournage classique. Les personnes étaient très touchées et souvent sidérées de nous voir débarquer en famille. C’est assez rare de voyager avec des enfants. Les touristes sont plutôt des célibataires ou des couples. Du coup, les interviews n’avaient plus du tout la même teneur. Nous étions aussi sous la protection des entrepreneurs sociaux. Ce n’était pas rien : les gens respectent ceux qui ont tout donné pour les aider, même dans les favelas de Rio, d’Eldoret ou de Lima. Il y a juste une fois, en Tanzanie, où nous avions demandé aux enfants de nous attendre à l’ombre d’un arbre. Nous avons réalisé après coup qu’il y avait des lions dans les parages ! Enfin, sans que nous l’ayons prémédité, en Chine ou au Rwanda, les enfants nous ont Blanche, avec un musicien, en Bolivie. servi de « couverture ». Nous pouvions passer pour une simple famille filmant ses vacances, et nous avons pu tourner sans autorisation. Comment avez-vous pu gérer à la fois toute votre tribu et les contraintes des tournages ? Ce n’était pas une année sabbatique, avec les cocotiers, la mer turquoise, les plages de sable fin, comme se l’était figuré notre fille Marie ! Mais c’est à ce prix que nous avons vécu une aventure humaine si exceptionnelle. Réaliser un film est un vrai travail. Nos enfants l’ont compris. Dix heures de trajet pour une séquence de 5 min au bout des Andes, de multiples prises de vues avant de tenir la bonne, l’heure du repas repoussée de plusieurs heures, ou oubliée. Plusieurs fois, nous avons dû prendre des « vacances » pour pouvoir tenir jusqu’au bout ! En fait, France 5 voulait que la famille serve de fil conducteur aux reportages. Nous étions très réticents, mais cela a certainement évité aux enfants de subir les tournages : il fallait qu’ils soient partie prenante. Nous commencions par leur expliquer ce que nous savions du prochain reportage. Puis nous rencontrions notre « héros » avec eux, sans les caméras. Cette mise en contact était très importante pour que le courant passe, pour qu’ils s’intéressent au problème et à la solution. Chacun avait aussi un rôle à la mesure de son âge : Olivier s’est initié à la prise de son pour m’assister. Solène notait le nom des intervenants et des lieux sur un petit carnet. Ecobulle Comment les enfants ont-ils vécu ces longs mois au contact de vérités parfois difficiles à appréhender à leur âge ? Même si nous avons vu des situations dures pour des enfants (je pense au thème de la réconciliation, au Rwanda, ou aux petites filles esclaves, au Pérou), car il nous fallait bien partir du problème pour comprendre la solution, c’était extraordinaire de voir les trésors d’imagination déployés par tous ces entrepreneurs sociaux ainsi que le résultat de leur action. Nous restions toujours sur une image pleine d’espoir : des jeunes de la rue, hutus et tutsis, capables de vivre ensemble, ou des Péruviennes retrouvant leur famille et le chemin de l’école, après des années de maltraitance… Quand nous n’étions pas en tournage, Laurent et moi étions très heurtés par la pauvreté omniprésente. Mais les enfants ne voyaient pas la même chose que nous. Ils étaient soufflés par le coupeur d’ananas, qui maniait son couteau à la vitesse de l’éclair, la fille qui ramassait les bouses d’éléphant pour alimenter son feu… Leur regard nous a aidés à nous émerveiller de ces détails qui auraient pu nous échapper. Olivier, avec des cireurs de chaussures, en Bolivie. Depuis ce voyage, ils ne sont plus tout à fait les mêmes ? Nous ne sommes plus tout à fait les mêmes. Cela ne se voit pas. C’est notre trésor commun et secret. Jamais nous ne pourrons oublier cette expérience vécue en famille ! Nous n’étions pas toujours fiers, mais n’estce pas dans ces moments de vérité que se resserrent le plus les liens de confiance ? Quant à l’héritage transmis par tous ces entrepreneurs sociaux, il est inestimable. Quel témoignage de vie ! Comment ne pas avoir envie de leur ressembler un peu… 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 1Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 2-3Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 4-5Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 6-7Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 8-9Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 10-11Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 12-13Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 14-15Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 16-17Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 18-19Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 20-21Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 22-23Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 24-25Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 26-27Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 28-29Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 30-31Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 32-33Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 34-35Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 36-37Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 38-39Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 40-41Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 42-43Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 44-45Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 46-47Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 48-49Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 50-51Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 52-53Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 54-55Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 56-57Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 58-59Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 60-61Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 62-63Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 64-65Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 66-67Bubble mag numéro 24 jun/jui/aoû 2012 Page 68