BIZweek n°339 23 avr 2021
BIZweek n°339 23 avr 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°339 de 23 avr 2021

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Capital Publications Ltd

  • Format : (260 x 370) mm

  • Nombre de pages : 8

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : comment le gouvernement Britannique compte rendre les vols aériens encore plus sûr.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
VENDREDI 23 AVRIL 2021 BIZWEEK ÉDITION 339 TAHSIN SAADI SEDIK, Senior Economist, IMF’s Asia and Pacific Department JIAE YOO, Economist, IMF’s Asia and Pacific Department POST SCRIPTUM INTERNATIONAL MONETARY FUND What Pandemics Mean for Robots and Inequality From car manufacture to self-service checkouts, we all see how automation can transformthe world of work—with lower costs and higher productivity on one hand, and more precarious employment for people on the other. But the COVID-19 pandemic added fuel to the fire. The rise in telework, for example, is hurting low-wage workers and increasing inequality. More broadly, if the pandemic accelerates the pace of automation, then we may face a jobless recovery for low-skilled workers. Our recent IMF staff research suggests that such concerns are justified We focus on one formof automation, industrial robots, and analyze the effect of past major pandemics on their adoption  : SARS in 2003, H1N1 in 2009, MERS in 2012, and Ebola in 2014. We use econometric techniques and robot data at the sectoral level from the International Federation of Robotics covering 18 industries in 40 countries between 2000 and 2018. We find that robot adoption (measured by new robot installations per 1000 employees) increases after a pandemic event, especially when the health impact is severe and when the pandemic is associated with a significant economic downturn. Why do pandemics lead to the rise of robots ? We see two key reasons. First, after large shocks like recessions, firms restructure their businesses and adjust production toward technologies that lower labor costs. Second, firms may prefer robots because they are immune from health risks. Pandemic-induced uncertainty also adds to incentives for automation, as firms try to make sure they can withstand the next pandemic. The rise of robots and inequality Robots do not affect all workers in the same way. Low-skilled workers are more at risk of displacement by robots than highskilled workers, which reinforces existing inequality dynamics. Looking at country-level data and a larger sample, we find that following a pandemic the increase in inequality, measured by the Gini coefficient, over the medium termis larger where new robot adoption has increased more. Our results suggest that the acceleration of robotization is an important channel through which pandemics lead to higher inequality. Looking forward, a corollary of our results is that while automation and robotization are accelerating from still-low levels, they will likely become even more important drivers of inequality in the future. Left unchecked, growing disparities may lead to long-lasting grievances and ultimately to social unrest, forming a vicious cycle. Policymakers need to pay attention to preventing scarring effects on the livelihoods of the most vulnerable, including through appropriate labor market Low-skilled workers are more at risk of displacement by robots than highskilled workers, which reinforces existing inequality dynamics. policies. As automation intensifies following COVID-19 and transforms workplaces, more workers will need to find new jobs, especially those who are less skilled. Policies to mitigate rising inequality include revamping education to meet the demand for more flexible skill sets, and lifelong learning and new training—especially for the most affected workers. A good example is Singapore’s SkillsFuture initiative, which promotes learning in all stages of life to address the challenges brought by technological changes. These measures may still fall short if the training involves acquiring a substantively different and challenging set of skills, raising the possibility of dropouts. It is therefore important for policymakers to consider ways to address medium-termsocial challenges, including through strengthened social safety nets. While robotization is inevitable, its distributional outcome will depend on policies. A society that is more willing to provide support to those who are left behind can accommodate a faster pace of innovation, while ensuring that all members of society are better off. 6
VENDREDI 23 AVRIL 2021 BIZWEEK ÉDITION 339 DEBRIEF La FAO et la Commission de l’Union africaine publient un guide destiné aux pays souhaitant intégrer le nouveau marché unique africain L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Département de l’agriculture, du développement rural, de l’économie bleue et du développement durable (CUA-DARBE) a publié un guide conçu pour stimuler le commerce intra-africain des produits agricoles dans le cadre du nouvel Accord portant création de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) Les activités commerciales au sein de la ZLECAf, plus grande zone de libre-échange au monde par le nombre de pays inclus dans son périmètre, ont commencé le 1er janvier 2021. Cette zone représente un marché de 1,2 milliard de consommateurs. Le Plan-cadre d’intensification du commerce intra-africain de produits et services agricoles pose les jalons d’une expansion du commerce des produits agricoles entre pays africains et vise à libérer le potentiel du secteur agricole afin qu’il contribue à une croissance durable et inclusive en Afrique. L’augmentation du niveau des échanges représente un changement de paradigme qui rompt avec l’état actuel des choses et s’annonce comme un élément important du travail de collaboration qui doit conduire à renforcer la sécurité alimentaire et la nutrition de tous les Africains. « Ce cadre se veut le catalyseur aujourd’hui nécessaire pour la transformation qui doit déboucher sur des systèmes alimentaires plus efficients, intégrateurs, résilients et pérennes, un développement durable et la prospérité en Afrique. La mise en place de politiques et de programmes de transformation industrielle destinés à épauler le secteur privé dans sa valorisation des exportations africaines, sa compétitivité face aux importations de produits non africains et sa création d’emplois en grand nombre, constitue une priorité centrale », affirment conjointement le Sous-Directeur général de la FAO et Représentant régional pour l’Afrique, Abebe Haile-Gabriel, la Commissaire de l’Union africaine, Josefa Sacko, et le Secrétaire général de la ZLECAf, Wamkele Mene, dans l’avant-propos de cette publication. Le Plan-cadre aidera les décideurs et le secteur privé à élaborer des stratégies, des politiques et des programmes en faveur du commerce intra-africain de produits agricoles et du développement de chaînes de valeur agricoles, qui permettront aux acteurs que sont les exploitants agricoles, les entreprises agroalimentaires petites et moyennes, les femmes et les jeunes de bénéficier des avantages du marché unique. ACCA marks Earth Day 2021 This year, Earth Day is themed‘restore the earth’and at ACCA they are marking this occasion by focusing on the vital role the accountancy profession plays in sustainability and climate action. At the New York Climate Action Week in September 2020, ACCA and IFAC organised a global webinar called ‘Creating Value in a Climate Emergency  : Recovery, Resilience, and the Transition’. They were joined by Mark Carney, COP 26 Finance Adviser and UN Special Envoy on Climate Action and Finance, who said that one of the aims of COP26 is to ensure we have the framework in place so that « every financial decision can take climate change into account. » « So, as we celebrate Earth Day, and as ACCA begins its own journey to COP26 - whether virtual or not - and our commitments to the UN SDGs, we champion the accountancy profession’s role in climate action. As a global professional body, we strive for climate literacy for all our members, through the ACCA Qualification and the CPD we offer », says Helen Brand, ACCA’s chief executive. Fondation AfrAsia  : Plus de MUR 570 000 en faveur de 154 familles Face à la pandémie due à la COV- ID-19, la solidarité demeure le maître-mot dans le combat contre la pauvreté et l’insécurité alimentaire. Initié en 2020 lors du lors du confinement de 2020, le programme d’aide d’urgence de la Fondation AfrAsia renouvelle son soutien à la communauté. Grâce à ce programme, la fondation a fait don, durant l’année écoulée, de paniers alimentaires et non alimentaires de base d’une valeur de plus de MUR 570 000 à 154 familles, témoignant ainsi de son engagement à aller au-delà de la sphère éducative pour venir en aide aux enfants défavorisés affiliés à l’AfrAsia School et à l’ONG Ti Rayons Soleil. Ce soutien continu, sous la forme de produits alimentaires de base, d’articles de première nécessité pour les bébés et de produits d’hygiène, a également été rendu possible par la mise en place du programme « Sponsor an AfrAsiakid ». Les efforts continuent de Caritas en faveur des plus démunis Alors que la pandémie de Covid-19 et les conséquences des confinements nationaux continuent d’affecter les populations, Caritas maintient un travail de fond et un combat quotidien afin de soulager les familles mauriciennes les plus démunies face à cette menace mondiale. Le 11 mai 2020, Caritas Ile Maurice, répondait à l’appel à projets du National Covid Fund (NCF) en soumettant un vaste Programme d’Aide Alimentaire, projet soutenu par le large réseau de volontaires et de travailleurs sociaux de l’association déployés dans 52 points/centres de Caritas de l’île, pour toucher les principales poches de pauvreté. Le Programme est en bonne voie  : au 31 mars 2021, 4 766 « food packs » distribués par Caritas ont été financés par les fonds obtenus du National Covid Fund (NCF). Le 1er avril, un rapport a été soumis aux autorités, et un audit de la NSIF sur l’utilisation des fonds obtenus par l’association est actuellement en cours, pour encore plus de transparence et de gouvernance. Constance Hospitality Management concrétise le concept du « bien-être au travail » Objectif  : renforcer le sentiment de bien-être chez ses employés, surtout en cette période de crise sanitaire et d’incertitude économique. Constance Hospitality Management a, en ce sens, mis en place une série d’initiatives sur la plateforme de communication interne Workplace, à savoir des défis, des sondages et d’autres activités, à travers lesquelles les employés du head-office du groupe hôtelier bénéficient d’accompagnement et de conseils pour leur permettre de mieux gérer leur stress et leurs incertitudes. Une des premières initiatives du concept « bien-être au travail » consiste à aider chaque employé à mieux comprendre la gestion émotionnelle du stress grâce à un « pandemic resilience test ». Ce test permet de connaître le taux de résilience de l’employé. Environ 80 salariés ont pu bénéficier de conseils depuis l’implémentation du test. 7

1 2-3 4-5 6-7 8


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :