BIZweek n°236 12 avr 2019
BIZweek n°236 12 avr 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°236 de 12 avr 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Capital Publications Ltd

  • Format : (260 x 370) mm

  • Nombre de pages : 8

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : le BJP de Modi surfe sur ses réalisations.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
VENDREDI 12 AVRIL 2019 BIZWEEK ÉDITION 236 J’AI ENTENDU... HERRSHA L-BOODHUN Uber et l’épreuve de la Bourse En entrant sur les marchés, c’est un tournant que le groupe aborde. Il va devoir être plus transparent sur ses projets futurs, voire futuristes, rendre des comptes à ses actionnaires, et apprendre à normaliser sa culture et ses pratiques Les rumeurs disaient vrai. Celle qui est restée longtemps la plus grande start-up au monde, celle qui est devenue l’une des icônes de la Silicon Valley, jusqu’à donner un verbe figurant dans tous les dictionnaires, va affronter l’épreuve de la Bourse. Le mois, prochain, Uber devrait faire ses premiers pas à Wall Street. On attend ce jeudi (hier) le document présentant son IPO. Mais quelques chiffres circulent qui affolent déjà tous les compteurs  : 10 milliards de dollars devraient être levés pour une valorisation de près de 100 milliards. « Marcher sur les plates-bandes » L’ogre californien a connu une croissance formidable depuis sa création en 2009. Il s’est imposé partout dans le monde en s’affranchissant des réglementations sociales, administratives et fiscales. Savoir « marcher sur les plates-bandes » des BIZweek A N A LYSE B O URS I È R E 3 ANALYSE ABOURSIÈRE N A LYSE B O URS I È R E autres était même un slogan écrit noir sur blanc dans le guide de ses valeurs fondatrices. Le franc-tireur a tellement appliqué ce principe qu’il est devenu l’un des symboles des dérives de la tech américaine. Les scandales et controverses se sont accumulées, au point de pousser vers la sortie son fondateur Travis Kalanick. Mais qu’on l’apprécie ou pas, c’est une certitude  : Uber a profondément bouleversé nos économies. Il a ouvert la voie avec AirBnb ou Blablacar aux modèles de plates-formes, capables de connecter des millions de gens à partir de moyens très légers. Avec des conséquences en chaîne, plus ou moins positives. Les uns diront qu’il a tiré vers le bas le coût des transports et permis à beaucoup de jeunes sans qualifications de trouver un emploi. Les autres ne retiendront que la déloyauté de ses pratiques et la précarisation des chauffeurs. En entrant sur les marchés boursiers, c’est pourtant un tournant que le groupe aborde. Il va devoir être plus transparent sur ses projets futurs, voire futuristes, des trottinettes aux voitures autonomes en passant par les taxis qu’il rêve un jour de faire voler. Il va ouvrir ses livres à des investisseurs qui les scruteront de près - l’expérience a été douloureuse pour un autre pionnier comme Tesla - et qui lui réclameront des comptes. Il va surtout devoir apprendre à normaliser sa culture, ses pratiques et sa gouvernance. Bref, à se « désubériser » un peu. [Edito de Guillaume Maujean, Le Figaro] BIZweek LUNDI Rebond de New Mauritius Hotels Les échanges au niveau du Groupe IBL ont été assez actifs lors de la séance. Résultat  : Une hausse de 1,9% de son prix d’action à Rs 53. Sa filiale UBP a également enregistré des échanges, mais le prix d’action reste inchangé à Rs 128.75. Le Groupe ENL connaît une% baisse de 0,7%, son niveau le plus bas depuis l’amalgamation de plusieurs entités du groupe. New Mauritius Hotels progresse de 2,9% à son plus haut niveau en trois semaines à Rs 19.75. Ciel Textile gagne une roupie à Rs 41.50 après l’annonce du Groupe Ciel de retirer Ciel Textile de la Bourse. MARDI ENL chute à Rs 37 Les indices ont terminé en baisse. Le Groupe MCB reste stable à Rs 280 tout en enregistrant des afflux de Rs 5 millions. Les titres non-bancaires, à l’instar de Cim Financial Services et Swan ont enregistré une hausse de leur prix d’action. Ainsi, Cim Financial Services grimpe de 1,9% et Swan de 1,2%. Le sucrier Terra gagne 1% à Rs 20.40 avant de clôturer stable à Rs 20.20. IBL se maintient à Rs 53 en dépit des échanges. ENL chute à son plus bas niveau à Rs 37 tandis que sa filiale Rogers reste stable à Rs 38.15. MERCREDI Les banques et les hôteliers en baisse L’indice SEMDEX chute de 0,31% à 2 179.19 points. La valeur totale échangée tourne autour de Rs 52 millions, et a été principalement générée par la Mauritius Chemical and Fertilizers Industries et le Groupe MCB. Au niveau des banques, le Groupe MCB et la SBM Holdings (dont 200 actions seulement ont intéressé les investisseurs étrangers) perdent 0,5% et 1% respectivement. Les hôteliers clôturent également en baisse  : LUX délaisse 1,1% et New Mauritius Hotels 1%. Par ailleurs, PhoenixBev grimpe de 3,5% pour finir à Rs 599 sur un échange de 30 000 actions. Le sucrier Alteo chute de 2% à Rs 20 sur un volume de 35 300 actions. JEUDI LUX glisse de 3,7% Le SEMDEX perd 0,11% à 2 176.81 points, et la valeur totale échangée est de Rs 48,9 millions. Le Groupe MCB y contribue à hauteur de 79%, et son prix d’action reste inchangé. La SBM Holdings se hisse de 0,3%. Au niveau des hôteliers, LUX perd 3,7% et clôture à Rs 64.50 sur un échange de 31 000 actions. Belle Mare Holdings termine la séance en hausse à Rs 44 (+1,1%) sur un volume de 24 4100 actions. Sur le marché secondaire, CIEL Textile progresse de 1,8% et clôture à Rs 42.50 sur un échange de 1 100 actions. 3 3

1 2-3 4-5 6-7 8


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :