BIZweek n°355 13 aoû 2021
BIZweek n°355 13 aoû 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°355 de 13 aoû 2021

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Capital Publications Ltd

  • Format : (260 x 370) mm

  • Nombre de pages : 10

  • Taille du fichier PDF : 3,8 Mo

  • Dans ce numéro : le nouveau rapport sur l'intégrité financière.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
VENDREDI 13 AOÛT 2021 BIZWEEK ÉDITION 355 ACTA PUBLICA TABLE RONDE DE L’ACCA SUR LES DÉFIS CLIMATIQUES Experts comptable et CEOs évoquent ce qui « font parfois défaut » Le bureau mauricien de l’ACCA a organisé le 29 juillet 2021 une table ronde virtuelle sur le thème des défis auxquels doivent faire face les entreprises et les experts comptables dans le contexte du changement climatique. Plusieurs hauts responsables des secteurs de la finance, de la comptabilité et du service conseil en gestion écologique ont animé cette table ronde via la plateforme en ligne Teams Les points saillants de ces échanges sont que face à un changement climatique réel et grave, la volonté politique, les décisions stratégiques des entreprises, l’adaptation des fonctions et outils comptables et la disponibilité de nouvelles expertises et de certains financements font parfois défaut. Pourquoi, ont souligné des intervenants, se contenter d’avoir une approche qui vise à réduire les gaz à effet de serre dans le cadre du modèle économique existant ? Ne faudrait-il pas plutôt adopter l’approche inverse ? C’est-à-dire, développer un modèle économique différent, bâti autour d’une importante réduction des éléments qui contribuent au changement climatique et à ses effets néfastes ? A l’île Maurice également, malgré certains progrès dans les décisions gouvernementales, dans l’adoption de pratiques et dans les investissements, beaucoup reste à faire pour limiter l’impact du changement climatique et s’engager dans des actions concrètes et à long terme - seules capables d’apporter certains résultats. Les participants étaient  : Sunil Benimadhu (CEO de la Stock Exchange of Mauritius), Danny Balluck (directeur et CFO de Standard Chartered Bank), Sanju Deenapanray (directeur d’Ecological Living in Action), Irshad Mallam Hassam (Partner de Nexia Baker & Arenson), Faizal Khoodoruth (directeur de KPMG Mauritius) et Shailen Ramgoolam (Partner d’EY Mauritius). Trop peu, trop lentement Il y a en fait un hiatus entre les besoins et les objectifs d’un côté, et les réalités de l’autre, ont relevé plusieurs des participants. « Pour qu’on s’attaque à un problème de façon urgente, il s’agit d’abord de le reconnaître clairement et de manière non-ambiguë. Or, plusieurs pays, et non des moindres, ont refusé ou refusent la réalité du changement climatique », relève Irshad Mallam Hassam. Les principaux pays pollueurs de la planète, par exemple, n’agissent pas suffisamment et pas assez vite et, dans ce même contexte, les pays développés disposent de très gros moyens et investissements alors que les pays en voie de développement, moins pollueurs et plus vulnérables au changement climatique, manquent cruellement de ressources. Même quand certaines initiatives sont prises, elles prennent trop de temps à se réaliser, selon Danny Balluck. Il souligne d’ailleurs le manque de moyens consentis, aussi bien dans les pays développés que - bien pire - dans le continent africain. « Si les entreprises et les pays n’agissent pas rapidement, nous serons confrontés aux pires effets du changement climatique. Nous devons agir maintenant et ensemble. Nous sommes tous concernés et nous devons nous réunir, gouvernements, régulateurs et société dans son ensemble, pour proposer des solutions, des technologies et des infrastructures durables », avance Danny Balluck. La République de Maurice, petit Etat insulaire, subit elle-même ces effets mais ne peut agir sur des facteurs de pollution et d’adaptation à l’échelle planétaire, rappelle Sanju Deenapanray. « Pour arriver à analyser les risques des changements climatiques, il faut tout d’abord faire de la descente d’échelle des modèles climatiques globaux afin de mesurer la vulnérabilité au niveau local et de proposer des solutions d’adaptation », dit-il A cela s’ajoute la vision à trop court terme des décideurs politiques et de nombreux dirigeants d’entreprises. Les premiers ont pour priorité de se faire ré-élire et ne prennent donc pas le risque d’imposer des mesures impopulaires mais nécessaires. Les seconds ont des objectifs et des obligations de résultats financiers à échéance de quelques mois ou quelques années uniquement. Adaptation nécessaire dans le monde financier Shailen Ramgoolam souligne d’ailleurs le rôle des experts comptables et la tendance de plus en plus forte vers une nouvelle expertise de reporting dépassant les seuls éléments financiers. Un nouveau champ d’intervention émerge, impliquant la nécessité de maîtriser et communiquer des indicateurs de performance non-financiers reliés au développement durable. « Les experts financiers devront impérativement contribuer à l’évaluation et la communication de la performance durable de leur entreprise, de façon similaire à l’évaluation de sa performance financière. Pour ce faire, ils devront être dotés d’une curiosité inépuisable, appliquer leur savoir-faire en matière de reporting et gouvernance de données, comprendre les enjeux du développement durable, et s’adapter à de nouvelles demandes et fonctions. Sinon, ils seront complètement dépassés », affirme le responsable d’EY Mauritius. « Les entreprises auront besoin de guides, d’experts. Ces derniers sont pour l’instant rares et sont déjà très demandés internationalement. Les experts financiers devront donc saisir les opportunités qui leur sont présentées ». Jane Ohadike, ACCA Head of Policy pour la région ‘Afrique’a piloté cette table ronde, avec la collaboration du bureau mauricien de l’ACCA, dirigé par Madhavi Ramdin-Clark. Les résultats des échanges de cette table ronde seront utilisés pour la rédaction d’un article du magazine mondial de l’ACCA. Ils seront aussi intégrés aux informations d’une étude mondiale que réalise l’ACCA auprès d’experts comptables avant le sommet COP 26 sur le climat qui aura lieu à Glasgow en novembre 2021. 8
VENDREDI 13 AOÛT 2021 BIZWEEK ÉDITION 355 Mlol It& MIoD Mine of the forum’s initiatives is to create a Women «One Leadership Academy, in collaboration with Dale Carnegie and to develop a pool of strong women leaders to address the gender gap issue at the C-Suite level. A recent study revealed that at board level, 6% of Chair roles are filled by women and 13% of board members overallare female. Even though this is encouraging, women sitting on Boards is still very low, not just in Mauritius but across the world. The initiative therefore aims at encouraging and accelerating diversity on Boards by ensuring that there is a pool of Board ready women, and that those women already sitting on boards have an avenue for networking and sharing experiences with a view to becoming better directors», said Sheila PLATFORM Ujoodha, Chief Executive Officer at the Mauritius Institute of Directors. «The Women Leadership Academy will be beneficial to most women leaders in Mauritius and that it will help Mauritius address the gender imbalance issue. This 4-day Programme will help Women Leaders define their personal brand and step out of their comfort zone with confidence and assertiveness to claim their position as a C-Suite Leader,» reported Mrs. Anuradha Appadoo, Managing Director at Dale Carnegie Mauritius. Close to 50 participants attended the event, including women representatives from the private and public sectors. Managing Director at FTI Consulting Ltd, Mrs. Maria Paula Duque, addressed her speech DEBRIEF Mauritius Institute of Directors revamps its Women Directors Forum The Mauritius Institute of Directors has revamped its Women Directors Forum, aimedat promoting and encouraging women into Board leadership. This network provides a platformthat will bring together women from diverse fields and ranks ; facilitate those already sitting on Boards to effectively carry out their roles and responsibilities, andup skilland prepare for the boardroom those women who are already in senior leadership roles, aspiring to become board members on «International Perspective on Diversity» while the US Embassy’s Chargée d’Affaires, Mrs. Judes E. DeBaere, was invited as keynote speaker. Another 50 participants were given the opportunity to watch the event online. The event was followed by an interactive panel discussion themed«Time to rethink on high achieving women» and where H.E. Dr. Hlamalani Mazini, High Commissioner of South Africa, Mrs. Sadhna Gopal, Second Deputy Governor of Bank of Mauritius and Mrs. Heba Capdevila Jangeerkhan, COO of Taylor Smith gave their views while Mrs. Anuradha Appadoo, Managing Director at Dale Carnegie, acted as moderator Covoiturage  : La Smart City de Moka lance l’application Commute Elle se veut gratuite et facile à utiliser. Développée grâce à une collaboration entre la Smart City de Moka et la startup danoise éponyme, l’interface mauricienne de l’application Commute vise à encourager et à faciliter le covoiturage à travers toute l’île. Disponible sur Play Store et AppStore depuis le 4 août 2021, elle permet aux utilisateurs de trouver ou de proposer des trajets en quelques clics à travers leur smartphone. Ce projet découle de l’engagement de la ville à améliorer la mobilité à travers plusieurs initiatives pour promouvoir différents modes de déplacement, tels que le covoiturage. En plus de réduire les embouteillages sur nos routes, cette solution collaborative est surtout écologique puisqu’elle permet de diminuer les émissions de CO2. Bank One renforce son équipe de direction Afin de soutenir sa stratégie de croissance à long terme au niveau local et en Afrique subsaharienne, la Bank One a récemment étoffé son équipe de direction. Bhavya Shah a rejoint la banque en tant que Head of Personal Financial Services et Kenny Morton en tant que Head of Regulatory Affairs. Commentant ces nominations, Mark Watkinson, CEO de Bank One, déclare  : « Bhavya et Kenny rejoignent notre équipe de direction à un moment décisif, alors que nous nous engageons dans la prochaine étape de notre stratégie globale, à la fois localement et en Afrique subsaharienne. Je suis convaincu que leur solide expérience dans le secteur bancaire et leur parcours exceptionnel nous aideront à atteindre nos objectifs de croissance et à accélérer notre transformation vers un modèle de prestation numérique. » École maternelle  : Ti’Marmailles s’installe à Beau Plan Beau Plan étoffe son offre éducative. À partir du 23 août, la smart city accueillera Ti’Marmailles, une garderie et école maternelle pour les enfants âgés de 1 à 5 ans. Cet établissement a choisi la région pour offrir aux petits écoliers un cadre propice à leur épanouissement, et ainsi mieux répondre aux attentes des parents d’élèves. Pour l’école, créée il y a cinq ans, ce déménagement s’inscrit dans sa stratégie pour développer davantage ses services et sa structure d’encadrement. Après l’African Leadership University et la Greencoast International School, Ti’Marmailles sera la troisième institution éducative à s’installer dans la région. Vivo Energy Mauritius  : Contribution personnelle des employés en faveur de Roche Bois Vivo Energy Mauritius, société détentrice de la franchise Shell, implantée à Roche bois, a noué depuis plus de six décennies des liens forts avec ses voisins directs et la population avoisinante. Aujourd’hui, c’est au tour des collaborateurs eux-mêmes de manifester leur solidarité. Près d’une centaine d’employés ont ainsi pris l’initiative de financer des vivres de première nécessité aux habitants confrontés à une situation difficile. Cette action a été d’autant plus plébiscitée que la population de Roche bois est bien représentée parmi les employés. Cette distribution de vivre a été menée en collaboration avec l’Organisation non-gouvernementale Caritas Ile Maurice. 9

1 2-3 4-5 6-7 8-9 10


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :