Bing Bang n°48 sep/oct/nov 2011
Bing Bang n°48 sep/oct/nov 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°48 de sep/oct/nov 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Edibang

  • Format : (245 x 320) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 12,0 Mo

  • Dans ce numéro : les Meilleurs Ouvriers de France... les plus fous du pays.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
l'.5 Ns.M a 42 culture 04 Focale.info- Thomas Hazebrouck En réouvrant Saint-Philibert au public, le maire de Dijon a tenu une vieille promesse électorale. L’ancienne église des vignerons devrait être prête pour accueillir la future Saint-Vincent-Tournante La culture en chantier ! Auditorium, Consortium, Ministerium, Patrimonium… les médecins de Molière trouveraient la situation drolatique s’il y avait encore un théâtre à Dijon pour les accueillir. La vie culturelle dijonnaise est-elle à la hauteur d’une grande métropole ? Là aussi, c’est encore le chantier… La « vie culturelle dijonnaise » démarre, dit-on, avec le concert de rentrée, grosse machine destinée à montrer aux vieilles pierres qu’on est une ville « rock ». Et elle ne s’arrête plus, jusqu’en juillet. Vrai. Et faux à la fois. Mais personne ne veut vraiment en convenir en public, alors que la grogne monte en privé. Dire qu’il y a quelque chose de nouveau tous les soirs ne préjuge pas de l’intérêt de ce quelque chose pour une grande partie de la population. Prenez l’exemple du concert de rentrée. L’idée n’était pas mauvaise au départ, mais plus personne ne sait comment arrêter cette grosse machine à fric qui semble avoir échappé à ses créateurs, fait fuir les habitants du centre et ramène une population jeune dans des rues où ils dormiront ensuite sous les étoiles. Rien de bien méchant, rien de culturel non plus. L’arrivée du tram incitera peut-être les organisateurs à déplacer l’événement sur le port du canal ou dans des quartiers ayant soif d’animation, puisque chaque nouveau livre blanc de la culture, depuis 20 ans, se fait un devoir de prôner l’ouverture d’espaces culturels en dehors du centre historique. L’autre événement de la rentrée est passé plus inaperçu, se déroulant dans le vieux théâtre municipal où François Rebsamen et ses adjoints concernés avaient réuni le petit monde de la culture pour évoquer le grand chantier qui devrait permettre, en 2014, de donner un nouveau visage à Dijon, si tout le monde y met du sien. Faute d’argent, va falloir trouver des idées ; faute de consensus, va falloir faire des choix. Nouveaux lieux culturels, dans des écoquartiers à peine sortis de terre, nouvelle approche globale à l’échelle de l’agglomération… Le Dijon nouveau est annoncé.
Les voyages forment les élus ! La présentation du chantier de la culture, ce soir-là, dans le cadre d’un théâtre de Dijon mis à mal par une rénovation désastreuse (qui fait toujours grincer les dents et les fauteuils), a renvoyé chacun à ses propres rêves. Il y aura, dans les mois à venir, beaucoup de réunions, beaucoup de promesses, et certainement quelques réalisations. Chacun plaidera pour sa cause, mais les problèmes de fond, une fois de plus, ne seront pas évoqués. Question d’argent, diront certains (l’heure n’est plus aux dépenses inconsidérées), question de choix diront d’autres. La fin des travaux de la première tranche du musée des Beaux-Arts pourrait donner le ton de la ville et de la vie nouvelle qui nous attend demain. Sophie Jugy, la conservatrice du musée, a eu une idée géniale en emmenant les édiles et les chargés de communication au sens large se balader aux USA pour faire la promotion de la ville, sur les pas de nos chers pleurants, devenus les nouvelles mascottes de la ville. Les voyages formant les élus, ces derniers ont pu découvrir l’efficacité d’une muséographie contemporaine - mettant le passé et le présent face à face - pour inciter les foules à se pencher sur notre histoire. Si nos édiles, conquis, arrivent à faire du musée des Beaux-Arts une de ces machines à rêver qui font l’orgueil des grandes cités, leur voyage d’études aura porté ses fruits. Beaux parleurs contre hommes de parole Homme de parole et de théâtre tout à la fois, Jean-Louis Hourdin voulait créer « l’Ecole des Elus », pour leur apprendre les rudiments de son métier, son économie, son sens vital. François Chattot a lancé sa Le temps des funambules : François Chattot au Parvis Saint-Jean Focale.info- Thomas Hazebrouck saison en réunissant public-acteurs par petits groupes, sur le plateau du Parvis Saint-Jean, pour entamer un dialogue. Passionnant, édifiant, rassurant. François, c’est le Petit Poucet, avec ses mots qu’il jette, tels des cailloux, pour que les autres le suivent à la trace. Sa saison est belle, quand il nous la conte. François Chattot fait partie de ces Dijonnais d’adoption qui ont tissé un réseau interrégional avec d’autres créateurs, au fil du temps, faisant des choix qui ne sont pas forcément ceux qu’on attend de lui. Mais c’est tout à son honneur. C’est la dernière grande voix qui se fait entendre pour défendre, sur Trente ans qu’il milite pour l’art, Xavier Douroux, achetant pour le Consortium des œuvres qui entreront dans la légende du siècle. Focale.info- Thomas Hazebrouck « Je t’ai parlé de trav’haut, tu vois que je n’ai pas menti ! » Focale.info- Thomas Hazebrouck Dijon, la passion du théâtre. Les autres sont partis se faire voir ailleurs, avec succès ou non, peu importe. Les 26000 couverts reviendront-ils pour de bon ? Suspense… Dijon n’est plus une ville de théâtre, plus vraiment. Plus très tendance, les théâtreux ? Le Parvis devra être rénové dans les années à venir, sinon il sera obligé de fermer ses portes. On pourrait leur donner les clefs du vieux théâtre municipal, qui ne sert plus qu’à des répétitions ou à des spectacles d’accueil pour l’Opéra de Dijon. Un lieu qui a perdu son sens, son cachet, et sa raison d’être. Plus de troupes, plus de rires, plus de drames, plus de délire. Trop bourgeois, pour reprendre un mot qu’on entend encore dans la bouche de nos édiles les plus bo-bo ! On ne peut pas leur en vouloir, à nos hommes politiques, d’avoir une vision de la culture dans l’air du temps, et de privilégier l’art contemporain au théâtre populaire, les fêtes rock aux festivals classiques qui font le bonheur d’autres villes. On peut juste regretter, à l’heure des choix, qu’ils consultent plus des techniciens que des artistes, des beaux parleurs que des hommes de parole. Xavier Douroux au Grand Palais, dans cent ans ! Les travaux du tram vont redonner vie au quartier de l’auditorium, mais qui redonnera vie au bâtiment lui-même ? Quelqu’un me disait qu’on avait tort, à Dijon, de se croire plus fort que Dole, qu’on n’avait même pas de vrais lieux pour le théâtre, le jazz, la danse, en dehors du Zénith ou de scènes de banlieue, la salle de l’ABC rue Condorcet étant dans sa tête aussi mal placée que celle de Marsannay ou de la Fontaine 4



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 1Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 2-3Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 4-5Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 6-7Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 8-9Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 10-11Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 12-13Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 14-15Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 16-17Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 18-19Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 20-21Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 22-23Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 24-25Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 26-27Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 28-29Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 30-31Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 32-33Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 34-35Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 36-37Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 38-39Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 40-41Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 42-43Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 44-45Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 46-47Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 48-49Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 50-51Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 52-53Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 54-55Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 56-57Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 58-59Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 60-61Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 62-63Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 64