BIZweek n°302 7 aoû 2020
BIZweek n°302 7 aoû 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°302 de 7 aoû 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Capital Publications Ltd

  • Format : (260 x 370) mm

  • Nombre de pages : 8

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : comité SADC du ministère de la Justice.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
IMF Blog By Martin Kaufman and Daniel Leigh 04 August 2020 Global Imbalances and the COVID-19 Crisis The International Monetary Fund’s (IMF) new External Sector Report shows that overall current account deficits and surpluses in 2019 were just below 3 percent of world GDP, slightly less than a year earlier. The latest forecasts for 2020 imply only a further narrowing by some 0.3 percent of world GDP, a more modest decline than after the global financial crisis 10 years ago. The immediate policy priorities are to provide critical relief and promote economic recovery. Once the pandemic abates, reducing the world’s external imbalances will require collective reformefforts by both excess surplus and deficit countries. New trade barriers will not be effective in reducing imbalances. Why imbalances matter External deficits and surpluses are not necessarily a cause for concern. There are good reasons for countries to run them at certain points in time. But economies that borrow too much and too quickly from abroad, by running external deficits, may become vulnerable to sudden stops in capital flows. Countries also face risks from investing too much of their savings abroad given investment needs at home. The challenge lies in determining when imbalances are excessive or pose a risk. Our approach focuses on each country’s overall current account balance and not its bilateral trade balances with various trading partners, as the latter mainly reflect the international division of labor rather than macroeconomic factors. We estimate that about 40 percent of global current account deficits and surpluses were excessive in 2019 and, as in recent years, concentrated in advanced economies. Larger-than-warranted current account balances were mostly in the euro area (driven by Germany and the Netherlands) with lower-than-warranted current account balances mainly existing among Canada, the United Kingdom, and the United States. China’s assessed external position remained, as in 2018, broadly in line with fundamentals and desirable policies, due to offsetting policy gaps and structural distortions. Our report offers individual economy assessments of external imbalances and exchange rates for the 30 largest economies. Over time, these imbalances have accumulated, with the POST SCRIPTUM The world entered the COVID-19 pandemic with persistent, pre-existing external imbalances. The crisis has caused a sharp reduction in trade and significant movements in exchange rates but limited reduction in global current account deficits and surpluses. The outlook remains highly uncertain as the risks of new waves of contagion, capital flow reversals, and a further decline in global trade still loom large on the horizon stocks of external assets and liabilities now at historic highs, potentially raising risks for both debtor and creditor countries. The persistence of global imbalances and mounting perceptions of an uneven playing field for trade has fueled protectionist sentiments, leading to a rise in trade tensions between the US and China. Overall, many countries had pre-existing vulnerabilities and remaining policy distortions heading into the crisis. COVID-19  : An intense external shock With the world economy still grappling with the COVID-19 crisis, the external outlook is highly uncertain. Even though we forecast a slight narrowing of global imbalances in 2020, the situation varies around the world. Economies dependent on severely affected sectors, such as oil and tourism, or reliant on remittances, could see a fall in their current account balances exceeding 2 percent of GDP. Such intense external shocks may have lasting effects and require significant economic adjustments. At the global level, our forecasts imply a more limited narrowing in current account balances than after the global financial crisis a decade ago, which partly reflects the smaller, pre-crisis global imbalances this time than during the housing and asset price booms of the mid-2000s. Early in the COVID-19 crisis, tighter external financing conditions triggered sudden capital outflows with sharp currency depreciations across numerous emerging market and developing economies. The exceptionally strong fiscal and monetary policy responses, especially in advanced economies, have promoted a recovery in global investor sentiment since then, with some unwind of the initial sharp currency movements. But many risks remain, including new waves of contagion, economic scarring, and renewed trade tensions. Another bout of global financial stress could trigger more capital flow reversals, currency pressures, and further raise the risk of an external crisis for economies with preexisting vulnerabilities, such as large current account deficits, a high share of foreign currency debt, and limited international reserves, as highlighted in this year’s analytical chapter. A worsening of the COVID-19 pandemic could also dislocate global trade and supply chains, reduce investment, and hinder the global economic recovery. Providing relief and rebalancing the world economy Policy efforts in the near termshould continue to focus on providing lifelines and promoting economic recovery. Countries with flexible exchange rates would benefit from continuing to allow them to adjust in response to external conditions, where feasible. Foreign exchange intervention, where needed and where reserves are adequate, could help alleviate disorderly market conditions. For economies facing disruptive balance of payments pressures and without access to private external financing, official financing and swap lines can help provide economic relief and preserve critical health care spending. Tariff and nontariff barriers to trade should be avoided, especially on medical equipment and supplies, and recent new restrictions on trade rolled back. Using tariffs to target bilateral trade balances is costly for trade and growth, and tends to trigger offsetting currency movements. Tariffs are also generally ineffective for reducing excess external imbalances and currency misalignments, which requires addressing underlying macroeconomic and structural distortions. Modernizing the multilateral rulesbased trading system and strengthening rules on subsidies and technology transfer is warranted, including by expanding the rule book on services and e-commerce and ensuring a well-functioning WTO dispute settlement system. Over the medium term, reducing excessimbalances in the global economy will require joint efforts on the part of both excess surplus and excess deficit countries. Economic and policy distortions that predated the COVID-19 crisis might persist or worsen, suggesting the need for reforms tailored to country-specific circumstances. In economies where excess current account deficits before the crisis reflected larger-than-desirable fiscal deficits (as in the United States) and where such imbalances persist, fiscal consolidation over the medium termwould promote debt sustainability, reduce the excess current account gap, and facilitate raising international reserves where needed (as in Argentina). Countries with export competitiveness challenges would benefit from productivity-raising reforms. In economies where excess current account surpluses that existed before the crisis persist, prioritizing reforms that encourage investment and discourage excessive private saving are warranted. In economies with remaining fiscal space, a growth-oriented fiscal policy would strengthen economic resilience and narrow the excess current account surplus. In some cases, reforms to discourage excessive precautionary saving may also be warranted (as in Thailand and Malaysia) including by expanding the social safety net. 6
VENDREDI 07 AOÛT 2020 BIZWEEK ÉDITION 302 Soixante employés d’Ascencia sont ainsi partis en quête de déchets jetés dans la nature dans les régions de Beau-Vallon, Mahébourg, Pointed’Esny et Remy Ollier. L’objectif était de récolter un maximum d’ordures sur les bords des routes, les terrains en friche, les bois et les zones publiques, entre autres. L’opération a eu lieu dans la matinée. « Nous sommes très fiers de l’engagement et de la motivation des équipes lors de cette initiative. Même si l’effort a porté ses fruits, il est dommage de constater que la route est encore longue pour le changement de mentalités sur la préservation de notre environnement. C’est la raison pour laquelle des initiatives telles qu’INI’VERT et Trash is Treasure sont essentielles pour une meilleure protection de nos ressources. Il nous faut continuer à sensibiliser sur la cause environnementale », a indiqué Akshay Luchmun de l’équipe marketing de Bo’Valon Mall. Parmi les déchets récoltés, on compte 75 kilos de bouteilles en plastique, 65 kilos de canettes en métal, une télévision à écran plat, quatre matelas, neuf roues usagées, quatre réfrigérateurs, ainsi que des centaines de kilos de matériaux non-recyclables tels que des cordes, des vêtements, des boîtes de take-away en polystyrène, des seringues, des chaussures… Tous les déchets qui peuvent l’être seront recyclés. Les bouteilles en plastique seront par exemple recyclées à Maurice, et les canettes seront exportées. DEBRIEF INI’VERT 2020 Plus de 1,5 tonne de déchets récoltés par Ascencia Un effort collectif apporte de meilleurs résultats. Trash is Treasure, l’activité d’Ascencia dans le cadre de son initiative annuelle INI’VERT, le démontre bien. En effet, l’activité rassemble les employés de l’entreprise autour d’une cause commune  : collecter les déchets dans une région spécifique à des fins de recyclage. Cette année, Trash is Treasure a eu lieu à Beau-Vallon le mois dernier où pas moins de 1 680 kilos d’ordures de tous genres ont été ramassées par l’équipe d’Ascencia Bank One nommée Trade Finance Intermediary d’Afreximbank à Maurice FoodWise  : Grays se mobilise contre le gaspillage alimentaire De nombreuses entreprises mauriciennes se sont mobilisées durant et après le confinement pour aider les Mauriciens dans le besoin, et Grays n’est pas en reste. Afin de lutter contre le gaspillage alimentaire et permettre aux plus démunis de faire face aux difficultés liées à l’épidémie de Covid-19, l’association FoodWise a appelé les compagnies mauriciennes à offrir leurs surplus de produits consommables. Grays n’a pas manqué d’y répondre, offrant pas moins de 2,8 tonnes de nourriture durant les mois d’avril, mai et juin. Cette nourriture a pu être redistribuée aux familles dans le besoin avec l’aide de 10 associations, dont Caritas, ANFEN-Rabita, la Child Evangelism Fellowship, l’Association Féminine pour Saisir l’Avenir et d’autres. Bank One a été désignée par la Banque africaine d’import-export (Afreximbank) pour agir comme l’un de ses Trade Finance Intermediaries (TFI) à Maurice. À ce titre, Bank One coordonnera et travaillera en étroite collaboration avec Afreximbank pour toutes ses activités bancaires à Maurice. Cette nomination est une progression logique dans la relation entre les deux institutions qui sont toutes deux activement impliquées dans la mise en œuvre d’initiatives stratégiques visant à promouvoir le commerce intra-africain, le développement des exportations et l’industrialisation à travers l’Afrique. Grand Prix de Terra/MTB Challenge  : Un événement sportif à la croisée de deux disciplines Il réunira, pour la première fois, des épreuves de cyclisme sur route et de VTT. En effet, l’édition 2020 du Grand Prix de Terra/MTB Challenge, qui se tient ce dimanche 9 août dans le Nord, rassemblera sportifs confirmés ou amateurs, ainsi que des spectateurs passionnés. Les équipes de Terra accueilleront les participants à Belle Vue dès 7 heures pour leur enregistrement. Le départ des différentes épreuves au programme est prévu pour 8 heures. Parmi les employés du groupe Terra, deux passionnés suivent cette compétition de près  : Gregory Passée, HR & Payroll Coordinator à Terragri Ltd et dirigeant de la Fédération mauricienne de cyclisme (FMC), et Nicolas Fromet de Rosnay, Manager à Terragri Ltd. Courts Mammouth  : Facilités de paiement pour soutenir les ménages pendant la crise Courts Mammouth continue de soutenir les Mauriciens pendant la crise de la Covid-19. La compagnie a mis en place des mesures facilitatrices pour que ses clients puissent se fournir, s’équiper ou se faire plaisir pendant les prochains mois. Grâce à sa formule ‘Buy Now and Pay Later’, vous avez l’option de  : faire un achat de produit électrique aujourd’hui et de ne commencer à le payer après 6 mois avec des paiements étalés sur une période de 30 ou 48 mois ; ou faire un achat de meuble aujourd’hui et de commencer à le payer après 9 mois avec des paiements étalés sur une période de 30 ou 48 mois. Le blockbuster bollywoodien avec Sushant Singh Rajput avec LES OFFRES CANAL+ SUSHANT SlHal FRIPIII MAU SHIIGHI LES OFFRES CANAL+ Il s’agit d’un record à Bollywood. Dil Bechara, le dernier film du jeune acteur Sushant Singh Rajput, qui nous a quitté au mois de juin de cette année, a réuni quelque 95 millions de téléspectateurs, dès les premières 24 heures lors de sa sortie le 24 juillet dernier. Deux semaines après, le dernier blockbuster bollywoodien sera diffusé dans les OFFRES CANAL+. Noté 9.2 sur 10 sur IMBD, ce film mélodramatique est basé sur le livre « The Fault in our Stars ». Il raconte le voyage émotionnel de deux amoureux  : la jeune fille, Kizie, atteinte d’un cancer, et le garçon, Manny, qu’elle rencontre dans un groupe de soutien. Les chansons sont signées par le grand Maestro A. R. Rahman. Rendez-vous est pris donc le dimanche 9 août sur la chaîne STARPLUS à 22 heures. Coup de neuf au centre sportif et de loisirs de Flic-en-Flac La Fondation Medine Horizons avec la collaboration des Forces Vives de Flic-en-Flac, de la Beach Authority et du Conseil du Village de Flic-en-Flac, ont organisé un après-midi de volontariat dans le but de redonner vie au centre sportif et de loisirs de Flic-en-Flac. Une trentaine de Medine Volunteers ainsi que des étudiants de Uniciti Education Hub ont mis la main à la pâte pour participer à cette action conjointe qui avait pour objectif d’embellir et de redonner un coup de jeune à cet espace. En ligne avec sa mission de protection de l’environnement, la Fondation Medine Horizons a fait don à cette occasion de plus d’une soixantaine de plantes et d’arbres issus de trois variétés et qui ont été plantés le jour même par les volontaires. 7

1 2-3 4-5 6-7 8


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :