BIZweek n°317 20 nov 2020
BIZweek n°317 20 nov 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°317 de 20 nov 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Capital Publications Ltd

  • Format : (260 x 370) mm

  • Nombre de pages : 7

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : Africa industrialization day.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
VENDREDI 20 NOVEMBRE 2020 BIZWEEK ÉDITION 317 ACTA PUBLICA STANDARD CHARTERED RESEARCH Africa isn’t getting the investment needed to help the world meet the UN’s Sustainable Development Goals by 2030 A Standard Chartered survey conducted between July and August 2020, amongst a panel of the world’s top 300 investment firms with total assets under management (AUM) of more than USD 50 trillion, found that  : Only 3 per cent of their AUM is invested in Africa ; Lack of investment in emerging markets puts the chances of meeting the 2030 Sustainable Development Goals (SDG) deadline at risk and of those already investing in Africa, 93 per cent say they will likely increase their investment in the future Africa is not getting the investment needed to help the world meet the UN’s Sustainable Development Goals (SDGs) by 2030, new research from Standard Chartered has revealed. The $50 Trillion Question report investigates how some of the world’s largest asset managers – with a combined USD 50 trillion in total assets under management (AUM) – are investing at this critical time for the global economy and the environment. Emerging markets are seeing a massive shortfall in investment Standard Chartered’s research shows that almost two thirds (64 per cent) of the panel’s AUM is invested in the developed markets of Europe and North America, while just 3 per cent is in Africa. Asia, which includes several developed markets, takes 22 per cent, while just 2 per cent, and 5 per cent of the assets are invested in the Middle East and South America, respectively. The risk posed by emerging markets was flagged as a major barrier to investment. More than two-thirds of investors believeemerging markets are high-risk, compared to 42 per cent who believethe same for developed markets. More than half of the panel (53 per cent) believereturns from investment in Africa are low or extremely low, with almost three in five investors (59 per cent) saying that they are deterred from investing because they lack in-house specialist teams. In contrast, those already investing in Africa are optimistic about the region, with 93 per cent saying they are likely to increase investment in future. 54 per cent of Africa investors said their investments had performedas wellas – or better than – their developed market investments over the past three years. The figure for emerging markets overall was 88 per cent. However, COVID-19 may have made it even harder for emerging markets to get the investment they need. Some 70 per cent of investors believethe pandemic has widened the capital gap further. Og$  : UORSer10eicieuleisns sÉNn eLP 111N ileaw (Meg 04 sjasse mea 6u ! sn smiseAu ! anif zsieop wauxioiaAaa leued JoiseAul uonl ! -1 09$ paielJetlo p ? puels etg wo4 sl116 ! sui Which markets are getting the most investment ? North America 26% Europe 38% Asia 22% Middle East 2% Africa 3% South America 5% Australia/Oceania 4% Not enough investment is linked to the SDGs The research What are points the to tools a growing and focus incentives on sustainability, to with 81 per cent encourage of investment SDG firms investment ? now taking a disciplined approach to environmental, social and governance investment. Regulation However, this that is not encourages translating into investment in the SDGs. Only 13 per cent of the assets managed by 74% SDG-linked products our respondents is directed towards SDG-linked investments. Some 55 per cent claim the SDGs are not relevant to mainstream Favourable investment tax treatment and 47 per cent of say investment 63% in the SDGs SDG-linked is too difficult investments to measure. However, one fifth of investors admit that they were not aware of the SDGs. More Respondents evidence point to that regulatory investing changes, favourable tax treatment, evidence of higher returns, better data for measuring impact, and increased demand from retail investors as the in SDGs will not lead to 63% top underperformance five factors that might spur on more SDG investment. Better data to measure the impact of SDG investments 53% Which markets are getting the most investment ? North America 26% Europe 38% Asia 22% Middle East 2% im Africa 3% South America 5% Australia/Oceania 4% What are the tools and incentives to encourage SDG investment ? Regulation that encourages SDG-linked products Favourable tax treatment of SDG-linked investments More evidence that investing in SDGs will not lead to underperformance Better data to measure the impact of SDG investments Retail investor demand for SDG-themedinvestments 74% 63% 63% 53% 53% Sunil Kaushal, Regional Regional CEO, CEO, Africa Africa & Middle & Middle East, Eas Standard Chartered said there is still investment gap in Africa to realise the SDG’s and this creates an opportunity for investment gap in Africa to realise the SDG’s and thi us to make a difference where it matters the most. « A significant surge in private-sector investment – alongside public investment and commitments – will be required to bridge the gap and hit the SDG targets over the next ten years. Right now COVID-19 has made the imperative to act even stronger in the region. There is no single answer to The $50 Trillion Question, but it is evident that investors need to expand their focus beyond developed markets. Africa, and emerging markets generally, offers investors a unique opportunity  : strong returns combined with the chance to have a significant, positive impact in the long term. » 4
VENDREDI 20 NOVEMBRE 2020 BIZWEEK ÉDITION 317 * VANESSA MOUNGAR est directrice en charge du genre, femmes et société civile à la Banque africaine de développement * YERO BLADEH est directeur du bureau de coordination des états en transition à la Banque africaine de développement Le rôle des femmes est essentiel pour bâtir des communautés résilientes après la Covid-19 Aujourd’hui, des poches de fragilité se propagent de plus en plus dans les pays africains mais également au-delà de leurs frontières, exacerbées par l’épidémie de Covid-19 avec ses conséquences sanitaires économiques et sociales. La pandémie a eu un impact disproportionné sur les femmes et les filles vivant dans des environnements fragiles, compromettant, entre autres, leur éducation, leurs moyens de subsistance et leur nutrition. N’oublions pas que les femmes sont les piliers des économies africaines. Moteurs clés de la transformation, elles peuvent nous aider à reconstruire des sociétés meilleures et plus résilientes. Ne nous trompons pas  : ce sont les femmes qui peuvent aider à reconstruire les communautés une fois la crise passée. Mais à la condition d’être autonomisées et de recevoir un soutien adéquat. Des études démontrent qu’en Afrique, les femmes réinvestissent jusqu’à 90% pour assurer un filet de sécurité sociale à leurs familles, ce qui a des répercussions positives sur la santé, l’éducation et la nutrition. Investir en faveur des femmes, c’est s’assurer des rendements plus élevés. Les défis de la vulnérabilité et de la fragilité La fragilité et ses manifestations sont complexes, multidimensionnelles et évolutives en raison des changements sociaux, économiques, politiques et environnementaux dramatiques qui exacerbent les inégalités, l’exclusion et la marginalisation. Les femmes ont été pendant bien trop longtemps – et le sont malheureusement encore trop souvent – réduites à des tâches bénévoles ou POST SCRIPTUM UNE APPROCHE GLOBALE DE LA SOCIÉTÉ Dans le contexte de fragilité que connaît l’Afrique, ce sont les groupes déjà marginalisés qui ploient le plus sous le fardeau des conflits, de la pauvreté et du changement climatique. Si nous ne redoublons pas d’efforts collectivement, les pauvres représenteront plus de 90% de la population africaine d’ici à 2030. Triste record, huit des dix pays les plus pauvres du monde se trouveront sur le continent, en situation de grande fragilité. Il nous faut agir d’une manière décisive pour modifier cette tendance des emplois mal rémunérés, avec pour résultat des sources de revenus et de protection sociale imprévisibles et inadéquates. La crise de la Covid-19 a aggravé ces inégalités. Une étude, réalisée en juillet 2020 par ImpactHer et ONU Femmes dans 30 pays africains, a révélé que 80% des femmes propriétaires de PME avaient dû fermer temporairement ou définitivement leur entreprise en raison des restrictions sanitaires. L’effet du ralentissement économique, subi par les entreprises dirigées par des femmes, se fait sentir dans toute la société car ces entreprises représentent environ 40% des PME africaines. La réduction de l’accès aux services de base qui en a résulté a eu un effet domino dévastateur sur la sécurité alimentaire, la nutrition, la santé, l’éducation et le logement, pour ne citer que quelques-unes des pressions croissantes qu’exerce la fragilité sur tout le continent. Qui plus est, les marges de manœuvre budgétaire des gouvernements se réduisent à cause de la baisse d’activité et des répercussions budgétaires croissantes des appels à une protection sociale accrue pour faire face à la pandémie. Le financement du développement devient ainsi la dernière préoccupation des gouvernements. Les femmes peuvent stimuler la résilience Les femmes sont au cœur de nos économies et de nos sociétés. Leur ouvrir plus d’opportunités se traduira ainsi par des impacts démultipliés pour tous. Donnez de l’autonomie aux femmes et donnez-leur le soutien qu’elles méritent, les communautés en seront transformées, plus inclusives et fortes d’une prospérité partagée. Oui, réduire la pauvreté est possible sur le continent africain ! La Banque africaine de développement est aux avant-postes pour relever le double défi de soutenir les populations plus vulnérables et de renforcer la résilience des communautés en Afrique. Avec nos partenaires, nous nous efforçons de résoudre certaines des causes profondes de la fragilité et de la vulnérabilité des femmes, des jeunes et d’autres groupes marginalisés tels que les personnes déplacées de force et leurs communautés d’accueil, au moyen de politiques stratégiques clés faciles à mettre en œuvre. Et pour y arriver, nous nous appuyons sur de nombreux travaux et outils analytiques ou de savoir, qui sous-tendent toutes nos stratégies, politiques et opérations en Afrique. La Banque soutient, par exemple, les activités génératrices de revenus au Sahel, dans des zones telles que Tombouctou au Mali, Diffa et Agadez au Niger et Kishira au Tchad, afin de briser les cycles de crise et de vulnérabilité à long terme. Si la réactivité et la flexibilité guident l’approche du Groupe de la Banque africaine de développement pour lutter contre la fragilité, il convient de mettre davantage l’accent sur l’alerte précoce des risques, les efforts d’atténuation et de prévention. Partenariats innovants Si une grande partie du terrain a été balisé, il reste néanmoins de nombreux défis à relever. Et ils ne pourront l’être que dans une approche intégrée de tous les secteurs. Ce n’est qu’à cette condition qu’on pourra identifier les interventions spécifiques requises ou mesurer les performances et en rendre compte. Dans cette perspective, les partenariats innovants ont une importance capitale pour briser les silos des actions de développement et des interventions humanitaires alors même qu’elles font partie de la famille élargie « paix – développement – humanitaire ». En nous ouvrant au secteur privé tout en tirant parti de nos avantages comparatifs, nous pouvons amplifier notre impact sur le terrain et briser le cycle de la pauvreté et de la fragilité. Certains des moyens les plus efficaces d’investir dans la résilience des femmes, des jeunes et des communautés vulnérables font l’objet de discussions au sommet « Finance en Commun » qui se tient les 11 au 12 novembre en mode virtuel. C’est le cas notamment de la session de haut niveau intitulée « Sécurité humaine dans les contextes fragiles  : intensification des investissements humanitaires et de résilience » ou encore de la session sur « Les banques de développement en tant qu’acteurs du changement vers l’égalité des sexes ». Le sommet rassemble, pour la première fois, 450 banques publiques de développement dans le but de promouvoir de nouvelles formes d’investissement pour favoriser une croissance inclusive et durable. Rejoignez-nous en ligne. Le moment est venu d’investir en faveur des femmes, de valoriser leur force et leur résilience afin de bâtir des communautés plus prospères. Car lorsque les femmes réussissent, leur succès profite au plus grand nombre ! 5

1 2-3 4-5 6-7 7


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :