BIZweek n°228 15 fév 2019
BIZweek n°228 15 fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°228 de 15 fév 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Capital Publications Ltd

  • Format : (260 x 370) mm

  • Nombre de pages : 9

  • Taille du fichier PDF : 3,8 Mo

  • Dans ce numéro : quand l'OTAN s'en va-t-en guerre commerciale.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
VENDREDI 15 FÉVRIER 2019 BIZWEEK ÉDITION 228 A leading expert in the field of legal technology, Paul Sachs is also the CTO and founder of digital evidence management platformCase- Lines, the leading global provider of Legal Evidence Management Software for national and local government and courts. CaseLines’platformis the industry’s most comprehensive solution for delivering efficient end to end digital legal evidence management, allowing legal teams to prepare, collate, redact, share and present evidence/legal bundles, documentary and video evidence, securely from one system. The platformholds over 300,000 cases, with over 100 million pages of evidence. Headquartered in London, UK, CaseLines is privately held with operations worldwide. To learnmore visit www.caselines.com or follow us on twitter @CaseLines INITIATIVE POST SCRIPTUM Addressing Justice & Law with Technology The Court of Justice of the Common Market for Eastern and Southern Africa (COMESA) is implementing a paperless digital courtroom after signingup with CaseLines - the world’s leading global provider of digital evidence management. Covering twenty-one African Member States, lawyers bring cases to the Court from all the Member States, incurring considerable time and cost to file applications and send paper copies of evidence to the Court. CaseLines provides a digital solution to this challenge, helping to increase the efficiency and security surrounding legal proceedings When it comes to addressing technology in Africa, one area where there have recently been big advances is in the courtroom. That is because the Court for the Common Market for Eastern and Southern Africa, (COMESA) which includes the Republic of Mauritius, has recently begun anupdate of its standard paper-based system to a digital justice one. Using technology in this way has the potential to greatly improve the delivery of justice from an environmental, efficiency and cost perspective. To begin with, the software is designed to completely eliminate paper in the trial environment. This is significant. In the UK alone, the amount of paper used by the court system if stackedup from the ground would reach the height of London’s tallest skyscrapers every four days. It’s this colossal use of paper that is one of the key driving factors behind the modernisation globally, but there are others. If we look at Khartoum in Sudan, which hosts the COMESA Court of Justice and is where the majority of cases are heard. To file a claim there, documents must be physically taken to the court by lawyers and be filed in person. This is not only expensive when travel costs are considered but also requires a lot of paper to be moved between two locations which is time consuming, too. The costs associated with managing paper can also be surprising. Whilst a single sheet individually costs wellunder a penny, Case- Lines internal research has revealed that this can spiral to around $0.40 per page once storage, transport and preparation costs are factored in for court documents. Needless to say, it is expensive for all involved. The monthly courier bill for the COMESA Court of Justice alone is around $3000. There are practical factors to consider too. The existing arrangements make it difficult for judges to sufficiently prepare for cases. How can they when they may not see key files or evidence until just before the case is heard in court ? The new digital evidence platformmeans judges and lawyers only need access to a computer. Judges will consequently be able to work from anywhere in the continent and be able to access the cases and files at ease, with the assurance that they are the most relevant and accurate files. 80 paperless hearings already As wellas the COMESA Court, Kenya’s Court of Appeal has just participated in a trial with one courtroom as part of a probono initiative with CaseLines. In the first six weeks this one court room held overeighty paperless hearings. Kenya’s digital system enables the creation and presentation of a fully digital bundle including multi-media evidence ; secure role validated videoconferencing for virtual hearings, collaboration tools for enhanced pre-trial preparation. It is an excellent example of the effectiveness of cloud technology and how it can enable any court in the world to utilise the best available technology. The hope for the continent of course is that with some of the most senior courts spearheading change and going digital, others will follow. This is important as across Africa courts suffer from backlogs, slow processes and mismanagement of cases, all of which can act as barriers to enforcing the rule of law. Paperless, digital courts can help resolve these problems and support the UN’s Sustainable Development Goal 16 on Legal Justice. A virtual courtroom can revolutionise the quality and speed of justice, including by making securing a testimony much easier. Witnesses, both citizens and policemen, need no longer take time off work to travel or sit in court, while vulnerable witnesses can be protected from attendingupsetting trials. It also saves a significant amount of money in this regard. If we again compare the UK where these figures are available, prisoner transportation alone addsup to around 10 percent of the Ministry of Justice’s annual budget. Virtual Courtooms can redirect money where it is most needed. Going forward, digital justice systems can incorporate innovations such as Blockchain to be featured in their software. My company CaseLines recently applied to patent Blockchain in evidence management to improve security. This is down to the way Blockchain stores data that renders it immutable due to a combination of cryptography and how it is distributed among a peer-to-peer set of participants. In layman’s terms, once a piece of evidence is entered into the system, there’s no possibility of records being falsified or altered. It will thereby eliminate the possibility that evidential material submitted to court can be repudiated, as the validity of the document presented will be irrefutable. Digital systems provide a lower cost alternative and deliver far greater transparency and efficiency to the process of justice. A functioning and effective legal system is good news not just for those who deal with courts, but for African businesses and society too. With fewer issues regarding legacy, onceup and running many of these systems will be more advanced than anywhere in the world. It is a giant leap forward to addressing technology and law & justice in Africa. 6
VENDREDI 15 FÉVRIER 2019 BIZWEEK ÉDITION 228 OPINION JEAN PIERRE LENOIR Jean Pierre Lenoir P O S T S C R I P T U M 11 POST SCRIPTUM RELATIONS INTERNATIONALES Quand l’OTAN s’en va-t-en guerre commerciale Lors d’un récent voyage en Hongrie, le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a mis en garde, de façon pour le moins cavalière, la Hongrie au sujet de ses relations commerciales avec la Russie et la Chine. La Hongrie est membre de l’OTAN depuis 1999, soit quelques années après l’effondrement de l’URSS dont elle était un des satellites de l’univers communiste. Après avoir profondément souffert de la dictature soviétique qui écrasa dans le sang plusieurs révoltes, la Hongrie jugea donc, en 1999, que son salut résidait dans son entrée dans l’OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique Nord). Cette organisation de défense militaire, patronnée depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale par les Américains, eut pendant de longues années une vocation purement militaire, destinée à contrer son rival du Pacte de Varsovie qui disparut le plus naturellement du monde au moment de l’effondrement du système soviétique dans les années 90. Le commerce international étant la clé de voûte de la nouvelle économie mondialisée, les Américains ont alors décidé de donner à l’organisation militaire une dimension parallèle commerciale pour faire pression sur ceux qui seraient tentés de faire des affaires avec les deux nouveaux géants qui lui font aujourd’hui de l’ombre, la Russie et la Chine. C’est ainsi que de pays « otanisés » en pays amis, Mike Le Rose Belle Pharmaceutical and Life Sciences Park prend forme Le Rose Belle Business Park accueille quatre projets majeurs du secteur pharmaceutique et de la santé, dont les promoteurs sont Aegle Medical and Surgical Ltd, Nova Health Innovation et Imbex Pharma. Ces quatre projets d’envergure rejoignent la vision de Landscope Mauritius pour la création du Rose Belle Pharmaceutical and Life Sciences Park. En effet, le Rose Belle Business Park abritera très prochainement un centre moderne pour le traitement du cancer, un projet d’Aegle Medical and Surgical Ltd. Parallèlement à ce centre qui offrira des services d’oncologie, Aegle Medical and Surgical Ltd construira au même endroit une unité de fabrication de produits pharmaceutiques. Le contrat de location a déjà été signé, et Landscope Mauritius Ltd mettra une portion de terrain de 4 arpents à la disposition d’Aegle Medical and Surgical ltd. Cette première institution privée pour le traitement du cancer viendra complémenter les services déjà offerts dans ce domaine à Maurice. Unité de fabrication de produits pharmaceutiques COMMUNIQUÉ Le Rose Belle Pharmaceutical and Life Sciences Park prend forme Aegle medical and surgical Ltd ouvre un centre de traitement de cancer et une unité de fabrication de produits pharmaceutiques au Rose Belle Business Park Des verres ophtalmiques et des prothèses dentaires par Nova Health Innovation La compagnie Imbex Pharma double la superficie qu’elle loue au Hi-Tech Building de Rose Belle Le Rose Belle Business Park accueille quatre projets majeurs du secteur pharmaceutique et de la santé, dont les promoteurs sont Aegle Medical and Surgical Ltd, Nova Health Innovation et Imbex Pharma. Ces quatre projets d’envergure rejoignent la vision de Landscope Mauritius pour la création du Rose Belle Pharmaceutical and Life Sciences Park. En effet, le Rose Belle Business Park abritera très prochainement un centre moderne pour le traitement du cancer, un projet d’Aegle Medical and Surgical Ltd. Parallèlement à ce centre qui offrira des services d’oncologie, Aegle Medical and Surgical Ltd construira au même endroit une unité de fabrication de produits pharmaceutiques. Le contrat de location a déjà été signé, et Landscope Mauritius Ltd mettra une portion de terrain de 4 arpents à la disposition d’Aegle Medical and Surgical ltd. Cette première institution privée pour le traitement du cancer viendra complémenter les services déjà offerts dans ce domaine à Maurice. La nouvelle Clinique comprendra une unité dédiée aux thérapies contre le cancer, un service de conseils aux patients, une unité de chimiothérapie, une salle de radiothérapie, une unité de soins palliatifs et une unité pour la gestion des douleurs. Dans un souci d’offrir un traitement de qualité aux patients, Aegle Medical and Surgical Ltd prévoit, par ailleurs, d’offrir des services de greffe de la moelle osseuse localement et de doter la clinique de la dernière génération d’appareils pour la radiothérapie stéréotaxique. Une première dans l’océan Indien. Unité de fabrication de produits pharmaceutiques En ligne avec la politique du Gouvernement Mauricien de créer une industrie pharmaceutique pour approvisionner le marché local et les pays de la SADC et du COMESA, Aegle Medical and Surgery Ltd, avec ses partenaires de l’Inde, mettra en place une unité de fabrication de produits pharmaceutiques (sirops, capsules, pilules, crèmes, pommades, entre autres). Le promoteur prévoit le début des constructions d’ici six mois. Page 1 Landscope (Mauritius) Ltd BRN  : C07027745 VAT  : 20221826 7 th Floor, Shri Atal Bihari Vajpayee Tower, Ebène Cybercity, Rep. of Mauritius www.landscopemauritius.com T +230 467 6900 F +230 467 6905 I 467 6907 E info@landscopemauritius.com La nouvelle Clinique comprendra une unité dédiée aux thérapies contre le cancer, un service de conseils aux patients, une unité de chimiothérapie, une salle de radiothérapie, une unité de soins palliatifs et une unité pour la gestion des douleurs. Dans un souci d’offrir un traitement de qualité aux patients, Aegle Medical and Surgical Ltd prévoit, par ailleurs, d’offrir des services de greffe de la moelle osseuse localement et de doter la clinique de la dernière génération d’appareils pour la radiothérapie stéréotaxique. Une première dans l’océan Indien. En ligne avec la politique du gouvernement mauricien de créer une industrie pharmaceutique pour approvisionner le marché local et les pays de la SADC et du COMESA, Aegle Medical and Surgery Ltd, avec ses partenaires de l’Inde, mettra en place une unité de fabrication de produits pharmaceutiques (sirops, capsules, pilules, crèmes, pommades, entre autres). Le promoteur prévoit le début des constructions d’ici six mois. Pompeo est devenu, entre autres fonctions diplomatiques, le VRP (Voyageur Représentant Placier) de la bonne parole commerciale américaine. Assortie de menaces non voilées à l’égard de ces pays membres de l’OTAN, la démarche américaine se fait de plus en plus pressante, menaçant ici et là en des termes non déguisés ceux qui seraient tentés de commercer avec Moscou et Pékin. Accueilli sans enthousiasme à Budapest, Mike Pompeo s’est entendu répondre par le chef de la diplomatie hongroise, Peter Zijjarto, « que le monde ne deviendra pas meilleur tant que certains pays continueront à passer leur temps à intervenir dans les affaires intérieures d’autres pays »... Un deuxième « traffic playground » pour écoliers grâce à Vivo Energy Mauritius Après l’école Permal Soobrayen, à Souillac, c’est au tour de Rampersad Goburdhun Government School de Belle Vue Maurel d’être équipée d’un Children’s traffic playground. Grand gagnant du concours interécoles organisé dans le cadre de la Road Safety Day de Cité Zen, l’établissement avait remporté Rs 50 000 lui permettant de concrétiser ce projet de revalorisation scolaire. Cité Zen est un projet de sensibilisation à la sécurité routière financée par Vivo Energy Mauritius, titulaire de la franchise Shell à Maurice. Le traffic playground reproduit des conditions de circulation réalistes dans une démarche pédagogique et ludique. Avec ses voies de circulation, ses feux de signalisation, ses ralentiseurs, ses marquages au sol ainsi que ses panneaux de signalisation, il simule l’environnement routier pour permettre à l’enfant d’interagir avec les autres usagers. Le but du projet est de permettre aux écoliers d’apprendre les rudiments du code de la route, la sécurité routière et les bons comportements. Rampersad Goburdhun GS bénéficie de ce projet en étant le gagnant parmi les finalistes du concours intitulé « Sur le Chemin de l’École du gouvernement ». L’établissement s’est retrouvé dans l’étape finale grâce à sa participante Eroosen Kalaivaani qui a répondu correctement à un questionnaire relatif au respect du code de la route et à la courtoisie de l’usager. 7

1 2-3 4-5 6-7 8-9 9


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :