Bing Bang n°47 jun/jui/aoû 2011
Bing Bang n°47 jun/jui/aoû 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°47 de jun/jui/aoû 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Edibang

  • Format : (245 x 320) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 10,2 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... dernier été entre nous !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 Cuisines et dépendances 03 Grill & Cow ou comment créer l’évènement en mettant la main à la plancha loin des stéréotypes habituels Nouveautés de l’été : Texte : BingBang I Photo : Rip & Focale.info- Thomas Hazebrouck La restauration dijonnaise a (encore) du pain sur la plancha ! Dans cette ville cernée par les travaux du tram et de la Lino, il y a des courageux qui ont attendu les beaux jours pour ouvrir de nouvelles tables ou entamer leurs propres travaux. Certains ont disparu du paysage pour aller se faire voir ailleurs, d’autres reviennent. Chassé-croisé des vacances, direz-vous, pour préparer une rentrée tonique. Une nouvelle grande table en vue, des bistrots qui se refont une santé, en attendant de voir ce que sera la ville demain. Du bio, du beau, du bobo, du bon à la fois, tout le monde le dit, mais tout le monde ne le fait pas (encore). Pour que Dijon ressemble à Rennes, Bordeaux, Strasbourg, Nice, Marseille et à toutes les villes que le tram a réconcilié avec la vie saine et joyeuse, ici, il y a encore du pain sur la plancha… Petit tour d’horizon en commençant là où l’horizon s’élargit, au pied du palais des Ducs, forcément. Nouveau proprio, nouveau chef, nouvelle carte pour Le Saint-Fiacre, 15 rue Vauban.. Leur communication est simple et efficace. Ils ont recréé un petit espace gourmand où l’on se met au vert, en terrasse, à deux pas de la place de la Lib. En attendant de pouvoir se cacher sous les arbres, quand on voudra bien enlever les vélos pour les déplacer un peu plus loin. Idéal pour un apéritif prolongé, ou simplement passer un bon moment à table, le dimanche midi, en surveillant les enfants et les chiens, qui peuvent jouer en paix. Plat du jour et café 11 € ; formule autour du plat 14-17 €. Menus 25-40 €. Ouv jusqu’à 23h, sf dim soir et lun. Tél : 03-80-35-56-42. www.lesaintfiacre.com Place de la Lib, quand le soleil est de la partie, toutes les terrasses font le plein, certains se trompent,ce qui n’est pas grave si l’on passe du Préaux-Clercs au B9. Mais tout le monde ne cherche pas à s’offrir du Billoux, à grand ou à petit prix. On a déjà oublié par ici le feuilleton des deux derniers étés : le rachat de la bijouterie Perrignon et le suspense autour de l’ouverture ou non d’un gastro à la place. La montagne d’or a accouché d’une souris d’agneau. La Brasserie de la Lib n’a pas d’autre ambition que de jouer la carte brasserie, et la vie sur la place continue (tlj 7h30 à minuit, Tél : 03-80-41-92-23). À deux pas de là, 16, rue Vauban, La Causerie des Mondes a fêté l’été en organisant un pique-nique sous les étoiles : les voisins, les amis sont venus. Vanessa a gagné son pari, elle qui est revenue d’Aix pour ouvrir un salon dijonnais où l’on cause, boit, mange bio et bon à la fois. D’autres rêvent de partir au soleil, elle, elle a ramené le soleil dans les têtes. Ouv 10h-19h, sf dim et js fériés. Tél : 03-80-49-96-59. Plats entre 6 et 7 € ; compter entre 12 et 15 A le midi. La Causerie des Mondes
Autour des Halles, chaque saison apporte son panier de nouveautés, ce qui est de bon augure, quand on parle cuisine. D’un local près du marché qui n’était plus le coin le plus chaud de la Havana, les nouveaux propriétaires du Grill & Cow ont fait un petit théâtre gourmand pour vos folles soirées à venir, ayant compris depuis longtemps qu’il n’y avait plus de saison et que la vie terrasse n’était pas la vraie vie. Une mise en boîte (de nuit) savoureuse, qui prend le contre-pied de ce que l’on voit autour des marchés, un lieu décalé, chaleureux avec ses lustres à pampilles, ses fauteuils, un côté Zébra Square qui devrait attirer les amateurs de plancha et les amoureux de la vie en général : rôti pour deux à 14 € par pers, sinon poitrine de cochon caramélisée pour l’un, sole meunière pour l’autre, mais pas au même prix, faut pas pousser. Formule déj le mid en sem10,90 € (tlj jusqu’à 23h, minuit ven et sam. Tél : 03-80-50-05-88). PLANCHA ! Le mot magique, que les amoureux du sud-ouest ont intégré dans leur vocabulaire et que Jean Maisonnave, notre maître d’école, vous définit à sa façon un peu plus loin. Mais on est loin de la mer, sous les pavés ce n’est pas la plage mais le futur tram nous y emmènera peut-être un jour… plage du lac Kir, évidemment, où le bon Jean a même dégoté une plancha. Non, pas une plancha-voile, ni vapeur, c’est pas son truc. Revenons à nos moutons du centre-ville. Des Halles centrales à la place des Halles Champeaux Du pain sur la plancha, ce pourrait être le slogan de cet été un peu fou, qui ne craint pas les chauds et froids, côté température extérieure, côté cuisine aussi. Parmi les nouveautés attendues, face aux Halles, et tout à côté du Bistrot du même nom, qui compte les points, vous devriez voir bientôt apparaître un méga Pub. Non, pas une mega pub, je sais qu’on est fort, pour les fautes de frappe, mais quand même ! Un pub à l’anglaise, ou plutôt à la dijonnaise, imaginé par les associés d’Ô Bareuzai, qui frappent un grand coup… de pub. D’autres surprises côté restauration sont prévisibles rue des Godrans, désormais piétonne, tous les commerces étant enfin rachetés, ou presque. Le marché agrandi devrait s’y tenir, certains jours. De quoi donner une seconde vie à ceux qui ont souffert depuis un an du bruit et des travaux en cours, et repartent de plus belle. Comme Chez Léon, 20 rue des Godrans qui s’offre une nouvelle terrasse, une nouvelle carte, à prix doux. Eric Cordeley va jouer les prolongations de l’autre côté de la rue, glissant Cuisines et dépendances 03 des tables devant le futur mur de verdure. Pour nous refaire une santé, loin des plats en sauce traditionnels, il propose salades gourmandes et de terrines maison. Même lui s’est mis au régime, pour donner l’exemple. Formule déj autour de 14 € , et menu autour de 19 € midi et soir. Même Lazare, au service, est ressuscité, il n’en revient pas, après tant de mois d’angoisse.Tlj sf dim-lun et j. fériés. Tél : 03-80-50-01-07. Laissez les travaux du tram mettre la République en danger (elle s’en remettra, elle a l’habitude) et rejoignez le quartier Jean-Jacques, qui a entamé sa métamorphose, guettant d’un œil attentif le nouveau plan de circulation… Dommage pour Les Enfants Terribles, tout au début de la rue Jean- Jacques, ils ont raté leur rentrée. David est parti au Saint-Fiacre, avec ses recettes festives. Mais l’équipe féminine de choc qui a repris le flambeau a vu le ciel lui tomber sur la tête. Déjà mis à mal au niveau fréquentation par les travaux du tram, cet établissement sans terrasse s’est retrouvé sans toit, ou presque. Les experts vont devoir trancher sur la cause du sinistre ; un de plus sur la liste déjà lourde de ceux qui auront eu à se plaindre des travaux avant de pouvoir bénéficier demain, s’ils sont encore là, de son impact. Thomas Collomba profité du printemps pour démarrer les travaux dans la magnifique maison des Cariatides, rue Chaudronnerie, en face du Révérend Bruno, dont l’enseigne est une véritable provocation : un moine qui garde la ligne en célébrant un bar à vin-bar à jambon. La place des Halles Champeaux, à mi-chemin de la République et du Théâtre, pourrait devenir demain le centre d’un quartier des antiquaires en pleine mutation, où les boutiques de produits et les restaurants à thème risquent de se multiplier. Le vieux Dijon fait hélas partie des quartiers montrés du doigt pour les difficultés à assumer un service efficace face à l’augmentation des déchets. Les centres anciens, en Suisse, au Portugal, en Belgique, et dans d’autres villes françaises de l’importance de Dijon, ont résolu le problème. Pas nous. Il faut dire que personne ne songe vraiment à appliquer des sanctions, en ces temps troublés par les travaux du tram. Pré-aux-Clercs et B9 : suites… et faim ! Le Pré-aux-Clercs a su vivre avec son temps : il s’est agrandi l’an passé d’un brasserie de poche, aux couleurs du temps, place de la Libération, et cet été d’un hôtel de charme, tout petit lui aussi, mais qui fera le bonheur des visiteurs ayant envie de dormir au cœur de Dijon, tout en profitant des vins de la côte. Réservez une suite côté cour pour accueillir vos invités (belle-maman ne pourra plus vous déshériter !) et une table avec vue, côté resto comme côté bistrot, ce dernier ayant peut-être vos préférences si vous réglez la note. Tout sort de la même cuisine, chez « les » Billoux, les produits sont de même qualité, même si les plus coûteux vont au gastro, forcément. Avec une cave originale qui refuse de plomber l’addition, le B9 continue d’être la cantine du tout Dijon. Service haut en couleurs, qui ne manque pas de saveur, çà tombe bien. Pour une faim d’été, pourquoi se priver ? B9 : 9, pl. de la Libération. Tél. 03-80-38-32-02. Le Pré aux Clercs,13, pl. de la Libération. Tél. 03-80-38-05-05. www.le-pre-aux-clercs.com Tlj sf lun. 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :