BIZweek n°245 20 jun 2019
BIZweek n°245 20 jun 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°245 de 20 jun 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Capital Publications Ltd

  • Format : (260 x 370) mm

  • Nombre de pages : 11

  • Taille du fichier PDF : 4,1 Mo

  • Dans ce numéro : son évolution depuis 2005.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
JEUDI 20 JUIN 2019 BIZWEEK ÉDITION 245 SÉCURITÉ MARITIME BIZ ALERT « Une condition essentielle au développement de l’économie bleue » La deuxième Conférence sur la Sécurité Maritime se tient depuis le 18 et prend fin aujourd’hui, à l’hôtel Intercontinental. Cette réunion a rassemblé des délégués de plusieurs pays de la région, et a également représenté la 22e réunion du Contact Group on Piracy off the Coasts of Somalia (CGPCS). Le chef de la diplomatie mauricienne a, lors de son allocution, mis l’accent sur l’économie bleue Le ministre des Affaires étrangères, Nandcoomar Bodha, a officiellement inauguré la deuxième édition de la Conférence ministérielle internationale sur la Sécurité Maritime ce mercredi 19 juin à l’hôtel Intercontinental, à Balaclava. Le chef de la diplomatie mauricienne a d’emblée rappelé que la présente conférence a pour objectif de prolonger et de raffermir les grandes avancées réalisées lors de la dernière édition, notamment en termes de la mise en œuvre d’une feuille de route pour renforcer l’architecture de surveillance des mers. L’entrée en opération du Centre de Coordination aux Seychelles et du Centre de Fusion à Madagascar, mis en place dans le cadre des Accords MASE (Maritime Security Programme), répond à une exigence de sécurité des océans dans la région. makes searching simple Le ministre a fait un appel aux pays de la région qui n’ont pas encore signé ces accords de le faire en vue de renforcer la coopération régionale face aux risques sécuritaires en mer dont le trafic des stupéfiants, la piraterie, la trafic d’armes, le trafic humain, la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN), le terrorisme, la pollution maritime, la dégradation des ressources océaniques et les accidents et catastrophes en mer. Mobiliser l’effort international Le ministre Nando Bodha a situé les grands enjeux de la sécurité maritime dans la zone et les défis qui se posent pour répondre aux défis sécuritaires en mer. « La sécurité maritime est une condition essentielle pour développer l’économie océanique, et avant tout, pour assurer la sécurité humaine », soutient le ministre. Plus d’une vingtaine de pays et une trentaine d’organisations régionales et internationales se sont réunies à Balaclava pour réfléchir sur les moyens pour mobiliser l’effort international en vue d’assurer une meilleure sécurité dans la partie occidentale de l’océan Indien. Le bassin occidental de l’océan Indien revêt une importance au niveau mondial. En effet, ce vaste espace bordé par une quinzaine d’Etats est traversé par de grandes routes maritimes reliant l’Asie, le Moyen-Orient, l’Afrique orientale et australe et l’Europe. Au-delà de la piraterie, qui a longtemps été un risque sécuritaire majeur dans la région, d’autres menaces ont émergé et se développent dans l’océan Indien occidental dont la criminalité transnationale et organisée, notamment le trafic d’êtres humains, l’immigration clandestine organisée, le trafic d’armes et le terrorisme. Le trafic de drogue est particulièrement important dans la zone, mettant en danger Maurice et ses voisins. Official online directory of Mauritius Telecom Business People 4
JEUDI 20 JUIN 2019 BIZWEEK ÉDITION 245 LA TOUR SPECIAL RESERVE FUND Its evolution since 2005 There is much debate about the Special Reserve Fund (SRF) ever since it has been announced, in the Budget Speech 2019-2020, that the Government plans to use funds from the SRF for fiscal policy purposes. What is it about and how has the Special Reserve Fund evolved since 2005 ? How many times did the Bank of Mauritius transfer funds from the SRF because the institution was loss making from fluctuations in its foreign exchange reserves ? It started back in 2005, when the Bank of Mauritius Act 2004, which was promulgated on 10 November 2004, repealed both the Bank of Mauritius Act 1966 and the Bank of Mauritius Regulations 1968. Since, section 10(1) of the 2004 Act requires the stated capital of the Bank of Mauritius to be Rs 1 billion. Further, section 10(4) provides that the amount paid as capital of the Bank may be increased from time to time by transfer from the General Reserve Fund or the Special Reserve Fund of such amounts as the Board may, with the approval of the Minister of Finance, resolve. The Bank’s capital was accordingly increased, on 4 February 2005, from Rs 10 million to Rs 1 billion by transfer from the Special Reserve Fund. What then does ‘Special Reserve Fund’tantamount to ? In terms of Section 47(1) of the Bank of Mauritius Act 2004, the Special Reserve Fund is a reserve builtup from any net realised gains or losses in any financial year of the Bank, arising from changes in the valuation of its assets or liabilities in, or denominated in gold, Special Drawing Right (SDR – an international reserve asset), or foreign currencies subsequent to any change in the values or exchange rates of gold, SDR, or foreign currencies in terms of the domestic currency. The Special Reserve Fund as at 30 June 2005 stood at 14.5 million, and later on, in 2009, at Rs 19.5 million after taking into consideration a net foreign exchange gains of Rs3,982.3 million. The Special Reserve Fund as at 30 June 2010 stood at Rs16,020 million after taking into consideration a net foreign exchange loss of Rs3,520 million. Later on, in accordance with section 10(4) of the Bank of Mauritius Act 2004, the paidup capital of the Bank was increased from Rs 1 billion to Rs 2 billion on 7 November 2011. Then, in the year 2015, Section 47 was amended to allow the Bank to use funds available in the Special Reserve Fund for monetary policy purposes, in addition to raising the paidup capital of the Bank. As a result, that year, an amount of Rs 207.9 million representing part of the cost of open market operations was utilized from the Special Reserve Fund. The table below illustrates the evolution of the Special Reserve Fund from 2005 to 30th June 2018. Cont’d on page 6 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :