BIZweek n°73 27 nov 2015
BIZweek n°73 27 nov 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°73 de 27 nov 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Capital Publications Ltd

  • Format : (260 x 370) mm

  • Nombre de pages : 18

  • Taille du fichier PDF : 4,7 Mo

  • Dans ce numéro : avec Business Mauritius, j'ai peur que...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
A C T A P U B L I C A 12 TERRES AGRICOLES « Un investissement sûr et tangible » Ceux qui hésitent à investir sur la plateforme boursière ou d’autres formes de placements peuvent respirer. Le promoteur immobilier, Edouard Hart de Keating, directeur de Square Meters, offre la possibilité aux professionnels et à tous ceux qui souhaitent découvrir d’autres formes de placement, d’investir dans les lots disponibles dans la région de Les Mariannes à Rs 45 000 la perche ÉCONOMIE OCÉANIQUE ACCENTUER LE rôle du Mauritius Oceanograpy Institute (MOI) et promouvoir l’emploi des jeunes dans ce secteur voué à devenir un des piliers phares de notre économie. C’est dans ce cadre qu’un atelier de travail sur la ‘Recherche et le Développement d’une Économie Océanique Durable’a été organisé à l’hôtel Le Méridien par le MOI afin de valoriser l’institut. Le déclic ? Les activités du Mauritius Oceanography Institute ne sont pas toujours connues du grand public. C’est ce que révèle une étude menée par l’institut en question, histoire de tâter le pouls et voir ce que les gens savent des recherches effectuées par le MOI. Les résultats ont été annoncés par Daniel Marie, l’Officer in charge du MOI, lors de l’atelier de travail, lundi. « Cette étude a démontré que, que ce soit dans les secteurs privé ou public, les Des opportunités d’investissements non-conventionnels et sécurisants aux Mauriciens. C’est la promesse de Square Meters Ltd qui commercialise le développement agricole « Les Mariannes Hills ». Pour son directeur, Edouard Hart de Keating (photo), la terre est un investissement sûr et tangible. Il ne manque pas d’ajouter que Square Meters propose des lots d’une superficie de 50 perches à un coût moyen de Rs 45 000 la perche. A ce jour, seuls 13 des 42 lots sont disponibles. « Le public mauricien est un investisseur avisé qui ne place pas tous ses œufs dans le même panier. Le foncier reste pour lui la meilleure valeur refuge. En effet, face à la volatilité du marché financier, la terre est un investissement sûr et tangible qui grimpe en valeur de manière constante tous les ans. Seulement 5% des gens qui font ce genre d’investissement se consacre par la suite à l’agriculture », a déclaré Edouard Hart de Keating. Par ailleurs, ce dernier ajoute que le propriétaire de ce morcellement a décidé de mettre sur le marché les lots qu’il avait retenus, au début de l’opération, pour lui. Ces 13 lots comptent parmi les meilleurs. PRIX CONCURRENTIEL La création de valeur est propre à la terre et elle ne trahit pas l’homme. Le directeur de Square Meters précise que les lots de Les Mariannes Hills sont accessibles à un prix concurrentiel et viennent répondre à la demande de professionnels qui recherchent un investissement durable car la valeur de la terre ne déprécie pas. Il ajoute aussi que les Mauriciens ont là une occasion de diversifier de manière intelligente leurs investissements. « Un terrain agricole, sans aucun développement, quel qu’il soit, s’apprécie en moyenne de 8% par année et peut en 5 ans réaliser gens ne sont pas au courant des données et des activités effectuées par le MOI. Cet atelier de travail est l’occasion pour nous de faire un constat de la situation, pour que les parties prenantes sachent comment les activités du MOI peuvent les aider et aussi pour qu’ils puissent partager leurs idées et connaissances en la matière » a déclaré Daniel Marie à l’audience. Quant au ministre de l’Economie océanique, Prem Koonjoo, il a mis l’accent sur la création d’emplois et la nécessité d’attirer les jeunes dans ce secteur. Ainsi, a-t-il lancé, le Mauritius Oceanography Institute a un grand rôle à jouer dans l’économie océanique ; pas uniquement pour mener des recherches mais aussi pour créer des emplois. « Créer de l’emploi et attirer les jeunes qui ont les compétences et qualifications requises par ce secteur est très important. Je souhaite que les jeunes qui ont fait des une moyenne de plus-value de 45% sur sa valeur initiale », affirme le directeur de Square Meters. La région où se situe le morcellement agricole est aussi un des facteurs importants que l’investisseur considère pour faire son choix, nous explique Edouard Hart de Keating. Il précise que les terres de Les Mariannes se situent à 1 km de la route principale et à 6 km de l’autoroute. « Les Mariannes Hills est doté d’infrastructures routières adéquates. Les terrains sont situés en hauteur dans un emplacement verdoyant, loin de la vie urbaine et offrent une vue imprenable sur les plaines du Nord, la mer, le Coin de Mire et les montagnes avoisinantes. Aussi il faut que nous gardons en tête que comme Maurice est une île non extensible, les terres disponibles dans des endroits stratégiques sont de plus en plus rares », fait-il ressortir. VENDREDI 27 NOVEMBRE 2015 BIZWEEK ÉDITION 73 Miser sur les jeunes pour mener l’économie océanique à bon port études dans cette filière aident le MOI à mener le projet d’économie océanique à bon port », a déclaré le ministre Prem Koonjoo. Autre que la création de l’emploi, il a ajouté que le MOI a un rôle vital à jouer dans le processus de recherche dans le secteur océanique. Cet institut doit être capable de relever les défis et répondre aux attentes des parties prenantes. Selon le ministre, cet atelier de travail est aussi une occasion d’écouter les besoins des clients du secteur en termes de recherche et de développement. Par ailleurs, le ministre de tutelle a aussi profité de cet atelier pour annoncer l’ouverture d’une branche du Mauritius Oceanography Institute à Rodrigues. Ce bureau agira en tant qu’intermédiaire entre Maurice et Rodrigues en ce qu’il s’agit de la recherche et du développement des activités liées à l’océanographie. « Nous avons à cœur le développement de Rodrigues. Il y aura probablement, vers le début de l’année prochaine, la signature d’un protocole d’accord avec les autorités rodriguaises ainsi que la tenue d’un atelier stratégique semblable à Rodrigues. Cela nous permettra de prendre en considération les spécificités de Rodrigues qui aboutira à l’élaboration d’un plan stratégique du MOI », a affirmé Prem Koonjoo. Lors de la cérémonie d’ouverture, le ministre Koonjoo a aussi annoncé la création d’un National Ocean Council (NOC) pour mettre sur pied des projets ayant trait à l’économie océanique. Le NOC veillera aussi à la création de l’emploi, à la croissance économique et assurera le développement durable.
P O S T S C R I P T U M VENDREDI 27 NOVEMBRE 2015 BIZWEEK ÉDITION 73 13 OPINION JEAN PIERRE LENOIR NOUVEAU SPORT L'instrumentalisation de la justice Aregarder certaines des têtes qui ont accouru pour venir manifester leur solidarité à un politicien, que la justice avait convoqué pour demander des comptes sur une vieille affaire criminelle, une comparaison m'est venue à l'esprit. Celle d'un bourreau venu manifester contre la peine de mort... Qu'on puisse s'étonner, avec une certaine raison, de la réouverture d'un dossier criminel si longtemps après est légitime, mais qu'on saute avec autant d'empressement, et avec des airs de vierges effarouchées, sur cette affaire n'est pas digne de politiciens majeurs et vaccinés. Ce sera à l'autorité judiciaire de prouver le bien-fondé de cette démarche. La classe politique locale estelle à ce point dénuée de tout argument politique de poids pour venir ainsi instrumentaliser la justice en prétendant, sourires offusqués à l'appui, que celle-ci est au service du gouvernement en place ? N'y voyez de ma part aucune attaque partisane en faveur de tel ou tel parti. Le dévoiement moral de cette classe politique est tel que les accusateurs d'aujourd'hui pourraient être les mêmes cibles de demain, avec les mêmes arguments éculés et vides de tout sens. Que certains de nos édiles aient décidé de surfer de façon indécente sur l'actualité pour essayer de se sortir du creux de la vague où leur impopularité les a relégués, libre à eux. Mais le plus grave dans toute cette affaire c'est qu'ils essaient et réussissent à entraîner dans leur sillage des électeurs, comme vous et moi, dans cette course folle à la récupération politique de choses qui devraient ne regarder que la justice et seulement la justice. Cette forme d'opportunisme mène tout droit au précipice car nous sommes là au carrefour de la déraison. La meilleure définition de la justice (du latin "justitia") est celle selon laquelle "elle constitue un principe philosophique, juridique et moral fondamental en vertu duquel les actions humaines doivent être sanctionnés ou récompensés". Et c'est exactement le contraire de cette définition qui finira par s'imposer aux esprits simples qui forment, hélas, le gros des bataillons d'électeurs, si certains esprits retors continuent ainsi de mettre cette justice au pilori de leur avidité politicarde. La perversion de la justice dans son sens élémentaire est condamnable par la loi (parjure, mensonge, faux témoignage etc) lorsqu'elle se passe dans une cour de justice. Mais quid de ce qui se passe endehors de cette cour ou devant un poste de police ? Cette forme d'interventionnisme ne peut-elle pas être prise pour une forme de sédition qui, comme on le sait, est une instigation à l'émeute et au soulèvement populaire ? Porter en triomphe ou se faire porter en triomphe, comme cela s'est passé cette semaine, n'est certes pas un délit puni par la loi mais elle constitue une course à l'abîme social dans lesquels jockeys, entraîneurs et chevaux périront comme les autres si on n'y prend garde...



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :