Bubble mag n°10 fév/mar 2009
Bubble mag n°10 fév/mar 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°10 de fév/mar 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Elbbub

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 4,4 Mo

  • Dans ce numéro : l'anglais et les kids

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Q" Ge ? Fun-en-bulle JOUETS Place à l'imagination, avec les jouets en carton ! Château L'intérieur est une page de coloriage et l'extérieur est blanc, pour laisser libre cours à l'imagination. Un véritable succès en Hollande, son pays d'origine. Y Villa Carton, 39,50 €. En vente sur www.desideespourmaman.com. Hauteur : 1,34m. Cuisinière et machine à laver La machine à laver s’ouvre devant par un hublot : pour imiter maman, on peut y glisser ses chaussettes ! Y Nume, 35 € /pièce. En vente sur www.littlefashiongallery.com. 12 Totem Girls ou Totem Boys Deux kits de construction – composés chacun de 130 pièces en carton recyclé super résistant ! – pour créer un vaisseau spatial, une cabane de sorcière, un bateau… Y Kidsonroof, 15 €. En vente sur www.kidsonroof.com. L’archi-télévision Ce théâtre des temps modernes est imprimé recto verso : d’un côté, une cuisine, de l’autre, un écran de TV pour jouer au présentateur. Y Carton Chic, 39 €. En vente sur www.littlefashiongallery.com. Multi-Box La boîte multifonction pour jouer, ranger, apprendre, s’asseoir, y grimper… Y Green Lullaby, 63,50 €. En vente sur www.littlecircus-shop.com. 1../11111 I unie J 111P Livfes - Fguéeicultuee Déco(ation 39rrizip5in$ CI 892 1.50 par Anne-Laure Poullain MobileHome Bleue, rouge ou blanche, cette maison de poupée transportable en carton recyclé ne comporte pas moins de 8 chambres, un étage et un grenier ! Y Kidsonroof, 9 €. En vente sur www.kidsonroof.com. L’archi-maison garage Un kit qui se transforme en une véritable maison d’architecte avec piscine pour les filles ou garage à voitures pour les garçons. Y Carton Chic, 48 €. En vente sur www.carteblanche.fr. eveilet jeu
par Vanessa Ribes La saga des Schtroumpfs Ils sont bleus, hauts comme trois Schtroumpfs, et ne devaient faire qu’une apparition dans un épisode de Johan et Pirlouit – la BD moyenâgeuse. Sauf qu’une gamine – avec un grand-père bien placé – va en faire un succès mondial... En 2008, ils « schtroumpfaient » leurs 50 ans d’existence. Ancien projectionniste reconverti dans la bande dessinée, Peyo – de son vrai nom Pierre Culliford – fait les beaux jours du magazine belge Spirou avec les aventures de Johan et Pirlouit. Pour l’une de leurs nombreuses péripéties, il imagine des petits lutins répondant au nom bizarre de « Schtroumpf » – un néologisme inventé à table : lors d’un dîner, il demande à un ami de lui passer la salière. Mais le mot lui échappe. Ce qui a donné en gros (oui, parce que je n’y étais pas) : « Dis, tu peux me passer la… le… le schtroumpf, là ! » Ce mot amusera toute la tablée, qui parlera « schtroumpf » le reste de la soirée. Pour la couleur, le bleu s’est imposé naturellement, Peyo ne voulant pas leur donner un aspect humain. Contre toute attente, ces personnages secondaires, apparus le 23 octobre 1958, reçoivent un accueil enthousiaste, et Les Schtroumpfs noirs, le premier album grand format des Schtroumpfs, sortent en 1963. Pas d’enquête chez les Incas ni de voyage sur la Lune… Peyo a conçu pour ses petits héros un cadre bien pépère : des maisons-champignons, une rivière, un barrage à réparer de temps en temps et de longues siestes. Cent Schtroumpfs âgés de cent ans vivent dans ce 1958 — 2008 village, chapeautés par le Grand Schtroumpf, qui fait exception avec ses 542 printemps. On y croise le très agaçant « Schtroumpf à Lunettes », le chochotte « Schtroumpf Coquet », la blonde « Schtroumpfette », ou encore le pas toujours drôle « Schtroumpf Farceur ». Tout ce beau monde doit pourtant faire face aux assauts répétés du sorcier Gargamel et de son chat Azraël, ou d’ennemis plus ponctuels, tel le géant Grossbouf, qui ne dirait pas non à une soupe aux Schtroumpfs. Mais le plus intéressant dans tous ces albums, c’est la double lecture que l’on peut en faire : au fil des albums, les Schtroumpfs sont ainsi en proie aux abus de la presse, à l’intrusion de l’argent, à la folie du jeu, au pouvoir totalitaire du Schtroumpfissime…, le village des Schtroumpfs devenant alors un reflet ironique de notre société. Curieusement, la consécration mondiale viendra grâce à une petite fille. Menaçant d’arracher les cheveux à quiconque s’approcherait de sa peluche Schtroumpf, elle convainc son grand-père – accessoirement PDG de la chaîne de télévision américaine NBC – de produire un dessin animé sur les « Smurfs » (le nom anglais des Schtroumpfs). Dès le lancement, en 1981, NBC réalise 42% d’audience – proportionnellement un meilleur score que Dallas, pourtant la série culte du moment ! Ce triomphe rejaillit sur les ventes de BD, écoulées depuis à 25 millions d’exemplaires et traduites en 25 langues. Et malgré la disparition de Peyo, en 1992, son studio graphique continue d’imaginer de nouvelles aventures de Schtroumpfs, pour le plus grand plaisir des enfants. Schtroumpfant ! 32, route de Fontenay - 85210 Saint Etienne de Brirlouet - brinimninilouifr ■ 06 77 74 95 65 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :