BIZweek n°362 1er oct 2021
BIZweek n°362 1er oct 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°362 de 1er oct 2021

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Capital Publications Ltd

  • Format : (260 x 370) mm

  • Nombre de pages : 9

  • Taille du fichier PDF : 2,1 Mo

  • Dans ce numéro : le plafond de la dette américaine menace l'économie mondiale.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
VENDREDI 01 OCTOBRE 2021 BIZWEEK ÉDITION 362 On Monday 27 September, Senate Republicans returned to their 2011 couch. They blocked a bill that would’ve funded the US government and staved off a default. That action, 10 years after similar Republican Party folly, spooked world markets as rarely before. It also put the US Treasury Department into damage control mode. On Tuesday, Treasury Secretary Janet Yellen said Washington will run out of options to avoid breaching the debt limit on October 18, pushing the US to the brink of default. This new deadline has markets on edge about the outlook for the linchpin of the global financial system. No one knows exactly when the United States will reach its borrowing limit, but the time is fast approaching. Treasury Secretary Janet Yellen has warned that the cliff could be reached as soon as Oct. 18. The Bipartisan Policy Center says it could hit between mid-October and Nov. 4. Yellen brought her message to Congress on Tuesday, saying that raising the ceiling was «necessary to avert a catastrophic event for our economy.» A U.S. default, no matter how quickly it is fixed, would lead to «complete chaos,» prompting investors to sell off an asset class that was considered risk free, Jacob Funk Kirkegaard, a senior fellow at the Peterson Institute of International Economics, told Foreign Policy. «It’s a bomb—you basically blowup the global financial system.» The damage to U.S. credibility in global markets would be irreversible, Kirkegaard said. «If they miss a payment that trust is gone. 250 years down the drain. And you don’t get that back just by promising, ‘Oh, I promise I won’t do it again.’That’s not good enough for investors around LA TOUR POTENTIAL CRISES U.S. Debt Ceiling Battle Threatens the Global Economy The House on Wednesday passed a bill to suspend the U.S. debt ceiling as the country barrels toward a first-ever default with no clear solution in sight. Republicans will likely sink the plan in the Senate. Treasury Secretary Janet Yellen has told lawmakers the U.S. will run out of ways to pay its bills around Oct. 18. If Congress fails to suspend or raise the debt limit before the deadline, lawmakers risk a default that could cost millions of jobs, jeopardize government benefits and crash the financial markets the world.» The long-termeffects of a default could also disrupt U.S. foreign policy tools, with A possible government shutdown and a first-ever U.S. default US Treasury Secretary had announced that the government would run out of cash by October 18 2021 unless Congress raises the debt ceiling. A default would be quite disastrous, impacting markets and the economy, and delaying payments to millions of Americans. Janet Yellen noted that the government’s daily gross cash flow, excluding financing, averaged nearly $50 billion per day over the past year and has even exceeded $300 billion. The warning came hours after Senate Republicans blocked a bill that would have suspended the debt limit. The debt limit is the total amount of money that the United States government is authorized to borrow to meet its existing legal obligations. The debt limit is also referred to as the debt ceiling. This includes social security and medicare benefits, military salaries, interest on the national debt, tax refunds, payment of food stamps and other payments. First established in 1917, the debt limit has existed for over 100 years. Since then, it haseither been raised or suspended over 100 times. Hence it can be done again this time. The federal government has a fixed limit on the amount of money the Treasury Department can borrow — currently $28.5 trillion - $22.3 trillion of debt held by the public and the roughly $6.2 trillion the government owes itself as a result of borrowing from various government accounts, like the Social Security and Medicare trust funds. The debt limit, which was suspended for two years, came back into effect in August. As the debt grows larger, suspending or raising that limit isup to Congress. President Joe Biden and the Democrats want to raise this debt ceiling, but Republicans have blocked a bill that would increase that limit. This is not the first-time lawmakers have faced this issue. Fights over the debt ceiling came about in 2011 and 2013 as well. How is a shutdown different from a default ? A shutdown occurs when Congress fails to pass appropriations bills that allow agencies to obligate new spending. As a result, the government temporarily stops paying employees and a world less trusting in the U.S. dollar making U.S. financial sanctions that much less effective. contractors who performgovernment services. A default occurs when the Treasury does not have enough cash available to pay for obligations that have already been made. In the debt ceiling context, a default would be precipitated by the government exceeding the statutory debt limit and being unable to pay all of its obligations to its citizens and creditors. While a government shutdown would be disruptive, a government default could be disastrous. In American history, the government has never gone into default. This is expected to change in October, should the debt ceiling not be raised. According to Treasury Secretary Janet Yellen, a historic financial crisis will occur should the government run out of money. A default could trigger a spike in interest rates, a steep drop in stock prices and other financial turmoil. The current economic recovery would reverse into recession, with billions of dollars of growth and millions of jobs lost. The US 10-year Treasury has already spiked from 1,28 to 1.54% in the last 15 days. [Source : CARE Ratings Africa] 4
VENDREDI 01 OCTOBRE 2021 BIZWEEK ÉDITION 362 ACTA PUBLICA FIN DE L’ADMINISTRATION VOLONTAIRE D’AIR MAURITIUS Les créanciers acceptent à presque l’unanimité le plan de redressement des administrateurs La grande majorité des créanciers de la compagnie d’aviation nationale a voté pour le Deed of Company Arrangement (DOCA), proposé par les administrateurs, à presque 100% pour les trois catégories. C’était à l’issue de la Watershed Meeting qui a mis fin à 17 mois d’administration volontaire de la compagnie, le mercredi 28 septembre Cette assemblée s’est tenue en audioconférence, en présence des deux administrateurs Sattar Hajee Abdoula, qui la présidait, et Arvindsingh Gokhool, tous deux de la firme Grant Thornton. Le plan de remboursement pour les différents types de créanciers a été plébiscité à 100% pour les catégories A et B (en valeur et en nombre), et à 99,5% en valeur et 81.7% en nombre pour les créditeurs de la classeC. « Nous sommes soulagés et heureux de l’issue du vote des créanciers, qui vient démontrer leur confiance dans notre plan de redressement. Cette administration a donné lieu à des débats passionnés, tant de la part des opérateurs expérimentés que des néophytes. Elle a été l’une des expériences les plus laborieuses mais aussi les plus enrichissantes, sachant que nos décisions ont des répercussions non négligeables », a déclaré Sattar Hajee Abdoula aux quelque 600 créanciers d’Air Mauritius, lors de la Watershed Meeting. Selon les administrateurs, le DOCA est la seule condition qui permettrait à la compagnie de bénéficier de prêts à hauteur de Rs 12 milliards du gouvernement, et dont la majeure partie sera utilisée pour le paiement des créanciers, qui sont répartis en trois catégories  : A – les sociétés de leasing d’avions ; B – les hedge counterparties, et C – la masse générale des créanciers. Le plan de remboursement a été agréé comme suit  : 35% du montant des créances à la catégorie A, 60% de celui de la catégorie B et 50% pour la catégorieC, payables d’ici le 31 octobre. Les créanciers avaient aussi le choix entre voter pour mettre fin à l’administration et rendre la société avec toutes ses dettes existantes ou encore la placer en liquidation. A l’issue de ce vote de confiance, les administrateurs et les directeurs de la compagnie signeront le DOCA afin que l’ensemble des créanciers soient payés au 31 octobre 2021. Au 30 juin 2021  : Le Groupe MCB réalise des profits de Rs 8 milliards Malgré le contexte difficile, le Groupe MCB a réalisé des bénéfices nets de Rs 8,019 milliards pour l’année financière se terminant au 30 juin 2021, représentant une hausse de l’ordre de 1,4% par rapport aux résultats de l’année dernière. Les bénéfices opérationnels du Groupe ont, pour leur part, augmenté de 2%. Les revenus nets d’intérêts ont accru de 3,1% alors que les revenus hors intérêts sont restés au même niveau que l’année précédente, avec la forte volatilité sur les marchés de change et monétaires ayant impacté négativement les gains sur les instruments financiers. Le coût du risque, qui a connu une baisse par rapport à l’exercice précédent, reste néanmoins à un niveau élevé pour se situer à 1,39%, au vu du renforcement des provisions, notamment en termes de Expected Credit Losses. Le Groupe MCB maintient aussi des marges confortables en termes de capitalisation. Le ratio d’adéquation de fonds propres du Groupe s’élève à 17,4%, dont 16,1% sous forme de Tier 1 Capital, soit bien au-dessus du minimum règlementaire requis. Alors qu’un dividende intérimaire de Rs 7.25 par action avait été payé en juillet dernier, le Groupe MCB a déclaré un dividende final de Rs 9.50 par action, payable en décembre 2021, tenant aussi en compte les résultats de l’année dernière, vu que les actionnaires n’avaient perçu aucun dividende en 2020 à cause de l’incertitude majeure résultant de la pandémie. Le Conseil d’administration a aussi avalisé l’introduction d’un « Scrip Dividend Scheme ». Par ce biais, les actionnaires peuvent décider de convertir une partie ou la totalité de leurs dividendes en actions ordinaires. w Le groupe Currimjee lance Trampoline, un accélérateur d’entreprises à impact positif Promouvoir et soutenir l’entrepreneuriat social ainsi que l’innovation. C’est la mission de Trampoline, l’accélérateur d’entreprises à impact positif lancé par le groupe Currimjee le mercredi 29 septembre. L’objectif de cette initiative, est d’encourager la croissance des entreprises à impact positif. Financé par le fonds de Rs 125 millions créé à l’occasion du 125e anniversaire du groupe, Trampoline aidera les entrepreneurs dont la vocation est de développer des solutions durables et innovantes pour répondre aux enjeux sociaux et environnementaux. « Fidèle à notre vision et à nos valeurs, nous avons souhaité agir pour encourager et soutenir l’entrepreneuriat et l’innovation, deux des piliers qui ont construit le groupe Currimjee. C’est à l’occasion de nos 125 ans que nous avons décidé de créer un fonds de Rs 125 millions dédié au soutien de l’entrepreneuriat. Trampoline est la première entité créée et financée à partir de ce fonds. Il s’agit d’une société à but non lucratif qui a pour mission de soutenir des initiatives dans le domaine de l’entrepreneuriat social. Aujourd’hui, plus que jamais, il est de notre devoir d’œuvrer pour le progrès de la société mauricienne en encourageant la prise d’initiative pour répondre aux grands enjeux, et ainsi bâtir un avenir meilleur pour les générations futures », a déclaré Bashir Currimjee, membre du conseil d’administration du groupe Currimjee. En effet, les candidats sélectionnés bénéficieront, durant neuf mois, d’un accompagnement personnalisé en matière de planification stratégique, de gestion des ressources, ou encore de marketing et de ventes. Avec l’aide de mentors et de professionnels venant de divers secteurs, elles pourront concevoir un « business model » durable et adapté aux demandes du marché et de la société, tout en prenant en compte les « Sustainable Development Goals » des Nations Unies. En cas de besoin, des formations en leadership, en gestion d’équipe, en storytelling, voire en gestion de la santé mentale, leur seront également proposées. Volet important du programme, la mise en contact avec le réseau qui permettra aux entrepreneurs de rencontrer des partenaires potentiels ou encore des financiers. Les entreprises à impact positif sélectionnées suivront le programme d’accélération de janvier à septembre 2022. Un budget de Rs1 million sera alloué à leur financement. 5

1 2-3 4-5 6-7 8-9 9


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :