BIZweek n°361 24 sep 2021
BIZweek n°361 24 sep 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°361 de 24 sep 2021

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Capital Publications Ltd

  • Format : (260 x 370) mm

  • Nombre de pages : 9

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : l'enquête WilmerHale.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
VENDREDI 24 SEPTEMBRE 2021 BIZWEEK ÉDITION 361 ent island nations such as Seychelles and Mauritius. By the end of 2020, debt-to-GDP was above 40% – once the suggested threshold for developing economies from the International Monetary Fund (IMF) – in 48 of Africa’s 54 countries, averaging over 70%. It was above 100% in nine. At least 17 countries in sub-Saharan Africa are currently in debt distress or facing a high risk of debt distress, according to the IMF. Further pressure will come. The Debt Service Suspension Initiative (DSSI) implemented by the IMF and World Bank in May 2020, which allows eligible countries to temporarily suspend their debt service obligations to official creditors, could save African countries more than USD 14bn. But it ends on 31 December 2021. In the coming years, these DSSI deferred payments will have to be made and, for many countries, will coincide with Eurobonds reaching maturity. African countries are liable for an estimated USD 100bn in maturing Eurobonds over the next decade, with a spike in scheduled repayments in 2024 and 2025. The reaction of many African governments to this looming debt crunch has been to take on more debt, often because there are few other short-termoptions. Nine African governments have issued Eurobonds since the start of the pandemic, with others, such as Nigeria, planning issuances in the near future. In most cases, new Eurobonds are being used to pay old Eurobonds with imminent maturities or to cover structural budget deficits. While institutions such as the African Development Bank have warned that more countries could follow Zambia into default, this model of raising debt to pay debt could see many governments muddle through for many years. But this strategy also comes with costs. High yields may attract investor interest – Kenya’s USD 1bn Eurobond offering in July attracted USD 6bn in orders, for example – but also means high interest payments for governments. Leapfrogging development gaps For all the challenges it faces, Africa has a track record of leapfrogging development gaps using innovation and technology. And the motivation to do so is huge. COVID-19 may be the most disruptive pandemic the continent has faced so far, but it is not the first – 41 African countries have had previous experience of pandemics – and will not be the last. A 2019 WHO report estimated that sub-Saharan Africa lost more than 600 disability-adjusted life years to illnesses in 2015 alone, causing a lossin productivity of approximately USD 2.4trn. The longevity of the COVID-19 crisis will sustain momentum in the health-tech and biotech sectors, but the benefits of the solutions developed will persist for much longer. Plans are already in place to adapt the increased capacity and new innovations developed for COVID-19 to new and future challenges. BioNTech announced on 27 August that it was considering Rwanda and Senegal as sites for malaria and tuberculosis vaccine production using mRNA technology, while the mRNA vaccine technology transfer hub being developed in South Africa has similar potential to tackle other diseases. Developing such capacity within Africa would likely make vaccines cheaper due to reduced import tariffs, taxes and transport costs. Beyond healthcare, the development of an African biotech industry promises advancement for another important sector on the continent : agriculture. Roughly 60% of Fig.3 F iiigh debt and lové revenue 160 140 120 100 BO 60 40 20 0 ça cc ia gL§, tardeeta g cri g a "AM dà(5 g zz r Government experditure Grassidonrestio al Government revenue Grass government den agurcir.Oxgard Econarr.ius..(96nf GDF, product (GDP) {e, of GDP) (% af GDFry government budgets Africa Riek-Revrard Index : Septernber 2021ncoreg and changes tram Me Septernber 2020 edition. Sree Peie 17 fcr fui Lielzulu cf bre n Itlxri akx r ami bccras frarnErwicrk Cati NTPV REWARI 6C0fiE1DILIT Of" lillie RJSK SeaREitiLlIT °Filer Sei] Se e 202G 2021 Change pince'sali edrree Sep 2D2D Se p 2D21 Charme s'Ince hist ecli'llon" Algeda. 3.27 4.77 -:.SD.5.2t 6.76 -.D.05 Argc13 1.48 3.22'1)4 6.13 e13 13o1seipre 2.7g b.11 1.513 3.63- LIBTFECir 2.1'6 Ili 1 EiJ.E.U) 6.1 ; :...iiii ! d'91À11 ! r..71 rial le ; 7, 113C..77 per. : 7.1%.1 4.:.:1,0 _. 7.e,ri 7.r- « 04 RJY1:4 4.fer.73 2..'..P ! 7.% Fee Ilb  : len 1_111:pe 6.01 614 D. :.0. 1. ? é.Lrl Uil-éra.i.bC 1 AM D,:t1 r 5. (13 1.1.Y4 -0.00 KBIWEi, !.V, 5.1Y -...0 1 b.Elf.121'., 1.4:1 ; ye.i  : 1 4i. ; 2 7L 1 ; 71-1 F. re :...". 013untiLE 3 13 E.i.+2  : :ri an A.1:. 1.01cFro7.c.o 4.1g 5.42. :.:.3 4 (FE. 1 tri blc.,:111É:Ice.K ! 2.94 2.1s1, ' ;ir..o. fil Itin dila 1.T. 3.1 F. 4.2" 3.2 Eic.ri.i 4.04r..Ê7 F 72 ! 7.:e 1 ; warea A.M b.'..1.2 0.2-1 5.021 6. ! 3{.5 lE1-FEe15.1 L1.19 I.15Y -  : 21.1 I 1.63.U1 oi_rlh.311c 31  : _:.', ; 1 b.15Y Z,:tb 1.60 1. (:j Tried-id 4.:1cF ri.iq 1) 7 !) ! ; =. F..27 çA21 T iri:i ; ! 2. ?.4 :.1:1 7.74 I kj:iii I:i 4.1F1 4.9£ mie.. ":. I ! e 1c.. 0.os ACTA PUBLICA j In ayeEeir seer.'ren:lanL rEcctieré ree aime Ir provererrt 8crcLe 11-e vecia curli-pera, the Med.'C:OLIrtlea are rose- that haie amen the biggEetrnwerrent i ltrâr a4erel nek-rErAtErd SCCiree fiel r7 2020 2rd 2021. ni serre eo..mrsieiri la an le 2reasirg reeard SC2idS, for some ro deCiWryg eXies, Wirr 31 Sc ri-2 actrii.JialkNi buil% Botsiora-ia +2B7 Zimbabwe +137 +Z25 Mn ; p Came-roon +2.12 Fmn't op sub-Saharan Africa’s population is reliant on agriculture, yet much of this is stillat a subsistence level and much of it is threatened by climate change. Tailored biotech capacities could have significant economic implications : various studies have estimated that every dollar invested in biotech crop seeds returns four to five dollars to the farmer. They could also help this hugely important sector adapt to changing climatic conditions, which in recent years have contributed to widespread food insecurity in East Africa and elsewhere. Governments are slowly recognising these potential benefits. Only six African countries – Eswatini, Ethiopia, Malawi, Nigeria, South Africa and Sudan – used biotech crops in 2019, though numerous others have expressed an interest in developing them. The benefits of a biotech sector may well spread beyond healthcare and agriculture. To take just one alternative example, there are ongoing efforts to create a genetic database of rhinoceroses and artificial rhino horns in efforts to tackle poaching. A multitude of other applications are likely to emerge across the continent, driven by the same combination of need and innovation that saw Africa become a hotbed of fintech. For investors, the opportunities in biotechnology across the continent have never been so promising. 6
VENDREDI 24 SEPTEMBRE 2021 BIZWEEK ÉDITION 361 POST SCRIPTUM CONTROL RISKS ET OXFORD ECONOMICS AFRICA Résilience et reprise  : Le rétablissement de l’Afrique après la pandémie sera complexe La reprise a lieu dans un contexte géopolitique de redéfinition des relations de l’Afrique avec le reste du monde. Le rétablissement de l’Afrique sera déterminé par la façon dont les gouvernements réagiront à l’innovation dans les soins de santé, aux pressions croissantes de l’endettement et à l’insécurité régionale Control Risks, spécialiste mondial de la gestion des risques, et Oxford Economics Africa, ont annoncé, le 21 septembre, le lancement de la sixième édition de leur « Africa Risk-Reward Index ». L’Africa Risk-Reward Index est le guide de référence pour les décideurs politiques, chefs d’entreprise et investisseurs. Le rapport décrit l’évolution de la situation en matière d’investissement sur les principaux marchés africains et présente une perspective fondée et à long terme des principales tendances qui façonnent l’investissement dans les économies africaines. L’Afrique continue d’être fortement touchée par la pandémie de Covid-19, les campagnes de vaccination progressent lentement et d’autres vagues d’infections sont probables, mais d’une manière inégale et parfois imprévisible, ce qui présente autant de défis que d’opportunités Les scores des avantages ont augmenté sur l’ensemble du continent, substantiellement dans certains cas, mais les scores de risque révèlent un tableau plus varié. Les deux scores ne s’équilibrent pas toujours ; par exemple, le résultat des dernières élections en Zambie a mené à une amélioration significative de son score de risque, mais le rétablissement du pays reste entravé par une crise de la dette persistante. En outre, la reprise a lieu dans un contexte géopolitique de redéfinition des relations de l’Afrique avec le reste du monde. L’édition 2021 de l’Africa Risk-Reward Index examine cette conjoncture complexe. Nous expliquons comment les réponses des gouvernements à trois questions essentielles (soins de santé post-pandémie, dette et insécurité) peuvent accélérer, ou freiner, la reprise économique de l’Afrique. Les trois articles examinent en détail ces problèmes clés, signalant les risques et les opportunités qu’ils peuvent représenter. Les risques et les avantages précis de tout investissement varient évidemment beaucoup selon le secteur et le projet, mais le rapport vise à servir de point de départ pour la discussion, à remettre en question les idées reçues et à définir des priorités en vue d’une exploration plus approfondie. L’ESSOR DES BIOTECHNOLOGIES La pandémie de Covid-19 a mis en évidence une des vulnérabilités de l’Afrique  : sa dépendance à l’égard de l’aide extérieure en matière de soins de santé et de biotechnologies. Bien que les gouvernements africains aient réagi avec une rapidité souvent impressionnante à la pandémie, les tests et le traitement ont été limités par un manque de de capacités. Les campagnes de vaccination avancent lentement en raison des difficultés d’approvisionnement, les autres régions du monde achetant de grandes quantités de doses pour leur propre usage. Cet article montre comment ces difficultés ont déclenché de nouveaux, et comment de ce qui promet de devenir un secteur passionnant. « Le déploiement de la vaccination à l’échelle mondiale a été extrêmement décevant, et la distribution inégalitaire des vaccins soulève des interrogations à la fois morales et médicales. Toutefois, un espoir se dessine  : les difficultés auxquelles l’Afrique a été confrontée pour obtenir non seulement des vaccins mais aussi toute une gamme d’équipements et de traitements ont stimulé l’innovation et encouragé d’importants investissements dans les capacités africaines en technologies et biotechnologies médicales. L’émergence d’un secteur biotechnologique africain recèle un énorme potentiel qui dépasse largement la pandémie de Covid-19 et de simples applications de soins de santé », déclare Barnaby Fletcher, associé directeur de Control Risks. Des capacités de séquençage génomique sont en cours d’installation au Liberia, au Nigeria, au Sénégal et en Sierra Leone. Plusieurs autres initiatives visent à accroître la capacité du continent à développer et fabriquer des vaccins, notamment un centre de transfert de technologies du vaccin à ARNm en Afrique du Sud et des installations de fabrication en Égypte, au Maroc et ailleurs. Les laboratoires, les centres de dépistage, les solutions numériques transfrontalières de test et de traçage ont proliféré. Il se peut que ces développements aient été motivés par la Covid-19, mais leur application ne se limite pas uniquement à la pandémie actuelle ou même aux soins de santé. La croissance d’un secteur biotechnologique en Afrique représente d’immenses opportunités pour les investisseurs du continent et dans de multiples autres secteurs. DÉCRYPTER LA CRISE DE LA DETTE EN AFRIQUE Avec un ratio dette/PIB combiné ayant atteint en 2020 son plus haut niveau depuis vingt ans, l’Afrique est confrontée à une nouvelle crise de la dette. Dans ce contexte globalement préoccupant, certains cas sont encore plus inquiétants, comme la Zambie, premier pays à faire défaut sur sa dette pendant la pandémie de Covid-19 à la fin de l’an dernier. La pandémie n’a pas provoqué le fardeau de la dette africaine, mais elle l’a exacerbé et le coût du service de la dette va consommer des ressources budgétaires qui devraient être utilisées pour soutenir le redressement post-pandémie du continent. Selon François Conradie, économiste politique principal chez Oxford Economics Africa, « Le fardeau de la dette africaine s’est considérablement alourdi au cours des 18 derniers mois, car les gouvernements ont emprunté pour financer à la fois leur riposte face à la Covid-19 et les mesures de relance visant à atténuer l’impact économique de la pandémie. Dans le contexte actuel de la faiblesse des taux d’intérêts, la dette semble gérable mais la Fed américaine vient d’annoncer clairement que l’heure de la réduction des mesures de relance monétaire avait sonné. Quand les banques centrales commenceront à remonter leurs taux, les gouvernements africains seront confrontés à des problèmes auxquels ils ne trouveront pas facilement de solutions. » Le fardeau de la dette présente des risques pour les économies comme pour les entreprises. L’obligation de remboursement de cette dette mettra les entreprises publiques à rude épreuve et aura tendance à limiter les opportunités des acteurs du secteur privé qui font affaires avec les gouvernements. Si les options de restructuration ou de remboursement de la dette sont limitées, certaines solutions innovantes sont toutefois en discussion et en train d’être testées. Les nouvelles obligations sociales et les mécanismes de financement régionaux n’offriront pas de solution miracle permettant de revenir à une gestion budgétaire saine, mais ils pourraient contribuer à réduire la menace que représente l’endettement et offrir de nouvelles opportunités aux investisseurs. L’IMPACT DE L’INTERVENTIONNISME MILITAIRE EN AFRIQUE Le retrait de l’armée américaine de l’Afghanistan en août semble confirmer un fait qui se précise depuis longtemps  : le monde occidental n’a plus beaucoup envie d’intervenir militairement à l’étranger. Et cela vaut également pour l’Afrique. Les États-Unis se sont retirés de la Somalie en janvier, tandis que la France a annoncé son intention de réduire sa présence militaire au Sahel. Or ces reflux se produisent au moment où la recrudescence du militantisme et des tensions dans la Corne de l’Afrique accroissent l’instabilité et nuisent à la sécurité du continent comme jamais depuis des décennies. En l’absence d’interventions militaires étrangères, quelles nouvelles approches seront adoptées pour faire face à ces menaces et organiser la sécurité du continent ? Des acteurs africains et extérieurs stratégies, ce qui rendra les prochaines années difficilement prévisibles. Au mieux, ces stratégies pourraient prendre la forme d’une coopération régionale, comme l’a montré l’intervention de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) au Mozambique, voire d’une redéfinition complète des moyens de lutter contre le militantisme. Au pire, des actions unilatérales menées par des pays cherchant à s’imposer en tant que maîtres de la sécurité aggraveront les tensions, ce qui conduira à des courses à l’armement, comme avec l’exemple actuel du différend entre le Maroc et l’Algérie. Cet article révèle le changement de la dynamique de l’aide militaire en Afrique et examine quelles en sont les conséquences pour le cadre sécuritaire au sein duquel les investisseurs doivent opérer. 7

1 2-3 4-5 6-7 8-9 9


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :