Bubble mag n°12 sep/oct 2009
Bubble mag n°12 sep/oct 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de sep/oct 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Elbbub

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 4,3 Mo

  • Dans ce numéro : best of blog.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Cinéma « Panda Petit Panda » Sous ce titre se cache en réalité deux moyens métrages d’animation réalisés, au début des années 70, par Takahata d’après un scénario de Miyazaki. C’est en 1971 que ce dernier eut l’idée du sujet du film, mais sa proposition fut classée sans suite jusqu’à ce que le studio ressorte le projet des cartons, après que la Chine ait offert, en septembre 1972, un couple de pandas au Japon comme gage du rétablissement de leurs relations diplomatiques ! Les deux films ont pour héroïne une fillette orpheline dont la monotonie du quotidien est bouleversée par l’intrusion d’un bébé panda espiègle et de son papa. On retrouve déjà ici tous les grands thèmes de prédilection de Miyazaki : l’importance omniprésente de la nature et de la préservation de l’environnement, la présence d’animaux ou de créatures fantastiques et un savant dosage entre l’ordinaire et l’extraordinaire. Un film précurseur ! YSortie en salles le 14 octobre (4-6 ans). « Panique Au Village » À l’origine ce film d’animation atypique était une série animée culte qui racontait les déboires de personnages vivant dans un décor de carton pâte. Le tandem de réalisateurs belges, Stéphane Aubier et Vincent Patar, était arrivé à donner vie, par on ne sait quel miracle (mais cela fonctionne à merveille), à des figurines en plastique rigides aux visages inexpressifs et figés, tout droit sorties des coffres à jouets de notre enfance. Pour son adaptation au cinéma, le scénario s’inspire de « Voleurs de cartes », l’épisode qui avait rencontré le plus de succès et dans lequel les héros découvrent un monde parallèle, l’Atlantide. On retrouve ici tous les ingrédients qui ont fait le succès de la série : héros déjantés, dialogues surréalistes, humour absurde et situations burlesques dans lesquelles les événements les plus insignifiants finissent systématiquement par engendrer une catastrophe… YSortie en salles le 28 octobre (à partir de 6 ans). 4 2009 Gaumont par Josèphe Ghenzer « Les Deux Moustiques » Dans le monde de l’animation désormais dominé par la suprématie américaine et nippone, ce moyen métrage d’animation danois cultive résolument sa différence. Ses personnages, tout d’abord, sont particulièrement « décalés » et c’est tant mieux – un tandem composé de Nina (une ballerine-moustique qui rêve de faire carrière dans la danse) et d’Armstrong (un cyclo-moustique bien décidé à faire le tour du monde), et la technique employée – l’animation en 2D à l’ancienne alors que les grands ne jurent plus que par la 3D – est audacieuse. L’histoire : pour combattre la reine des fourmis rouges qui a envahi leur fourmilière, les fourmis noires vont demander de l’aide à notre fameux tandem. L’intrigue, riche en rebondissements, est l’occasion de faire découvrir au très jeune public, par l’intermédiaire d’une taupe qui sert ici de narrateur, les us et coutumes du monde des insectes ainsi que la grande variété d’espèces qui le constitue. YSortie en salles le 14 octobre (4-6 ans). « Mary et Max » C’est au travers de la correspondance entre Mary, une fillette australienne de 8 ans, et Max, un juif new-yorkais d’âge mur, que se forge une solide amitié entre deux individus que tout oppose mais que leur solitude rapproche. Pendant plus de 20 ans, on suit leur vie quotidienne et leurs interrogations sur les choses de la vie. Adam Elliot opte, une fois encore, pour la pâte à modeler. Le style visuel est différent selon les deux univers (celui de Max se caractérise par des tons noirs, blancs et gris, tandis que celui de Mary se décline dans des tons bruns parfois rehaussés de petites touches de couleurs vives). Le physique des personnages est certes peu avenant, mais c’est justement ce qui les rend attachants. Cela donne aussi un aspect désuet au film, mais lui apporte, en revanche, tout son cachet et son originalité. C’est à la fois irrévérencieux, émouvant et drôle en raison de dialogues percutants. YSortie en salles le 30 septembre (à partir de 10 ans).



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :