BIZweek n°73 27 nov 2015
BIZweek n°73 27 nov 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°73 de 27 nov 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Capital Publications Ltd

  • Format : (260 x 370) mm

  • Nombre de pages : 18

  • Taille du fichier PDF : 4,7 Mo

  • Dans ce numéro : avec Business Mauritius, j'ai peur que...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
A C T A P U B L I C A 8 ai Shelina..1 Shelina + New Message e R IIM okl une seconde _lm bonne in Shelina- merci MI INFORMATIONS A FOURNIR  : Nom continue Prénoms tues même amie avec ma cousine mahdi. C'est qui ta cousine Shelina demande la sl elle n'a pas reçu un prel chez nous mm.e quelle Annelle ? 111 Shelina anabelleM IMM Je lui demanderai sauf que le drecteur general de la Societe Generale n'est pas Charles Desjardins petit à petit ces « experts en fraude et programming » se sont tournés vers Facebook pour la bonne et simple raison que bon nombre de personnes sont connectées. Chose qui facilite la tâche à ces « fraudeurs ». « En ce qui concerne le Nigerianemail scam, tout commence par un courriel qui informe que vous êtes l’heureux gagnant d’une cagnotte de plusieurs millions de dollars. Des fois sans réfléchir à quoi que ce soit, ou aveuglés par le montant, ces gens tombent dans le piège. A ce moment les fraudeurs demandent des informations bancaires. Par la suite ils demandent aux ‘gagnants’d’effectuer un paiement d’USD 1000 pour ouvrir un nouveau compte. La personne ne s’inquiète pas du montant qu’on Type `OrangeCare'in 1 Play Store for Android 2 or AppStore for IOS OrangeCare 4f,) Mauritius Telecom Directory, on Mobile OrangeCare Powered by Teleservices Ltd f orange rare orryer, on Orange -Ocre [oter OrangeCare Orengeflouribee ueraed Mueras A Clockwork Orange or'Ir bar. hYSTArr. For more details Contact  : T  : 211 1288 E  : contact@teleservices.mu Click on Install 3 Œl Aure » Mer Pen..a TerLe Orange are is brought to you by Mauritius Telecom coder artel, Brand Orange Aga Date et lieu de naissance Sexe Tél FIXE ou PORT Profession Ville et Code postal... Pays de Résidence Adresse domicile Avez-vous deja demande un prêt en ligne Non INFORMATIONS RELATIVES AU PRÉT Montant du prêt Durée du prêt..Type de prés Revenu mensuel Estimation de vos dépenses mensuelles Numéro de compte... Nom de votre Banane.. 5 Easy Steps to Download the Directory on your Smart phones through OrangeCare Applm Mn *baie Papas = MT Surnom Cosme, 121. MT Phereboob 4 OrangeCare is free You may now open & start your search orange- Mn barbeau Dractory in Government `riv ? Oui Ferai flum Goverereen Advern Available on the Google play VENDREDI 27 NOVEMBRE 2015 BIZWEEK ÉDITION 73 lui demande à cause de sa gourmandise pour les plusieurs millions de dollars », explique Pravesh Behari. Ce dernier ajoute que dans bon nombre de cas les gens n’ont pris conscience de l’arnaque qu’après avoir dépensé jusqu’à la somme de $ 8000 ! « Je me souviens d’un cas où ce haut cadre avait effectué des virements bancaires à hauteur de Rs 650 000 en plusieurs tranches, sans réfléchir. Lorsqu’il a compris qu’il s’est fait arnaquer, il a porté plainte. » Selon Pravesh Behari de la Cybercrime Unit, ces transactions d’argent se font par des « money transfers » et des « comptes fictifs » qui ne peuvent pas être retracés. Il ajoute aussi qu’il y avait, à cette époque, un type de money transfer qui ne nécessitait pas de code pour encaisser l’argent. Pour revenir au vol de données bancaires via Facebook, l’officier de la Cybercrime Unit soutient que jusqu’à présent il n’y a eu aucun cas rapporté par des Mauriciens au Cybercrime Unit. « A l’heure que je vous parle, nous n’avons eu aucun cas concernant les vols de données bancaires via Facebook. Par contre, nous recevons des appels de gens qui nous demandent quoi faire en présence des messages douteux. Nous sommes à la disposition du public pour conseiller et afin de lui venir en aide. C’est lui de venir vers nous. » Des campagnes de sensibilisation sont souvent organisées pour conscientiser les Mauriciens à propos des cas de fraudes Type Company's 4 narne for Business or Category for Yellow Pages Find Businesses. Professionals, Government Contacts and Individuels Porreead Dy Telesewee Ltd, The rente une Orreobbry aterboss én Ibbsol... Result:e.g Company's details 5 yvith logo & map location for Economy Pack Te bervàe+i Muu raa al Ltd. teieservices The hiedir h the Die** y &mes, Peules SA Wren Newton Slieei, Pau Li Feu, 2112821 0 Advertise Here Advertise Her Available on the AppStore teleSerdebeSrnauritiuS A subsodiary of Maori lion Telecom sur les réseaux sociaux ou tout autre plateforme. « We cannot eradicate cybercrime but we can reduce it through awareness, » avance Pravesh Behari. Ce qui explique la tenue des causeries dans des écoles, des compagnies privées entre autres. « Nous sensibilisons les gens à travers la radio et aussi la télévision. Parler aux gens, leur faire comprendre qu’il ne faut en aucun cas tomber dans ces pièges est la seule solution pour réduire les cas de cybercrime. Tout ne dépend pas uniquement de nous. Il faut aussi que les Mauriciens se responsabilisent et ne se laissent pas tenter facilement par les gains faciles », affirme l’officier. Mais, concèdet-il, mettre fin à ce genre de problème est quasiment impossible. r OrangeCare ofrers you access to over 350,000 Contact Details of people & Businesses throughout Mauritius 017d Rodrigues on your mobil Pravesh Behari, officier de la Cybercrime Unit
HUIS CLOS À qui profite l’arbitrage ? L’arbitrage devient-il un système de justice parallèle pour quelques privilégiés ? C’est une question que se posent beaucoup d’observateurs, surtout par rapport aux multinationales. Il paraît que l’arbitrage assure la discrétion. Les clauses d’arbitrage sont ainsi de plus en plus intégrées dans les contrats même si le coût est souvent considéré comme exhorbitant ! I B I Z DOSSIER VENDREDI 27 NOVEMBRE 2015 BIZWEEK ÉDITION 73 9 L’arbitrage profite-t-il à une poignée de personnes uniquement ? C’est la question qu’on est tenté de poser en dressant un bilan en termes d’arbitrage à Maurice. Dans son premier newsletter, en février 2015, le MCCI Arbitration & Mediation Centre (MARC) évoquait que « 2014 was a very successful year for MARC in terms of number of cases. » Ce n’est que l’année prochaine qu’on aura un bilan pour l’année 2015. De son côté, la LCIA- MIAC (Mauritius International Arbitration Centre) fait mention, sur son site, de deux jugements phares liés à l’arbitrage. L’un des cas les plus connus est le Mall of Mont Choisy Limited versus Pick ‘N Pay Retailers (Proprietary) Limited. Dans ce cas précis, Mall of Mont Choisy a logé une action en Cour suprême pour réclamer des dommages de Pick ‘N Pay. Mais ce dernier devait soutenir que la clause d’arbitrage dans l’accord de bail sur la propriété « covered the dispute ». Il a ainsi souhaité que l’affaire soit référée sous l’arbitrage. DEUX DÉVELOPPEMENTS MAJEURS Ainsi, il semblerait que les « clauses d’arbitrage » sont de plus en plus intégrées dans les contrats. De nombreuses entreprises se protégeraient au moyen de ces clauses. Aux Etats-Unis, certains jugent considèrent même ce phénomène comme « l’un des plus profonds bouleversements dans notre histoire juridique. » Quelles sont les origines de ces « clauses d’arbitrage » ? Il paraît que ce sont les avocats d’un petit nombre d’entreprises de Wall Street qui ont imaginé utiliser ce système pour se débarrasser des « class actions » (Ndlr  : recours collectif en justice en français), très coûteuses pour les sociétés. Celles-ci affirment que les actions collectives en justice sont souvent l’œuvre d’avocats qui peuvent y gagner des millions de dollars, et que ces firmes sont forcées de verser des dommages même lorsque les plaintes sont sans fondement. D’ailleurs, Maurice a connu deux développements majeurs dans ce sens (clause d’arbitrage) cette année. En janvier, la Financial Services Commission a émis de nouveaux ‘guidelines’pour les compagnies de Global Business Category 1 (GBC 1) opérant dans l’offshore. Afin d’être éligible pour l’obtention du Tax Residency Certificate – sous les traités de non double imposition – et démontrer plus de substance, ces sociétés doivent respecter au moins une d’une liste de six critères. L’un d’eux se lit comme suit  : « Have an arbitration clause in its constitution whereby all disputes arising out of the constitution shall be resolved by way of arbitration in Mauritius. » Selon des acteurs de l’offshore, ce critère renforce le positionnement de Maurice en tant que juridiction de choix pour résoudre les dis- SUITE EN PAGE 10



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :