Bing Bang n°48 sep/oct/nov 2011
Bing Bang n°48 sep/oct/nov 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°48 de sep/oct/nov 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Edibang

  • Format : (245 x 320) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 12,0 Mo

  • Dans ce numéro : les Meilleurs Ouvriers de France... les plus fous du pays.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
48 En allant déposer une rose devant la demeure d’Amy Winehouse... C’est Chronique chez Binoche Tout s’en va Lors de notre dernier rendez-vous, je parlais d’un été tellement attendu, malheureusement, son début a tenu plus de l’été meurtrier qu’autre chose. Les départs définitifs de quelques compagnons et compagnes de vies ont plutôt tourné à « Back to Black ». En allant déposer une rose devant la demeure d’Amy Winehouse, j’ai eu l’impression de rendre hommage à mes amis dont l’absence est si pesante. Je ne sais si ce sont les émeutes débutées à Londres qui m’ont sorti de cette mélancolie, mais disons que ça réveille ! « London’s burning » et l’Angleterre sort de sa léthargie. Et pendant ce temps-là, quid de la vie dijonnaise ? Ça râle, ça grogne, comme tout bon Français qui se respecte. Et même si je pourrais dire que les travaux du tram m’ont coûté un bras, pour cause de détours inattendus, je suis plutôt impatient de le voir en action. Plusieurs voyages ici où là nous prouvent le vrai changement de la vie d’une cité avec ce moyen de transport. Cette rentrée marque aussi une nouvelle période, le début d’une nouvelle ère, peut-être ? Par exemple, l’arrivée à la direction de La Vapeur de YannRivoal, l’ancien directeur du festival des Vieilles Charrues, à qui nous souhaitons la bienvenue, qui devrait donner un nouvel élan à ce lieu incontournable pour la musique. Un retour attendu, celui du Consortium, rue de Longvic, en grande version. Expos, concerts et autres surprises devraient réveiller les esprits endormis. Nous attendons la nomination d’un nouveau directeur pour l’ABC, là aussi il y a du changement dans l’air. Ce qui, heureusement, ne change pas, c’est la richesse de l’offre en matière de musique. Riche sera cette rentrée. Des grosses têtes d’affiches du côté du Zénith. Pour un peu de douceur, James BLUNT et sa voix si particulière qui a fait de lui un multimillionnaire en vente d’albums. Pour la nostalgie suivra Charles AZNAVOUR, dernier monstre sacré de la chanson française. Le rendez-vous s’annonce historique et va boucler en beauté une carrière démarrée dans les années 1930. Démarrée beaucoup plus tard, celle de Yannick NOAH, pour la chaleur, passera par Dijon : un succès annoncé. Pour la mélancolie, HF THIEFAINE nous offrira ses « SUPPLEMENTS DE MENSONGE » ou peut-être ce supplément d’âme pour celui qui revient de si loin. Je vous conseille d’ailleurs de la lire, la réédition de JOURS D’ORAGES de Jean THEFAINE, excellente biographie sur son presque homonyme, réactualisée juste après la sortie de ce dernier album qui est vraiment celui de la résurrection et, par là même, l’un de ses plus beaux. Dans la série des soirées exceptionnelles, pour la conscience, le plateau les OGRES de BARBACK, la RUE KETANOU et ZEBDA propose la crème de la chanson dite alternative avec, en point d’orgue, le retour des Toulousains qui nous firent tomber la chemise dans les années 90. Une occasion unique de partager un peu de réflexion politique en musique, ce qui n’est vraiment pas de trop en ces temps de crise. Pour la célébration, cette fin d’année dijonnaise dans la chanson, sera marquée par les 10 ans de carrière d’Yves JAMAIT et la sortie de son nouvel album. MJC, Bistrot de la scène, pour finir en apothéose au Les Ogres De Barback Hf Thiefaine
Zénith avec un orchestre symphonique, cette période anniversaire permettra à tous de s’offrir un concert intime ou grandiose. Pas de crise de nerfs avec ce qui nous arrive du côté de la Vapeur pour la frite, les Belges de dEUS, influences conjointes du punk et du folk, du jazz et de la musique progressive pour créer un ensemble survolté où se croisent guitares saturées, riffs saisissants et violon acéré. Pour la Le Zenith : James Blunt 29 OCT Charles Aznavour 4 NOV Yannick Noah : 09 NOV HF Thiefaine : 19 NOV les Ogres de Barback + la Rue Ketanou et Zebda : 26 NOV Dans Dijon JAMAIT du 8 OCT au 2 DEC La Vapeur dEUS JEUDI 20 OCT Astro Zombies Cock robin MARDI 25 OCT Patti Smith le 11 NOV Archimède : 18 NOV Stupeflip : 25 NOV Parvis st Jean B.Lallemant-Ch.Berberian : 29 et 30 OCT Biographie De Jean Théfaine : HF Thiefaine : Jours d’orage. Fayard banane, les Dijonnais d’ASTRO ZOMBIES écument les scènes du monde entier depuis plus de 15 ans. Voici leur savant mélange de Rockabilly et de Punk aux influences diverses, qui leur a permis de devenir un des groupes phares de la scène Psychobilly mondiale, voire même interplanétaire. Et c’est armés de leur nouvel album que ces zombies de l’espace prendront possession de vos âmes pour fêter ce nouveau missile musical. Pour les voix de Peter Kingsbery et Anna Lacazio, COCK ROBIN réveillera les souvenirs de l’insouciance des années 80. Pour le vice, je ne vous parlerais pas trop de la journée avec PATTI SMITH, hélas déjà complète à peine annoncée. Alors pour le fun, le retour du Crew STUPEFLIP sera un des grands faits marquant de cette année 2011 et vous aurez la primeur d’assister à leur nouvelle cérémonie : « The Hypnoflip Invasion ». En bref, Stupeflip annonce une invasion glauque, noire, dépressive mais potache et décalée, qui voudrait fédérer un peu plus les convertis à la débilité culte du Stup ! De quoi ne pas s’ennuyer en attendant la prochaine édition de Génériq, dont on vous parle par ailleurs. Enfin pour le copinage (et pourquoi pas !) cette rencontre entre Bastien LALLEMANT et le dessinateur Charles BERBERIAN qui illustrera en direct les chansons, microséries noires, de son album « le Verger ». COUP DE CŒUR Un rendez-vous que je ne manquerais pas, celui avec ARCHIMEDE. L’occasion de découvrir sur scène le nouvel album des frères BOISNARD. Deuxième opus du groupe de Laval, TRAFALGAR m’accompagne depuis un moment, petit privilège de proximité professionnelle, 11 titres qui prouvent que le rock en français, ça peut marcher. Une écriture subtile, des mots choisis, des tournures de phrases inhabituelles sur des musiques nourries au bon rock anglais. Ce cocktail franglo-saxon me rappelle que la vie commune avec une Anglaise (je sais de quoi je parle) ne tourne pas toujours au coup de Trafalgar. C’est même explosif et ça décoiffe comme ce groupe, qui le prouve aussi bien en studio qu’en en concert. Let’s love, Let’s rock !!! Viva El Berro Dijon fait son coming out Un bar de nuit qui ne soit pas triste, de jour, c’est rare. Un bar gay où les hétéros sont les bienvenus aussi. Et c’est tout à l’honneur du nouveau El Berro d’offrir aux Dijonnais un bar à tapas-resto-salon de thé changeant de visage au fil des heures. Bar la journée, avec service brasserie le midi, autour du plat du jour et de l’ardoise, à dévorer en salle ou sur le gazon synthétique d’une grande terrasse cachée derrière le centre Dauphine. Un lieu bénéficiant d’un micro-climat gay-friendly idéal pour faire des fêtes sans déranger les voisins, une yourte venant remplacer les parasols à l’automne, et les fruits de mer les salades estivales. Sébastien et Thibault ont trouvé le bon concept, avec une formule tapas qui cartonne (tortilla de patatas, beignets de calamars, fritures, moules farcies mais aussi vrai pata negra pour les fous de jambon ibérique, chorizo et même manchego à l’huile d’olive) et une carte restreinte pour les faims de soirée. Car les soirées ici se prolongent, surtout le week-end, quand Greg quitte le bar pour jouer les DJ jusqu’à 2 heures. Show transformiste le vendredi, attractions moins folles le reste de la semaine, il se passe toujours quelque chose au El Berro. Si vous avez des nostalgies de Barcelone, vous savez maintenant où aller… El Berro-bar à tapas : 8, rue Dauphine, à Dijon. Tél : 03-80-42-19-57. Tlj sf dim jusqu’à 23 heures (2 heures les jeuven-sam). Plat du jour 8 €. Formules 11,90-13,90 €. Tapas entre 3,40 et 16 €. 49



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 1Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 2-3Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 4-5Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 6-7Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 8-9Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 10-11Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 12-13Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 14-15Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 16-17Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 18-19Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 20-21Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 22-23Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 24-25Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 26-27Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 28-29Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 30-31Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 32-33Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 34-35Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 36-37Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 38-39Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 40-41Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 42-43Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 44-45Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 46-47Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 48-49Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 50-51Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 52-53Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 54-55Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 56-57Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 58-59Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 60-61Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 62-63Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 64