Bing Bang n°49 déc 11/jan-fév 2012
Bing Bang n°49 déc 11/jan-fév 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°49 de déc 11/jan-fév 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Edibang

  • Format : (245 x 320) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 12,5 Mo

  • Dans ce numéro : Eric Pras, la face cachée de Chagny.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 60 - 61  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
60 61
communiqué LE NOUVEAU DIAMANT IMMOBILIER DE DIJON Depuis peu la rue de la préfecture à Dijon est ornée d’un joli diamant bleu. Il s’agit du logo un peu décalé d’une agence immobilière récemment créée dont le nom rappelle l’environnement professionnel dans laquelle elle évo - lue. En effet elle est la dernière-née du groupe SEGER dont la notoriété à Dijon n’est plus à démontrer. Pourquoi le choix d’un tel symbole ? Tout simplement pour exprimer la qua - lité du savoir-faire proposé aux clients tant vendeurs qu’acheteurs et bien sûr, celle des biens commercialisés au sein de l’agence. Quant à l’emplacement géographique il correspond au désir de s’intégrer dans un quartier développant des activités diverses, commerces de nécessité quotidienne et de proximité, afin d’être au cœur du tissu vivant de la ville. Astrid Launais/responsable agence. « Située au 111 rue de la Préfecture près de la place de la République à Dijon, l'agence Segerimmo République propose toute une sélection de biens immobiliers : appartements, maisons, hôtels particuliers, biens de prestige et haut de gamme…. »
Créer une agence immobilière en pleine crise, n’est-ce pas prendre un risque ? La démarche ne paraît pas évidente à priori mais tout bien considéré c’est précisément en période de crise que se fait la différence et que l’opportunité de prouver ses qualités professionnelles est la plus favorable : Le sens de l’adaptation aux évolutions positives ou négatives, la capacité de réagir rapidement, un service attentif et multi compétent, le sérieux. Cela passe par exemple par la qualité de l’estimation des biens, partie la plus ardue de la transaction immobilière, Le courage d’informer les vendeurs de la réalité du marché, afin qu’ils ne s’embarquent pas vers des chimères néfastes à la vente de leurs biens Les conseils donnés pour optimiser une vente ou la capacité de convaincre un vendeur qu’il faut saisir une opportunité, ne pas les laisser lâcher la proie pour l’ombre dans une période où le contexte économique est incertain tout en préservant leur intérêt. Ne jamais oublier qu’un bon accord est un accord qui satisfait toutes les parties et que l’agent immobilier ne doit pas par exemple basculer dans le camp de l’acheteur pour vendre à tout prix mais ne doit pas non plus faire passer le vendeur à côté d’une vente sûre. Tout cela est une question d’expérience et dépend de la qualité du relationnel entretenu avec les clients et surtout d’une bonne connaissance du marché immobilier. L’agence Segerimmo République souhaite se positionner sur des biens de qualité, d’ailleurs elle a mis en place » un système novateur de qualification des biens en fonction de leur situation et de leur rapport qualité/prix, signalé par un nombre variable de diamants. Le parti pris est d’être résolument moderne tant grâce aux outils utilisés tel le flash code qui permet aux détenteurs de smartphone de se connecter sur le site internet que sur les méthodes de présentation des biens. Enfin atout majeur : la grande discrétion que l’agence entretient sur certains biens qui nécessitent par leur qualité ou la situation des clients un travail à l’abri de toute publicité. L’immobilier face à la crise ? Les systèmes financiers ne bénéficient plus comme avant de la confiance populaire. On voit arriver sur le marché de l’investissement des personnes qui abandonnent leurs placements financiers au profit de la pierre ou de l’or. Mais L’or est un placement inerte. La pierre est sécure et rentable même à minima. Quelque soient les crises et leur intensité, l’immobilier est une valeur refuge. Les personnes qui souhaitent placer leur argent savent bien que même si les prix du marché immobilier peuvent baisser sous l’effet de certains paramètres il ne peut pas s’effondrer comme d’autres valeurs plus virtuelles. L’Immobilier c’est du concret et les gens auront toujours besoin de se loger, c’est vital. C’est d’ailleurs pourquoi en ce moment de plus en plus de personnes souhaitent investir intelligemment dans des biens locatifs déjà loués. Ainsi nul besoin de rechercher des locataires. La rentabilité est immédiate. D’autant que la crise financière va vraisemblablement freiner l’accès à la propriété pour certaines tranches de population, et donc augmenter la demande locative. Ce coup de frein permettra aux professionnels de démontrer leur compétence en préconisant la notion de juste prix aux vendeurs. La spéculation n’est pas de mise surtout dans une période difficile. S’adapter c’est aussi tenir compte de cet aspect déterminant dans l’optimisation des ventes. Pour maîtriser autant que faire se peut les variations économiques. Une période crise est l’occasion idéale pour les professionnels compétents. Leur connaissance quotidienne du panorama du marché, leur réactivité, permet d’en maintenir les flux économiques vitaux et de ne pas le laisser partir à vau l’eau. Car quelques soient les vendeurs ou le type de bien la tendance naturelle d’un vendeur est de penser que son bien détient une valeur particulière. C’est souvent le prix de la valeur émotionnelle qui entre en ligne de compte doublée d’une connaissance limitée du volant d’affaires en vente. Ou encore la référence faussée à des biens soi-disant analogues, présentés à des prix ne correspondant pas aux prix de vente définitifs, que seuls les professionnels sont en mesure d’apprécier concrètement. Plus les clients feront confiance aux professionnels plus ils se rendront compte que leur compétence ne peut être remplacée. Un particulier ne peut mesurer les évolutions parfois très rapides du marché. Les professionnels ont les mains dans le « cambouis » de l’immobilier chaque jour, ils disposent également de réseaux relationnels avec des services de prêts et peuvent favoriser l’avancement des dossiers de financements, etc. Charge aux professionnels d’être dans les clous, de tenir un discours honnête et d’avoir une éthique qui renforce leur crédibilité. Les tendances du marché S’agissant des tendances de secteurs géographiques il y a toujours eu des « effets de mode » dans l’immobilier aussi. Actuellement, on constate un fort rapprochement vers le centre-ville et un attrait considérable pour le centre historique de Dijon depuis plusieurs mois, voire un ou deux ans. Cela s’explique diversement : les difficultés d’accès au centre en voiture qui vont s’accentuer avec l’arrivée du tram et des nouvelles dispositions de circulation intramuros, les coûts de transport individuel, la qualité de vie que va retrouver le centre grâce au tram également. Les dijonnais vont peu à peu se réapproprier le centre-ville autrefois délaissé au profit de la périphérie plus ou moins proche. Nous voyons arriver des familles avec enfants qui souhaitent bénéficier sans contrainte de transport, des activités scolaires et culturelles à proximité de leur domicile. Le marché des appartements semble donc en progression alors qu’autrefois les maisons avaient la primeur des acquisitions. Les évolutions économiques et sociétales influencent le marché de façon évidente. Les quartiers qui vont bénéficier de la circulation du tram vont évoluer progressivement en termes de prix. C’est encore le moment pour acquérir des biens à des prix corrects parfois bon marché avant fin 2012. Bien qu’il soit encore prématuré de faire des pronostics, le quartier République par exemple va se trouver une nouvelle jeunesse. Si l’on compare les effets du tram dans les villes où il est déjà installé, le constat amène à penser que tous les secteurs placés sur les axes de circulation sont fortement valorisés. Dernier paramètres qui a récemment boosté le marché : l’effet de la modification des calculs des plus-values. Beaucoup de transactions sont en cours sur des petits biens d’investissement locatifs dont certains voulaient se délester avant le 1er février 2012 et ont précipité des ventes qui se seraient diluées dans le temps sans ce paramètre imprévu. Les prix dépendent bien évidemment de la loi de l’offre et de la demande mais en période de crise plus seulement. On voit bien que les moyens des acquéreurs potentiels sont de plus en plus grignotés. Les prix découlent donc aussi de l’évolution du niveau de vie général. Ceci dit, Les banques pratiquent encore des prêts à taux très honnêtes, le seul vrai problème qui peut freiner c’est leur niveau d’exigence de garanties qui s’élève peu à peu, éliminant une partie des accédants pourtant en capacité réelle d’acquérir. Il y a lieu de s’attendre à une stabilisation voire à un léger affaissement des prix dans les mois qui viennent. Le meilleur conseil à donner actuellement aux vendeurs est d’y regarder en deux fois avant de refuser une offre si elle est sérieuse. « Ne pas lâcher la proie pour l’ombre » tout en sachant faire face aux propositions malhonnêtes. Là encore les vendeurs doivent s’adosser sur les bons professionnels qui sauront les rassurer ou les conforter dans leurs décisions. En toute honnêteté. Quelle emprise la réglementation peut elle avoir sur les ventes immobilières ? La règlementation dans le domaine de l’immobilier est finalement assez récente et on voit bien qu’elle se durcit et s’intensifie ne serait-ce qu’au niveau des diagnostics qui se sont démultipliés depuis ces dernières années. C’est d’abord en vertu d’un principe de précaution que le législateur a tendance alourdir la réglementation en matière de transactions immobilières. Ensuite on peut supposer que cela répond à une volonté d’amélioration constante de l’habitat en général. Sur les postes Electricité et Gaz par exemple, les diagnostics ont permis de sensibiliser la population aux dangers invisibles parfois dus à des installations hasardeuses. Globalement on peut dire que l’alourdissement croissant des contraintes réglementaires finit quand même par bénéficier à l’ensemble de la population, locataires ou propriétaires. Parfois le coût de ces diagnostics fait grincer des dents mais en fin de compte, cela participe de la sécurité des transactions immobilières. Henri de Thy : Juriste de formation spécialisé dans le droit notarial et fiscal, il est depuis plusieurs années le patron de SEGERAD la branche Syndic et gestion du groupe Seger. Il s’est vu confier en plus, cette année, les deux agences immobilières du groupe, dont la petite dernière au logo en forme de diamant. Astrid Launais : Avec plusieurs années d’expérience dans l’immobilier de qualité elle relève un défi en prenant en charge la création d’une nouvelle agence. Mais Prendre des risques c’est aussi prendre celui de réussir ! Sa volonté est d’être à l’écoute de ses clients, de leur prouver qu’ils ont raison de lui faire confiance, tout en gardant le sourire quelles que soient les circonstances.communiqué



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Bing Bang numéro 49 déc 11/jan-fév 2012 Page 1Bing Bang numéro 49 déc 11/jan-fév 2012 Page 2-3Bing Bang numéro 49 déc 11/jan-fév 2012 Page 4-5Bing Bang numéro 49 déc 11/jan-fév 2012 Page 6-7Bing Bang numéro 49 déc 11/jan-fév 2012 Page 8-9Bing Bang numéro 49 déc 11/jan-fév 2012 Page 10-11Bing Bang numéro 49 déc 11/jan-fév 2012 Page 12-13Bing Bang numéro 49 déc 11/jan-fév 2012 Page 14-15Bing Bang numéro 49 déc 11/jan-fév 2012 Page 16-17Bing Bang numéro 49 déc 11/jan-fév 2012 Page 18-19Bing Bang numéro 49 déc 11/jan-fév 2012 Page 20-21Bing Bang numéro 49 déc 11/jan-fév 2012 Page 22-23Bing Bang numéro 49 déc 11/jan-fév 2012 Page 24-25Bing Bang numéro 49 déc 11/jan-fév 2012 Page 26-27Bing Bang numéro 49 déc 11/jan-fév 2012 Page 28-29Bing Bang numéro 49 déc 11/jan-fév 2012 Page 30-31Bing Bang numéro 49 déc 11/jan-fév 2012 Page 32-33Bing Bang numéro 49 déc 11/jan-fév 2012 Page 34-35Bing Bang numéro 49 déc 11/jan-fév 2012 Page 36-37Bing Bang numéro 49 déc 11/jan-fév 2012 Page 38-39Bing Bang numéro 49 déc 11/jan-fév 2012 Page 40-41Bing Bang numéro 49 déc 11/jan-fév 2012 Page 42-43Bing Bang numéro 49 déc 11/jan-fév 2012 Page 44-45Bing Bang numéro 49 déc 11/jan-fév 2012 Page 46-47Bing Bang numéro 49 déc 11/jan-fév 2012 Page 48-49Bing Bang numéro 49 déc 11/jan-fév 2012 Page 50-51Bing Bang numéro 49 déc 11/jan-fév 2012 Page 52-53Bing Bang numéro 49 déc 11/jan-fév 2012 Page 54-55Bing Bang numéro 49 déc 11/jan-fév 2012 Page 56-57Bing Bang numéro 49 déc 11/jan-fév 2012 Page 58-59Bing Bang numéro 49 déc 11/jan-fév 2012 Page 60-61Bing Bang numéro 49 déc 11/jan-fév 2012 Page 62-63Bing Bang numéro 49 déc 11/jan-fév 2012 Page 64