BIZweek n°45 18 mai 2015
BIZweek n°45 18 mai 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°45 de 18 mai 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Capital Publications Ltd

  • Format : (260 x 370) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 4,9 Mo

  • Dans ce numéro : Navin Ramgoolam en état d'arrestation.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
Pages : 1  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
1
Économie l Business I Finance ÉDITION 45 – SAMEDI 16 MAI 2015 H.L.-B TRANSACTIONS BRAMER-AIRWAY COFFEE COMMERCE INTERNATIONAL À NAIROBI, L’OMC JOUE SON AVENIR YUSUF ABDOOLLAH « IN MAURITIUS, WE REBRAND EXTERNAL AUDITORS INTO INTERNAL AUDITORS » BIZWEEK RÉCOMPENSÉ PAR TRANSPARENCY MAURITIUS L’HEBDOMADAIRE ÉLECTRONIQUE GRATUIT UNE « PIÈCE MAÎTRESSE » DANS LE VISEUR Le rôle d’une dame qui occupait une place importante dans la hiérarchie de BA Investment est actuellement passé à la loupe. Elle serait considérée comme étant le trait d’union entre certaines transactions d’Airway Coffee, qui seraient perçues comme étant hors-normes mais qui auraient quand même été avalisées sous les instructions de la dame en question Si la Bramer Bank a changé de nom et de propriétaire, ce n’est pas pour autant que les régulateurs ont mis une croix sur les transactions de la défunte banque. Outre son problème de liquidité, la proximité dérangeante entre ses anciens « responsables » et Airway Coffee de Nandanee Soornack, est passée au crible. Il nous revient que certaines transactions entre la banque et la cafétéria, considérées comme étant hors-norme, auraient été avalisées malgré les objections de certains. Qui aurait autorisé quoi ? C’est en tentant de répondre à cette question que les régulateurs ont remonté la hiérarchie avant de finalement s’intéresser aux agissements d’une dame considérée comme étant la pièce maîtresse. Elle aurait en effet donné des instructions pour autoriser tout ce qui ne serait pas autorisable. « Pour gravir les échelons de cette compagnie, il fallait être proche, même très proche, de certaines personnes », raconte un ancien haut cadre. Une fois dans cette sphère très fermée, tout serait permis, explique notre source. Pour en revenir à Airway Coffee, selon certains témoignages fournis aux régulateurs, des sommes de plus de 750, 000 roupies étaient versées quotidiennement, pendant presqu’une année, sur le compte d’Airway Coffee à la branche de Mahebourg de la défunte Bramer Bank. Le montant pouvait même grimper jusqu’à Rs 800,000-Rs 900,000. D’où la question : peut-on avoir des recettes aussi importantes, en une journée, en vendant des cafés et des sandwiches ? Outre les témoignages officiels, il s’avère que l’effritement des relations entre les trois principaux protagonistes de l’axe Bramer-Airway Coffee serait très bénéfique à l’enquête. Selon nos informations, les tiraillements entre Rakesh Gooljaury et Nandanee Soornack – qui étaient tous deux très proches de l’ancien Premier ministre à cette époque – auraient donné lieu à certaines maladresses au niveau de la gestion d’Airway Coffee. Si tout secret était, à cette époquelà, bien gardé, tel ne semble plus être le cas. La récente déclaration de Navin Ramgoolam, qui a qualifié d’« erreur » sa proximité avec Nandanee Soornack, serait liée, selon certaines sources, à certaines bribes d’informations qui voudraient qu’il ait été « lâché » par celle qui ne jurait que par son nom. C’est ainsi que les régulateurs se seraient intéressés aux transactions de la Bramer Bank de Mahebourg et d’Airway Coffee. Le lien entre les deux entités mériterait une enquête car bien qu’un montant supérieur à Rs 500, 000 aurait été quotidiennement versé en 2014, Airway Coffee aurait été exemptée des explications que toute compagnie doit fournir dans ce cas-là, selon les dispositions de la Financial Anti Money Laundering Act (FIAMLA). Selon cette loi, toute transaction au-delà du seuil de Rs 500, 000 doit être signalé et approuver. Mais c’était sans compter le soutien de la dame considérée comme étant la pièce maîtresse. Cette dernière aurait également accès aux comptes numérotés tombant sous la ‘Private Banking’. Quand certains cadres osaient rejeter des dossiers, comme dans le cas d’Airway Coffee, dont les ‘financial statements’n’étaient pas disponibles, la dame en question – qui est toujours en poste – prenait les choses en main. Il s’avère d’ailleurs, selon nos recoupements d’informations, qu’elle serait l’une des prochaines personnes à être interrogées dans le cadre de cette affaire. Toutefois, il n’y aurait pas que le dossier Airway Coffee qui intéressait la dame. On cite également le cas Ottoman Capital Limited, auquel le nom d’Iqbal Mallam-Hasham est associé actuellement. Cette société aurait approché la Bramer Bank pour un emprunt. Ce dossier aurait ainsi été rejeté pour plusieurs raisons. Ainsi, un haut cadre aurait refusé de le considérer « parce que la compagnie n’était même pas encore incorporée à l’époque. » « Comment un ‘charitable trust’peutil acheter ou vendre des bâtiments ? » s’interroge quant à lui l’ancien haut cadre. Malgré ces réserves, la dame en question aurait pris le dossier en charge... PUB SUR LES BOISSONS ALCOOLISÉES MANQUE À GAGNER DE RS 2,9 MILLIONS POUR LA PRESSE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :