Bubble mag n°16 jul/aoû 2010
Bubble mag n°16 jul/aoû 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°16 de jul/aoû 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Elbbub

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 7,0 Mo

  • Dans ce numéro : « Top-list » des romans pour enfants.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
Romans pour enfants Quand ils commencent à lire tout seuls, comme des grands, comment les guider dans leurs choix ? Notre réflexe serait de leur mettre entre les mains les titres que nous avons dévorés enfants : ceux de la Bibliothèque Rose, les grands classiques (Le Petit Prince, Alice au pays des merveilles…), ou encore les récits des grands auteurs tels que Jules Verne, Jack London ou Roald Dahl. Mais si ces ouvrages sont incontournables, se limiter à ce que l’on connaît serait faire fi des nombreux romans bourrés de talent, édités ces 20 dernières années. Petit tour des éditeurs jeunesse avant de partir en vacances. 18 Actes Sud Junior Dès 6 ans, les apprentis lecteurs peuvent s’essayer au genre romanesque, avec la collection « Roman benjamin » et sa mise en pages aérée, ponctuée d’illustrations en couleurs : • La Vie de papa, mode d’emploi, de Thomas Scotto : un portrait en pointillés, raconté avec humour et vivacité par un petit garçon.• Gabriel s’inquiète pour le Père Noël, de Jo Hoestlandt, qui n’hésite pas à s’attaquer aux grandes questions des petits, avec une jolie pirouette finale pour ne pas statuer sur l’existence du Père Noël. À partir de 8 ans, place aux « Romans Cadet », illustrés en noir et blanc, avec notamment : • À nous le mammouth !, de Jackie Niebisch : une partie de chasse préhistorique bourrée d’humour et de situations cocasses.• Chère Théo, d’Anne Vantal : une histoire sur les familles recomposées. Prix Sorcières 2005. Albin Michel En 2003, Albin Michel a lancé sa collection « Wiz » sur les littératures de l’imaginaire. Voici 5 titres phares à destination des 12 ans et plus. Coraline, de Neil Gaiman : un roman fantastique multiprimé (notamment par le Prix Hugo du meilleur roman court en 2003), dont l’adaptation au cinéma, sous forme de film d’animation, a été récompensée au Festival international du film d’animation d’Annecy. Le premier qui pleure a perdu, de Sherman Alexie : un ouvrage sur la vie d’un jeune Indien né dans une réserve, couronné par le National Book Award en 2007 – l’une des distinctions littéraires les plus prestigieuses aux USA. par Anne-Laure Troublé La Trilogie de Bartiméus, de Jonathan Stroud, qui mélange intrigue policière et humour anglais caustique (les 3 tomes se sont écoulés à plus d’1 million et demi d’exemplaires), et Le Dernier Elfe, de Silvana de Mari, consacré en 2006 aux Imaginales (salon littéraire thématique dédié aux récits imaginaires) : deux romans « fantasy », genre littéraire fantastique mêlant mythe et magie (Le Seigneur des anneaux, Harry Potter…) dont raffolent les enfants. Le prix Sorcières Ce prix littéraire, créé en 1986, est décerné par l’Association des librairies spécialisées jeunesse, en partenariat avec l’Association des bibliothécaires de France. Sept prix sont décernés chaque année, dont ceux des catégories « premières lectures » et « romans jeunes ». Une référence dans la littérature jeunesse.
Le hollandais sans peine, de Marie-Aude Murail : un roman plein d’humour sur l’apprentissage d’une langue… très étrange. Prix Sorcières 1990. Les Grandes Questions, d'Agnès Desarthe, du genre « que faire quand on reçoit un mot d'amour signé « Lionel » et qu'il y a trois Lionel dans la classe ? » … Journal d’un chat assassin, d'Anne Fine : l’histoire d’un chat qui ne comprend pas pourquoi il n’est pas bon de ramener dans sa gueule le lapin du voisin… Prix Sorcières et prix Bernard Versele, en 1998. Vérité, vérité chérie, de Valérie Zénatti, où la petite Camille apprend à ne pas se fier aux apparences. Anticontes de fées de Nadja et Grégoire Solotareff : un récit qui s’amuse à prendre à contre-pied nos bons vieux contes un peu trop poussiéreux. L’École des Loisirs Incontournable, à la fois par son ancienneté dans le domaine de l’édition jeunesse (1965) et par la quantité de ses titres (plus de 3 500 !), L’École des Loisirs l’est également pour la modernité et l’humour souvent ravageur de sa ligne éditoriale, avec, notamment, ses deux collections : « Mouche » (pour les 7-9 ans) et « Neuf » (pour les 9-12 ans). Une sélection difficile, tant les textes sont de qualité. Collection « Mouche » Collection « Neuf »... Verte, de Marie Desplechin, ou comment une apprentie sorcière finit par faire honneur à ses pouvoirs magiques de façon… surprenante (si le ton leur plaît, faites-leur lire la suite, Pome, tout aussi hilarante) ! Comment écrire comme un cochon, d'Anne Fine, ou l’art et la manière d’être un cancre.. Contes à l’envers, de Philippe Dumas et Boris Moissard : un « anticontes de fées », mais pour les 9-12 ans cette fois-ci.. Également, deux romans sur un tout autre registre, plus dramatique : Tout contre Léo, de Christophe Honoré sur les conséquences d’un secret familial longtemps caché, et Il faut sauver Saïd, de Brigitte Smadja sur la difficulté de l’intégration. Prix Sorcières 2004. 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :