BIZweek n°321 18 déc 2020
BIZweek n°321 18 déc 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°321 de 18 déc 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Capital Publications Ltd

  • Format : (260 x 370) mm

  • Nombre de pages : 8

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : rapport annuel sur le commerce en Afrique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
VENDREDI 18 DÉCEMBRE 2020 BIZWEEK ÉDITION 321 AFREXIMBANK Transforming Africa's Trade African Export-Import Bank Banque Africaine ôlrnport-Export LA TOUR RAPPORT ANNUEL SUR LE COMMERCE EN AFRIQUE D’AFREXIMBANK Le commerce intra-africain est essentiel pour amortir les effets des tensions commerciales et des chocs extérieurs Afreximbank a lancé virtuellement, le mercredi 17 décembre, son Rapport annuel sur le commerce en Afrique (ATR). Ce rapport passe en revue l’évolution commerciale et économique en Afrique, lors d’une année 2019 dominée par les guerres commerciales et la hausse des droits de douane qui ont entraîné un fort ralentissement de la croissance du commerce mondial. Cette situation a été aggravée par la Covid-19, et de ce fait, après une baisse de 2,8% l’an dernier, le commerce mondial devrait se contracter de 9,2% en 2020 Le commerce mondial devrait se contracter de 9,2% en 2020, après une baisse de 2,8% en 2019 ; la part de l’Afrique du commerce mondial est retombée à 2,7% en 2019, à comparer aux 4% enregistrés dans les années 1970 ; le commerce transfrontalier informel (CTI), qui est une composante essentielle du commerce intra-africain, est d’une composition très diverse ; le Rapport sur le commerce en Afrique estime qu’en Afrique australe, le CTI est très élevé et pourrait représenter 80% de la valeur du commerce officiel dans certains pays ; l’Afrique du Sud est le pays qui a le plus contribué au commerce intra-africain en 2019, avec 23% des échanges. Le plus grand bond est venu de la RD Congo, qui est devenue le deuxième acteur du commerce intra-africain, totalisant 10,4% du total des échanges. Le Nigeria s’est classé au troisième rang, avec 7% ; le continent demeure trop dépendant des exportations de matières premières, le pétrole et le gaz représentant plus de 37% des exportations totales ; ;’indice des produits de base d’Afreximbank a décliné de 20% depuis l’an dernier, mais affiche une reprise en forme de V depuis le creux du mois d’avril. Le Rapport annuel sur le commerce en Afrique propose une étude approfondie du commerce transfrontalier informel (CTI). C’est la première fois que l’on tente de mesurer de manière détaillée le volume et la composition du commerce informel. Malgré les variations régionales, le rapport souligne l’importance du CTI pour la création d’emplois et de revenus, estimant qu’il apporte une source de revenus à environ 43% de la population africaine et qu’il est dominé par les femmes. En Afrique australe (le bloc de la SADC), les femmes représentent environ 70% du commerce transfrontalier informel. En Afrique de l’Ouest, les produits alimentaires et agricoles constituent 30% du commerce intra-régional. Commentant le rapport, Prof. Benedict Oramah, Président d’Afreximbank, a précisé  : «Même si le commerce transfrontalier informel représente une part importante des achats intérieurs et est devenu une source majeure de revenus permettant de maintenir les niveaux de consommation des ménages, sa contribution au PIB n’est guère reconnue». En s’appuyant sur des données factuelles pour mesurer le CTI, le rapport met en évidence les transformations à apporter pour développer le commerce intra-africain et faire passer le CTI dans le secteur formel. Par exemple, la suppression des obstacles techniques et non tarifaires au commerce, ainsi que la simplification des processus, l’amélioration de l’accès aux financements et la création de systèmes de paiements numérisés réduisant les risques permettront aux commerçants de se développer et de progresser dans la chaîne de valeur. Dans le commerce transfrontalier informel, les transactions s’effectuent uniquement en espèces. Le rapport contient de nombreuses recommandations qui deviendront encore plus pertinentes avec le lancement de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA). Afreximbank, pour sa part, met en place son Système panafricain de paiements et de règlements (PAPSS) pour permettre aux acheteurs et aux vendeurs d’effectuer des transactions en monnaie locale, tout en réduisant le risque associé aux transactions en espèces. Commerce mondial Entre janvier et août 2020, le commerce de marchandises de l’Afrique s’est contracté de 12% par rapport à la même période de l’an dernier, les mois d’avril et de mai ayant affiché les plus forts reculs. Les perspectives pour 2021 sont bonnes  : le commerce de l’Afrique devrait connaître un rebond important, dans le sillage de la reprise de l’activité économique mondiale et l’augmentation de la demande en matière d’exportations africaines. La part des exportations africaines à destination de l’Asie a augmenté pour atteindre 30,79% en 2019, tandis que la part de l’Union européenne est tombée à 24,6%. La Chine et l’Inde ont été les principaux moteurs de l’essor des échanges commerciaux entre l’Afrique et l’Asie, ces deux pays ayant absorbé 27% des exportations totales de marchandises de l’Afrique en 2019. On observe une tendance similaire dans la provenance des importations des pays africains. Même si l’UE a toujours constitué la principale source, sa part dans les importations africaines n’a cessé de diminuer et l’Asie rivalise aujourd’hui avec l’UE. Commerce intra-africain La valeur du commerce intra-africain total a diminué de 5,2% en 2019, réduisant sa part dans le commerce africain, qui est passée d’environ 15% en 2018 à 14,4% en 2019. L’Afrique du Sud est le pays qui contribue le plus au commerce intra-africain, avec 23,1% du total des échanges commerciaux intra-africains en 2019. La République démocratique du Congo (RDC) a consolidé sa position  : avec une part de 10,4% des échanges commerciaux intra-africains, elle est devenue le deuxième acteur du commerce intra-africain en 2019. Malgré une baisse de 4,7% des échanges en valeur, la part du Nigeria est restée constante à environ 7%, plaçant ce pays au troisième rang du commerce intra-africain. Matières premières Le poids des matières premières dans la valeur des exportations africaines est très élevé. Le pétrole et le gaz, malgré une baisse significative des cours, représentaient encore 37% du total des exportations africaines en 2019. Afreximbank, à travers son African Commodity Index, un indice pondéré qui suit les 13 principales matières premières africaines, a présenté une reprise en forme de V entre février et octobre. Bien que l’indice soit environ 30% inférieur à ce qu’il était en décembre 2018 et 20% inférieur à ce qu’il était au début de l’année. 4
VENDREDI 18 DÉCEMBRE 2020 BIZWEEK ÉDITION 321 ACTA PUBLICA AON HEWITT (MAURITIUS) INVESTMENT CONSULTING DASHBOARD Why is Asset Allocation Important ? Asset allocation involves dividing an investment portfolio among different asset classes (stocks, bonds, cash, commodities and alternatives). Each asset class has different traits in terms of level of risk and return. Therefore, each asset class behaves differently over time. As the economy grows, some assets moveup, while others may stay flat or even go down, depending on the specific circumstances. This quality of not being perfectly correlated with each other offers investors the opportunity to manage their risks Asset allocation takes advantage of the principle of diversification to reduce risk and improve returns. Diversification is a strategy that can easily be summedup by the famous saying of «Do not put all your eggs in one basket.» By including asset categories with investment returns that move differently under different market conditions within a portfolio, investors can protect against significant portfolio volatility. Maintaining a diversified portfolio helps investors prepare for shifts in the economy, providing potential to capture opportunities and also minimizing risks of overconcentration. Asset allocation is influenced by factors such as investment horizon, investment goals and level of risk tolerance. Professional investment managers usually approach asset allocation from two perspectives : 1. Strategic Asset Allocation : This provides a long-termfocus and is based on the above factors, that is, the investment objectives, risk tolerance and time horizon. 2. Tactical Asset Allocation : On the other hand, tactical asset allocation uses active management to increase or decrease exposure to a certain asset class based on macro fundamentals, valuations and market movements. Tactical asset allocation operates to take advantage of shorttermopportunities, complementing the strategic asset allocation direction. A well-diversified portfolio may also invest in different investments within each asset class. For example, the equity allocation in a portfolio may include local and global equities across different sectors. Importance of Asset Allocation Research C'Reduces investrnent risk : Divereying portfolio across asseu minimises the level of risk of Ions from invssting in any one single a sset class. Optimises returns : Proper assit alfccazion helps in op:d-ming returns on inveStMents for rie : a ssumed 0 tielps in heing attuned to your financial goals : Oepending on the tinte horizon, invest a dominant pertion in the a..7.set clans to achievethe desired financial goals. iviakes market timing irrelevant : A prudentry drawn asset ailocation plan with deserving instruments, givea investors fre edam from timing the market. Aids in tax planning : Prager aet allocation herps investors to deternine the right A* tax sal.ring investment produot 5 and minimise tax outflows. Addresses fiquidity needs : optirnally attozating ass.ets helos in addressing Tiquidity needs as and when required. The BoM and the Deutsche Bundesbank sign a Memorandum of Understanding The Bank of Mauritius (Bank) and the Deutsche Bundesbank (DB) have signed a Memorandum of Understanding (MoU) on technical central bank cooperation on Monday 14th of December. The Bundesbank is the central bank of the Federal Republic of Germany and forms part of the European System of Central Banks. The MoU between the Mauritian and the German central banks aims, amongst others, at creating conducive conditions for the promotion of mutually beneficial capacity-building activities. By virtue of this MoU, cooperation between the parties will mainly involve training and advisory assistance provided by the Bundesbank. The Bundesbank’s Centre for International Central Bank Dialogue will play an important role in the delivery of training and advisory services to the Bank. This assistance will include seminars and expert discussions. The MoU was signed by the Governor of the Bank, Harvesh Seegolam, and by Martin Dinkelborg, Director of the Bundesbank’s Centre for International Central Bank Dialogue. The signing of this MoU underlines the Bank’s commitment to forging enduring relationships with international institutions. Martin Dinkelborg, Director of the Centre for International Central Bank Dialogue, stated : «We warmly welcome the Central Bank of Mauritius to the circle of our partner institutions.» Governor Harvesh Seegolam underlined that «this MoU is a major step in terms of fostering cooperation that will strengthen the banking industry. The support of the Deutsche Bundesbank will contribute to enhancing our human capital with the right tools and skills.» shows that the asset allocation decision is a key driver of portfolio returns. It accounts for a significant portion of the differences between outcomes of different portfolios. Therefore, Members of the Governing Body of a pension fund would normally be expected to spend time agreeing on an asset allocation policy which could help the Fund achieveits investment objectives. As markets are constantly changing, maintaining strategic asset allocation in a portfolio requires periodic rebalancing. In addition, asset allocation needs to beupdated over time to reflect changing investment objectives, risk tolerance and time horizons. The importance of asset allocation is often highlighted, but yet often lost among investors. The latter sometimes throw away all notions and allow inherent biases to influence their investment decisions. Unfortunately for investors, this usually happens when investment discipline is needed the most. (Source : The Economic Times). A recent example was the market crash in March 2020 following the global outbreak of Covid-19. Investors who initially panicked and withdrew their investments in stocks, missed out completely on theuptrend in the following months when the markets recovered. Asset allocation tends to seem straightforward but can sometimes be hard to implement. Asset allocation is seldom based on the historical returns and volatility of assets. However, there is no guarantee as to how the assets will performin future. Moreover, traditional asset allocation strategies seek to mitigate volatility by combining asset classes with low correlations. Modern trends such as globalization have unfortunately driven correlations higher and less stable. 5

1 2-3 4-5 6-7 8


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :