Bing Bang n°48 sep/oct/nov 2011
Bing Bang n°48 sep/oct/nov 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°48 de sep/oct/nov 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Edibang

  • Format : (245 x 320) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 12,0 Mo

  • Dans ce numéro : les Meilleurs Ouvriers de France... les plus fous du pays.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
18 thema Nathalie Koenders : Le commerce, c’est aussi du sport ! Nathalie Koenders fait partie des femmes toniques dont le maire a su s’entourer, tel un rempart contre la grogne. Cette sportive vit son combat au côté des commerçants comme un challenge. Encore faut-il que tous aient les mêmes idées quant à la façon de mener le combat, certains ayant profité des travaux du tram pour prendre une longeur d’avance. D’autres doivent regretter de ne pas avoir fait assez de sport. Ils voient déjà les vautours roder autour de leur emplacement, guettant leur départ à la retraite. Ils ont du mal à ne pas baisser les bras et, plus définitivement, le rideau. Nathalie, en tant qu’adjointe dans une municipalité de gauche, mène un combat solidaire dont on imagine mal le quotidien et les tensions, derrière le sourire rarement absent. Face à la grogne des commerçants, elle compatit mais préfère mettre l’accent sur le positif : les fonds débloqués pour les artisans et commerçants mis à mal par les travaux, les commerces innovants attractifs, et bien sûr, hors tram, la nouvelle charte des terrasses (piquez les parasols Miko avant qu’ils disparaissent, ce seront bientôt des collectors !) … Aider les artisans à s’offrir des pas-de-porte, soutenir ceux qui se déchaînent contre les chaînes, empêcher l’installation de telle banque, telle enseigne là où on rêvait de voir une activité propre à la ville se maintenir ? Nathalie nous rappelle simplement que la ville de Dijon n’a pas à donner son aval, que la liberté de commerce existe. Qu’il n’y Nathalie plaide en faveur des parkings souterrains qui font encore peur aux Dijonnais Je suis Giulietta.Mieux que des mots, ESSAIE-MOI. S A N S C OE U R, N O U S N E S E R I O N S Q U E D E S M A C H I N E S R É S E R V E Z V O T R E ESSAI S U R A L F A R O M E O. F R PERFORMANCE Système exclusif Alfa D.N.A. TECHNOLOGIE Boîte automatique Alfa TCT (2) à double embrayage ait plus de poissonnerie en ville, que Nespresso ne se soit pas encore installé rue de la Liberté, qu’il n’y ait plus que des restos autour des halles, ce n’est pas de son ressort. Quoique… Même si elle n’a pas en charge la circulation, c’est vers elle que les commerçants se tournent faute de réponses précises, l’angoisse des uns faisant d’ailleurs le bonheur des autres : « Est-ce que ma rue va devenir piétonne ? à sens unique ? avec un parking payant pour que mes clients ne tournent plus en rond avant de repartir ? » Libérer de la place de stationnement pour les clients, traiter ensemble le problème des résidents et des commerçants, tout cela fait partie des discussions en cours. Nathalie plaide en faveur des parkings souterrains qui font encore peur aux Dijonnais, des zones de rencontre où l’espace est partagé entre piétons, 2 et 4 roues (comme pour la future rue Charrue), des limitations de vitesse à 20 km/h, de la poursuite du double sens cyclable imposé par la loi zone 30, de la fin du transit automobile à travers le centre… Elle voit certainement mieux que nous l’avenir de la rue de la Liberté, ayant une vision plus globale de la situation. Elle voit les petits comme les grands, elle sait écouter, reste à savoir si on lui donnera les moyens de se faire entendre des hommes qui gouvernent ce petit monde. En attendant que ce soient des femmes qui soient au pouvoir. Une femme maire en 2020 ou 2024, et pourquoi pas ? a GB SECURITÉ La compacte la plus sûre. 87/100, meilleur note dans sa catégorie. nudant S.a. 1 ter rue antoine becquerel 21300 chenôve - 03 80 515 004 3 000 € (1) DE PRIME À LA REPRISE. (1) Vous bénéficiez d’une prime à la reprise de 3 000 € TTC pour toute commande d’une Alfa Romeo Giulietta Super neuve. Prime ajoutée à la valeur de reprise de votre ancien véhicule. La valeur de reprise est calculée en fonction du cours de l’Argus du jour de la reprise, applicable à la version du véhicule repris, ou le cas échéant à la moyenne du cours des versions les plus proches de celui-ci, ledit cours ou ladite moyenne étant ajustés en fonction du kilométrage, des éventuels frais de remise en état standard et déduction faite d’un abattement de 15% pour frais et charges professionnels. Offre non cumulable, réservée aux particuliers, valable du 1er septembre au 31 décembre 2011 dans le réseau Alfa Romeo participant. Consommations mixtes de 4,5 à 5,2 l/100 km. Émissions de CO2 de 119 à 121 g/km. Focale.info- Thomas Hazebrouck
On pourrait croire que le Dijonnais est né avec un klaxon dans les mains. Pouet, pouet. Comme je l'ai dit dans mon tout premier billet, en temps normal, pour un Dijonnais, trois voitures, c'est un embouteillage... et le Dijonnais détestant les encombrements, il préfèrera faire le tour de la ville que de patienter à deux feux de suite. Donc, là, c'est le cauchemar. On a donc la joie de pouvoir observer des comportements parfaitement détestables, tout au long du jour et quel que soit l'endroit où l'on se trouve, à pied, en vélo et bien sûr, en voiture, le long des jolies barrières violettes, ma couleur favorite. Queues de poisson systématiques, sens interdits pris par désespoir, feux rouges brûlés – et aussitôt fait, aussitôt pris, 90 € et 3 points de moins, c'est toujours ça que les Anglais n'auront pas... Le Dijonnais étant un être d'habitudes, le fait que ses repères changent à peu près tous les trois jours est très déstabilisant et parfaitement outrageant. Le pire est que tout cela est très contagieux : moi qui conduis peu, je me suis surprise à faire des signes obscènes au chauffeur de la voiture voisine, qui n'avait pas aimé que je le double sur la bonne file. Bon, pour tout vous dire, je déteste également leur manière de prendre les tournants : ils signalent leurs intentions 50 mètres avant l'endroit stratégique avec leur petit clignotant « Comment apprivoiser le Dijonnais... » par Carla Garfield C'est bien connu... le Dijonnais déteste les contretemps ! « Fabrication française » et mettent de très très longues minutes à le faire (c'est très local). Vous allez dans les magasins en ville et vous rendez compte que certains commerçants sont un peu stressés par le changement des habitudes de leur clientèle, et parfois par leur absence - enfin vous êtes sensés vous en rendre compte, ils ne sont déjà pas toujours aimables en temps normal – tandis que vous êtes traités comme la Reine d'Angleterre quand vous arrivez dans ces lieux de perdition que sont les centres commerciaux en périphérie, qui abattent du chaland toute la journée. Vous vivez en plein centre : essayez de dormir le soir, sans boules Quies. En dehors des joyeux lurons en goguette amateurs de ban bourguignon, comme partout, il y a les insomniaques qui viennent se garer devant chez vous et sortent leurs cagettes remplies de bouteilles. Des bouteilles qu’ils prennent le soin de casser consciencieusement (jusqu’à minuit, après, ils vont se coucher !) dans les containers à verre, parce qu'ils sont éco-citoyens (le vin, c'est sain) et qu'il n'y a pas de raison qu'ils ne partagent pas leur fierté de protéger la planète. Quand je ne dors pas, je rêve. Vivement l’automne 2012 ! Je vois déjà nos petits pieds fouler les gazons frais des coulées vertes de nos jolis tramways. Notre ville aura été liftée, tout un chacun pourra se déplacer facilement, les voitures seront garées sagement ailleurs, nous aurons les poumons tout propres et la seule chose à laquelle il faudra faire attention, c'est de ne pas s’en prendre un en pleine poire, de tram, tellement c’est silencieux, ce genre de merveille technologique ! a Paraboot à Dijon 5, rue François rude Tél. 03 80 30 24 86 Paraboot à Troyes 5, rue Général Saussier Tél. 03 25 73 26 75 www.paraboot.com 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 1Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 2-3Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 4-5Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 6-7Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 8-9Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 10-11Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 12-13Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 14-15Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 16-17Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 18-19Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 20-21Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 22-23Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 24-25Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 26-27Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 28-29Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 30-31Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 32-33Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 34-35Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 36-37Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 38-39Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 40-41Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 42-43Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 44-45Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 46-47Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 48-49Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 50-51Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 52-53Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 54-55Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 56-57Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 58-59Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 60-61Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 62-63Bing Bang numéro 48 sep/oct/nov 2011 Page 64