Bing Bang n°44 oct/nov 2010
Bing Bang n°44 oct/nov 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°44 de oct/nov 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Edibang

  • Format : (245 x 320) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 15,3 Mo

  • Dans ce numéro : petits moments de bonheur entre amis !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
22 03 Cuisines et dépendances L’auberge du Clos du Roy Quand j’étais étudiant, j’habitais la ZUP de Chenôve ; vous voyez le genre. Quand on avait envie de changer d’air, on allait au café du vieux village. Un survivant. Même pas un flipper, juste des vieux qui tapaient le carton. On buvait un blanc limé avant de revenir à la civilisation, ascenseur et centre commercial. Après, le café a fermé, vingt ans. Le voilà réouvert, dites donc. Philippe Poillot a voulu lui aussi changer d’air et de genre. Il a doublé son gastro péri-zonou de ce bistrot au concept strict : terroir et cocottes. Poillot est un solide technicien, il a bossé chez Thibert et chez Meneau : le pâté en croûte, la terrine de carpe, la quenelle de brochet, le poulet au vinaigre, la tarte du jour, ce n’est pas de la camelote. Et la soupe est offerte, systématique : un symbole. A midi, le menu est une aubaine (diantre, les beaux légumes), mais on prévient : il vaut mieux s’éviter le voyage si on veut pignocher. C’est du costaud, du reconstituant du délibérément rétro (quoique, tout de même, interprété), et pas servi dans des verres, non ; dans le faitout, direct. La came est pareillement intégriste : que les propriétaires de Marsannay, blanc, rosé, rouge. Ça permet de se redire comment ce village a progressé. Allez, soyez snobs, offrez vous un ptit air de guinguette au bord des rivières de béton. P.S. : Hommage à la Municipalité de Chenôve qui a initié cette affaire. Vauban capitule devant Briones Éric Briones, qu’on a connu aux Trois Ducs, à Daix, débarque dans le vieux Dijon avec l’envie de monter en gamme. Et il y a un créneau pour ce type de restaurants dans une capitale régionale qui oublie souvent son côté « gastro ». Le tout se fait dans une ambiance complètement baroque, en complet décalage avec tout ce qui se fait par ailleurs. Mais cette petite coquetterie de mobilier ne doit pas nous écarter de la cuisine, toute ouverte sur la salle. Et dans l’assiette, le décor s’efface justement pour nous proposer une cuisine délicate, parfois à basse température, parfois exotique. Les plats servis sont précis et fins, collant pile poil à l’intitulé : foie gras, fruits secs, chutney exotiques, réduction de jus de passion, saint-pierre snacké, choux fleurs, antésite… PL Au 3 Vauban : 3 rue Vauban, à Dijon. Tél. : 03-80-30-28-09. Tlj sf dim, mar soir et mer soir (et sam midi du 1er nov au 30 avr). Menu déj 21,50-25 € ; menusurprise 38,50 €. Menu-carte au dîner 37,50 € : menu « surprise du chef » 45 €. Le Clos du Roy L’Auberge du clos du Roy : 2 place Anne Laprévote, 21300 Chenôve. Tél : 03.80.27.17.39 Ouv le midi du lun au sam et les ven-sam soirs. Menu 15 € le midi, carte 18-25 €. L’Amarylis-Moulin De Martorey Indignement sous-évalué par une presse gastronomique qui n’enquête plus que par amateurs interposés, Jean- Pierre Gillot a fini par se tirer. On craignait pour le Moulin, bief rêveur posé à une minute de l’enfer autoroutier (sortie Chalon Sud). On est rassuré. On avait connu le nouveau chef, Cédric Burtin, à Sennecey le Grand. Sennecey-Chalon, ça doit bien faire vingt kilomètres, mais on peut dire que le garçon a fait son chemin. Quel saucier ! Quelle maîtrise en général. Comme Gillot, un classique de fond avec des audaces calculées ; un peu plus prudent, peut être. Mais j’aime mieux vous dire qu’après une campagne estivale assez éprouvante, scandée par les deuxièmes couteaux et les manifestations approximatives de l’impérialisme agroalimentaire, ça fait du bien de retrouver un vrai cuisinier, une cuisine juste, inflexible, profondément savoureuse. Ça redonne le moral, tout bonnement. Et le premier menu démontre que cette cuisine-là peut rester accessible (un omble chevalier de première bourre). Tiens, c’est ça qui est immoral : qu’une telle qualité se paye à peine plus que le tout venant polychrome directement transposé de Métro aux tables affairistes. D’autant que le service est vertueux lui aussi et la cave presque aussi belle qu’avant. L’Amaryllis : Chemin de Martorez, 71100 Saint-Rémy. Tél 03-85-48-12-98. www.lamaryllis.com Menus 37-58 €. Tlj sf dim soir, lun. Service 12h-14h30, 19h-21h45. Koki 2 : l’aventure continue… à Chalon ! On l’attendait sur Dijon, mais cette ville n’attire manifestement pas Laurent Peugeot, qui a préféré ouvrir son second Koki cet automne sur Chalon. Après l’arrêt de « B comme Boko » place de la Lib, il faudra donc aller sur la presqu’île pour retrouver le concept malin lancé par le chef beaunois étoilé. Que du Boko produit à Beaune (marque déposée par la team LP, désignant des préparations culinaires conditionnées en bocaux : du frais, du sous-vide, ou du stérilisé) ; un espace de plein pied, idéal pour faire son (super)marché, on emporte ou on reste déguster au caveau ; ils ont poussé le vice du self au maximum (jusqu’au café, on s’en débrouille avec la capsule Nespresso) ; en boutiK on retrouve sinon les jus et confitures de chez Milliat, les couverts Cutipol, les thés Mariages, la charcuterie iberico bellota, les huiles espagnoles... Du bon, du pas cher, du rapide, de l’efficace ! KOKI food&shop : 36 rue de Strasbourg, 71100 Chalon-sur-Saône. Tél : 03-85-92-34-07 Tlj sf dim de 11h à 15h et de 18h à 22h
Oar a Viii L'autre Restaurant 9ist mumique Cocktail SAMEDI 23 OCTOBRE QUARTET JAZZ MANOUCHE C urk'aC des Oenaphiles SAMEDIS CONCERTS 111111. a 0 ; 1 —, L'autre entréeE"'-1 Cocktail S'.dhtEDf 25 SEPTEMBRE Cs'KE,1 (5 SAMEDI 9 OCTOBRE BLACK & BEAUTIFUL SAMEDI 6 NOVEMBRE F E. VE R SAMEDI 20 NO VEMBRE BARf(} LOCO SALSA SAMEDI d DÉCEMBRE BLACK Sc BEAUTIFUL SAMEDI 18 DÉCEMBRE QUARTET JAZZ MANOUCHE mmik RESERVATION AU 03 80 30 53 55 WV4{W. LAUTR EENTREE.CQM 9arVin Petits moments de bonheur entre amis à l’AUTRE ENTRÉE … « les samedis concerts » Le lieu s’y prête… le caveau aménagé et la salle de restaurant, vous permettront de profiter pleinement d’une soirée musicale et gourmande… Petit moment convivial assuré dans une ambiance « cosy ». Profitez également de la superbe cour gothique chauffée, pour une pause plein-air entre fromage et dessert. Lancée depuis plusieurs mois, la formule séduit tous les publics. On bavarde, chuchotte, se dandine autour d’un verre ou d’un plat de 20 H au-delà de minuit. Le nouveau chef Vincent Bourdon, ancien second d’un étoilé célèbre vous propose sa carte BISTROT : - Formule à 15 le midi et 20 le soir Carte des vins digne de la région, avec un grand choix de vins au verre. N’oubliez-pas que vous êtes également à deux pas des Oenophiles (il suffit de traverser la cour intérieure), vous plongerez dans une autre ambiance, bien connue de tous les épicuriens dijonnais. À ne pas manquer tous les midis (du lundi au vendredi), le menu affaire : 25 le midi (entrée, plat, dessert) ou 32 avec deux verres de vin. L’Autre Entrée - 19 rue Berbisey - Dijon



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :