BIZweek n°223 11 jan 2019
BIZweek n°223 11 jan 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°223 de 11 jan 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Capital Publications Ltd

  • Format : (260 x 370) mm

  • Nombre de pages : 8

  • Taille du fichier PDF : 3,2 Mo

  • Dans ce numéro : les nouveaux règlements internationaux préoccupent.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
VENDREDI 11 JANVIER 2019 BIZWEEK ÉDITION 223 ACTIVITÉS PORTUAIRES ET MARITIMES Une refonte de nos routes commerciales n’est pas à écarter. Une meilleure diversification de nos marchés existants demeure tout aussi important, surtout vis-à-vis de l’Afrique. Déjà que le volume de produits exportés vers le continent africain a progressé de plus de 90% lors des dix dernières années. Cela avec des revenus qui passent de Rs 9 milliards en 2007 à Rs 18.2% en 2017. « However, I strongly believethat the islands of the Indian Ocean should try to unite their forces to overcome one of their weaknesses, the lack of direct maritime connectivity with African countries. Why not promote a collaborative approach at state-level for the creation of a common regional shipping company ? », s’interroge Gupta Hemrazlall Gopaul OSK, président de l’Association professionnelle des transitaires de l’île Maurice (APT), dans le Harbour Diary 2019. Il affirme plus loin que l’APT est prête à soutenir toute initiative qui augmenterait la fréquence des escales des navires entre Maurice et les destinations régionales. « Si on peut se permettre d’attaquer ces projets dans un deuxième temps, d’autres priorités se font déjà sentir », ajoute-t-il. De nouveaux règlements à l’horizon Le président de l’APT plaide en effet en faveur de l’élaboration d’une stratégie commune entre les principales parties concernées, dont la Mauritius Ports Authority, LA TOUR Les nouveaux règlements internationaux préoccupent L’Association professionnelle des transitaires de l’île Maurice reste vigilante par rapport aux nouvelles tendances qui se dessinent sur le plan global. Elle reste surtout prudente et anticipe les éventuelles conséquences émanant des événements internationaux comme l’après-Brexit ou encore la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine. Mais l’aspect le plus important reste les nouveaux règlements de l’International Maritime Organisation (IMO), qui impacteront sur les activités maritimes d’ici 2020 la Cargo Handling Corporation, les agents maritimes et l’APT. L’objectif  : attirer de nouvelles compagnies maritimes offrant des services de transport par conteneurs « afin que les commerçants mauriciens puissent réaliser des économies d’échelle et bénéficier de taux de fret plus compétitifs ». Pourquoi cela ? « It is of critical importance for Mauritius to avoid overreliance on a few shipping lines especially as one of the future threats looming ahead will be the International Maritime Organisation (IMO) new regulations pertaining to cleaner bunker fuel which will be implemented as from the 1st January 2020 », souligne Gupta Hemrazlall Gopaul OSK. Ce dernier ne cache pas son inquiétude quant aux menaces qui se profilent à l’horizon. « With this IMO 2020 regulation, container carrying vessels and other ships will be required to reduce their sulphur emissions by over 80% in a bid to further protect the environment. The sea carriers will have to switch down from the current maximum fuel oil sulphur limit of 3.5 to 0.5 weight per cent in less than two years. According to international consultants, the lower sulphur fuel might beup to 55% more expensive, impacting directly on the bunker expenses of the shipping companies. Any surcharge will of course be transferred to the shippers but at what cost ? Island nations like Mauritius need to send out alarmsignals concerning the future threats on the transportation costs of the goods they import and export. A right balance should be reached between the environmental concerns of the rich industrial nations and the price sensitiveness of the relatively middle and sometimes, low income island nations… » 4 Suite en page 5
VENDREDI 11 JANVIER 2019 BIZWEEK ÉDITION 223 LA TOUR Performance 2018 sans précédent et investissements de Rs 47 milliards attendus « The Mauritius Ports Authority realised an unprecedented performance during the last financial year 2017-2018. » A titre d’exemple, le trafic de fret total a augmenté de 1,6% pour atteindre un chiffre record de 7,7 millions de tonnes. Au chapitre des investissements, un montant de Rs 47 milliards sera consacré pour mener à bon port les projets identifiés et assurer le développement du secteur portuaire Les chiffres sont révélateurs par rapport à la voie positive qu’a adoptée le pays en matière de hub et de développements portuaires. Selon la direction de la Mauritius Ports Authority (MPA), une performance sans précédent a été enregistrée au cours de ces derniers 18 mois, soit entre juillet 2017 et décembre 2018. Selon Shekur Suntah, directeur général de la MPA, le trafic total du fret a progressé de 1,6% pour atteindre un chiffre record de 7,7 millions de tonnes. Le volume de ‘bunkering’a connu une croissance de 35,9% pour dépasser les 550 000 tonnes pour la première fois. La capitale a également accueilli 39 500 passagers à l’arrivée des navires de croisière, soit une hausse de 29.9%. Le segment conteneurs a connu une croissance de 6,9%, ce qui porte le débit à 542 000 TEU (Twenty-Foot Equivalent Unit). Au total, environ 3 274 escales de navires ont été enregistrées. « In view of the growing interest expressed by shipping lines to increase their transshipment volumes, the total container throughput is anticipated to increase from 497 000 TEUs in Calendar Year 2017 to 640 000 TEUs in 2018,i.e. by about 29% », fait-il ressortir. En ce qui concerne le ‘Island Terminal and Breakwater Project’, - qui devrait consolider l’assise de Maurice en tant que hub logistique -, les consultants devraient soumettre leur rapport final d’ici février de cette année. Ce projet devrait être sous le modèle PPP/BOT ou EPC. En ce qui concerne la ‘Smart Port Study’, le rapport des consultants est attendu durant le premier trimestre de cette nouvelle année. « The port sector is set to play a key role in enhancing the competitiveness of Mauritius and improving access to our major markets. Besides facilitating trade, it is calledupon to act an enabler of socio-economic development for the region », explique Shekur Suntah. Importations  : Les hauts et les bas Quels sont les produits les plus demandés et qui ont occasionné une hausse au niveau de l’importation ? À l’inverse, quels produits ont enregistré une baisse ? Ci-dessous, chiffres et tendances  : Coal imports decreased by 67,531 tonnes from 809,012 tonnes in FY16/17 to 741,481 tonnes in FY17/18 (-8,3%). This was attributed to greater utilisation of Bagasse as a source of energy by the sugarcane industry during crop season. Cement imports decreased from 643,917 tonnes to 621,291 tonnes in FY17/18 (-3,5%). However, a recovery may be expected assuming timely implementation of large public investment projects in the Construction sector such as Metro Express, Côte d’Or Sports Complex and the Road Decongestion Programme. Import of Sugar declined by 69,242 tonnes (-59.6%) from 116,242 tonnes to 47,000 tonnes for the period under review. This was attributed to the liberalization of EU production quotas as from 01 October 2017. Maize and Soya Bean Meal imports showed increases of 34.3% and 13.5% from 87,960 tonnes and 45,506 tonnes respectively in FY16/17 to 118,112 tonnes and 51,651 tonnes in FY17/18 as a result of higher demand by livestock feed factories. Import of Fertilizer increased by 51% from 3,300 tonnes to 5,000 tonnes, in-line with the impetus provided to the Agriculture sector in the 2017-18 Budget. Imports of Black oil increased significantly from 520,466 tonnes in FY16/17 to 724,726 tonnes on FY17/18. This is linked to the rise in demand for marine fuel oil. Imports of LPG increased by 3,3% from 153,455 tonnes in FY16/17 to 158,505 tonnes in FY17/18. For the year under review, imports of edible oil rose by 28.5% from 20,000 tonnes to 25,700 tonnes. Bunker exports increased by 145,404 tonnes (35.9%) as exports solely by barge surged from 289,670 tonnes to 435,171 tonnes, representing a growth of 50.2%. Les performances 2017-18 Total Trade Volume 7.7 Million Tonnes (+1,6%) Containerised 3.3 Million Tonnes (-1,2%) Bulk (Dry & Liquid) 4.1 Million Tonnes (+4,3%) Fish Traffic 140,761 Tonnes (-9,5%) Total Container Traffic 400,506 TEUs (+5,3%) Captive 260,183 TEUs (+3,9%) Transhipment (In) 140,323 TEUs (+8.0%) Transhipment (Out) 141,386 TEUs (+11.8%) Total Container Throughput 541,892 TEUs (+6,9%) Total Vessel Traffic 3,274 Calls (+9,4%) Container 540 Calls (-3,9%) Fishing 1043 Calls (+1,6%) Cruise Traffic Cruise 37 Calls (+54.2%) Passengers on Arrival 39,451 Passengers (+29.9%) Total Bunker Traffic 550,241 Tonnes (+35.9%) 5 Suite en page 6

1 2-3 4-5 6-7 8


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :