Bing Bang n°47 jun/jui/aoû 2011
Bing Bang n°47 jun/jui/aoû 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°47 de jun/jui/aoû 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Edibang

  • Format : (245 x 320) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 10,2 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... dernier été entre nous !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 03 Cuisines et dépendancesces Pour ceux qui voudraient tenter leur chance sur les « planches » D’autres ont créé la surprise en ouvrant discrètement, au 78 rue Vannerie, ce Toutalaplancha qui a fait l’unanimité auprès de ceux qui recherchaient convivialité, simplicité et qualité. Coup de pub ou coup de chance : l’équipe faisant les travaux elle-même (et même ses meubles !) , l’ouverture a été retardée de six mois, tout le monde a eu le temps de mémoriser l’enseigne avant de tester. Salade de supions à la plancha, côtes d’agneau à la plancha… Un lieu métamorphosé, étonnament sobre, idéal le soir, où l’on prend le temps de vivre, en accompagnant le tout de vins portugais.À midi, on s’offre un menu parillada à 16 € , le soir pour 25 €. (Tél 03-80-31-85-96. Tlj sf dim-lun) Dans le même genre, le restaurant La Sardine vous propose sa parillada de poissons à 24 € (je ne sais pas si Jean aura l’occasion de vous faire la leçon, mais la parillada, c’est la copine de la plancha, on les voit toujours ensemble à la fête). Cette parillada-là propose un assortiment de filets de poisson, gambas, moules, supions. Service et lieu pas si olé-olé que ça, quoique… Décor noir et blanc, musique d’ambiance et Franco pour vous servir ! Formule à prix doux le midi. Le lieu, peut-être faut-il l’indiquer, car il est perdu tout au bout de la rue Berbisey, au 124, face au pub Mc Carthy’s. (Tél 06-25-28-09-11. Tlj sf dim) Puisque maintenant vous êtes aux portes de la ville et que les plus gros travaux sont derrière vous, filez sans vous faire remarquer (les commerçants dijonnais surveillent ceux qui veulent s’échapper !) en direction de Chenove. Et arrêtez-vous chez Jean-Louis Bonnardot, qui a quitté sa sombre Ruelle, près du marché, pour une place au soleil, 51 av. Roland Carroz, à Chenove (où aurait-il pu sinon y avoir une avenue au nom de cet ancien maire ?) Pour repérer l’enseigne, facile, là aussi : Avenue 51, tout simplement (Tél 03-80-27-13-47. Tlj sf lun soir, mar soir et dim. Formules 16-19 € env le midi). Couleurs flashy, ambiance détendue, terrasse côté travaux, pour ceux qui viennent de la campagne voir ça, et jolie cour pour dîner en paix, dans une ambiance guinguette, à l’arrière. Chaleureux. Bonnes viandes côté grill, mais vous allez craquer pour le pavé de saumon cuit à la plancha. Comment ils font ? Demandez à Maisonnave ! Il fait ça très bien, avec ou sans culotte courte, quand il est près de sa piscine… Je lui laisse la parole. A vous, maestro… ▀ Gérard Bouchu Ce n’est pas une étoile lointaine, mais un délice proche de nous. Sylviane Devos, propriétaire d’une pâtisserie chère aux Dijonnais depuis 4 générations, vous propose pour l’été ce savoureux biscuit croustillant à la compotée de fraises, avec une crème légère pistachée aux burlats, recouvert d’un savoureux macaron. À déguster sur place ou à emporter. Si vous êtes plus salé que sucré, craquez pour le fameux pâté Lorrain, réalisé selon une recette de son grand père (tenue secrète !). À moins que vous ne préfériez une de ces pièces en chocolat sculptées par elle (sur commande !) tels ces cygnes noirs. Pour rester dans le domanine animalier, vous trouverez ici tout le bestiaire dijonnais en pain d’épices originaux, de la Chouette à l’ours de Pompon en passant par l’escargot de Bourgogne ! Quand l’art allie tradition et gourmandise. Destination Cassiopée Pâtisserie Mourot-Devos 83 rue Chabot Charny, Dijon. Tél : 03-80-66-45-24 Tlj sf lundi. Toutalaplancha La Sardine
k I 1 11, 11 # f j fjfjl, f 1 I 0'j 4l..r.11l Yi 11111 1117111 111 Le Saint-Fiacre - 15, rue Vauban, Dijon. Tél : 03-80-35-56-42 www.lesaintfiacre.com Fermé dimanche soir et lundi. Plat du jour 11 euros. Formules 14-17 € le midi. Cuisines et dépendances 03 Au Clos Napoléon, à Fixin : De vigne en table ! Allez saluer Le réveil de Napoléon au parc Noisot avant de redescendre vous attabler dans un « restaurant à vins » où il fait si bon jouer les touristes ! Coq au vin mijoté douze heures et duo de purées ou véritable andouillette de Chablis, sauce Epoisses, si le temps fraichit, vous « saucerez » l’assiette, comme les voisins. La salle est plaisante, l’ambiance à la bonne franquette. Si l’envie de profiter de la campagne vous prend, réfugiez-vous sur la terrasse ensoleillée. Ici, entre le clos Napoléon et le village dont le clocher pointe à l’horizon, le temps s’arrête, les voyageurs aussi. Petite carte courte mais sympathique, en terrasse, qui n’a rien à voir avec le « menu du canonnier » que vous pourrez retrouver sur le site, comme les autres, d’ailleurs… Les vins proviennent de la cave, qu’on peut visiter tout à côté, et les prix restent doux (belle sélection de vins au verre). Au Clos Napoléon 4-6 rue de la Perrière, 21220 Fixin (direction du parc Noisot). Tél : 03.80.52.45.63 www.clos-napoleon.com Tlj sf dim soir. Menu du midi à 14,50 ou 18 euros. Carte 25 € en terrasse. Sinon, menus à partir de 26 €. Le Saint-Fiacre the place to be ! ou Un resto qui a trouvé sa place au soleil ! Nouveau propriétaire, ouveau chef, ouvelle carte ! La déco, clin d’œil aux nouveaux designers de ce siècle mutant, n’a pas changé, olivier et plantes vertes sont simplement venus apporter paix et tranquillité, et il fait bon, en journée, profiter des grandes baies donnant sur la place Saint-Fiacre, ou jouer les prolongations en terrasse, rue Vauban. Bon menu du jour, le midi, à base de produits frais. Carte de saison, où le camembert au pistou et pignons rôtis cotoie la papillotte de queue de lotte braisée, crème de chorizo ou le tournedos de veau Rossini, au parfum de truffe. Desserts fraîcheur, colorés, travaillés, qui se laissent dévorer. Belle carte des vins, pour qui en douterait. Le soir, les formules apéritives permettant d’attendre la nuit en profitant au mieux du décor urbain. Et le dimanche midi, les familles profitent de la place, les enfants jouent, les plus grands font du vélo. Il n’y a pas que les touristes pour se réjouir d’avoir découvert, à l’écart de la place de la Lib, cette belle adresse au calme, entourée d’hôtels particuliers, où l’on peut se mettre au vert, ou presque. The place to be, qu’ils disaient…



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :