Bing Bang n°44 oct/nov 2010
Bing Bang n°44 oct/nov 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°44 de oct/nov 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Edibang

  • Format : (245 x 320) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 15,3 Mo

  • Dans ce numéro : petits moments de bonheur entre amis !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 03 Cuisines et dépendances Restos nouveaux, air plus ancien Par Jean Maisonnave B You for You Billoux qui ouvre une mini-brasserie sur la place de la Libération, c’est en toute hypothèse un événement, même si en ce lieu spectaculaire les semblables ont poussé comme trompettes après l’ondée. Et justement, c’est un des périls de l’entreprise : de celle-ci, on attend du Billoux, et mieux encore, du Billoux à petits prix. Ce qui est, bien entendu, tout à fait irréaliste. Pourtant, le défi est relevé, même si la carte cherche encore entre le ménager frais et les bricoles à la mode, le navarin et la verrine. C’est que tout sort de la même cuisine, c’est aussi que dans la cuisine, il y a des cuisiniers ; et que les produits sont de même qualité, même si les plus coûteux vont au gastro, forcément. Ici, lapin en gelée, tourte bien travaillée, blanquette froide, de l’invention dans des classiques bonne femme. A 12 euros le plat, en moyenne, avec une cave originale qui refuse de plomber l’addition, on ne s’étonne guère de voir le B9 devenir la cantoche du tout Dijon. B9 : 9, pl. de la Libération, à Dijon. Tél : 03-80-38-32-02. le-pre-aux-clercs.com Tlj sf lun. Plat du jour 12 €. Carte 21-25 €. Vin au verre à partir de 3,50 €. L’Imprimerie a du caractère Retour sur Dijon. Le couple bouffe/bouquins, on connaît. A Marseille (l’Arsenal), les sœurs Venturini ont conduit le concept à une sorte de perfection : on y mangeait bien, on y lisait de belles choses. L’originalité, ici, c’est que les livres servent de décor. Et quand on sait que sous les livres, écrans, rames et coffrages, le décor est celui, beau et historique, de l’ancienne Concorde, on peut regretter le passé. Côté restauration, on n’a pas grand-chose à regretter, attendu que dans cette emblématique dijonnaiserie, on n’a jamais bien mangé. Pour rester positif, disons que l’intérêt majeur de l’entreprise (à filiales) c’est qu’on peut y venir (jusqu’à minuit, ça c’est bien) avec l’équipe de foot ou entre amis de tous âges. Chacun y trouvera de quoi faire : pizzas, wok, grillades, fajitas, crêpes, flammenküches et tout et tout, hamburgers compris. Pour rester positif, disons que la cave (avec pas mal de bios) est éclectique et modique. Pour rester positif, disons que c’est très vivant tout ça et, en général, rapidement servi. L’Imprimerie : 2, place Darcy, Dijon. Tél : 03-80-49-84-65 ou 03-80-30-69-43. Tlj. Carte 15-22 €. Petite balade entre amis, dans les vignes de l’Auxerrois Une idée de sortie sympa, si vous voulez allier l’utile à l’agréable, l’achat de vins d’Irancy au plaisir d’une virée dans les vignes. Accès facile : au sud-est d’Auxerre, prendre direction Avallon, puis Saint- Bris-le-Vineux, et Irancy. Au centre du village, voilà une belle petite adresse fréquentée aussi bien par les locaux que par les amoureux de la vigne en goguette, car Fabien Espana est un fou du vin, qu’il soit d’ici, et même d’Irancy, ou d’ailleurs. Il n’y a que les touristes égarés pour le prendre pour un serveur et lui demander un coca. Le chef est un bon pro, qui fait les œufs meurette et les magrets de canard aux griottes comme personne dans le secteur. Beaucoup de monde pour se retrouver sous la vigne qui traverse la salle aménagée dans l’ancienne cour, résa plus que conseillée.GB Le Soufflot : 33, rue Soufflot, Irancy. Tél. 03-86-42-39-00. Tlj à midi sf lun. Menu Soufflot 14 € sf w-e ; sinon menus 19-27 €.. itn - LorpoiE - La Cabotte n’en fait qu’à sa tête Je vous raconte : on arrive, on était seuls. Midi, grand soleil, pas de terrasse, pas de maxi salades à deux balles. Accueil pro, mais personne en cuisine. Le temps de consulter le menu et la carte des vins (qui est une splendeur sélective en Bourgogne et Rhône septentrional, ailleurs moins), on voit surgir, en provenance d’on ne soit où, deux cuisiniers vêtus de gris qui se ressemblaient comme des frères. Ouh là, je me dis, ça craint. Eh bien, la suite nous prouva que non. En deux temps trois mouvements, ces jeunes gens nous ont envoyé quatre plats dignes en effet du macaron Michelin. Cuisine assemblée, certes, mais exacte, sapide, digeste, moderne. Terrine de pommes de terre au haddock fondante, astucieuse, bien relevée. Tarte aux légumes minute, daurade sur un jus d’herbe juste centrifugé, le reste tout aussi simple, presque facile mais intelligent et maîtrisé. Même le filet de poulet, ordinairement sans esprit, est cuit et assaisonné à la perfection, à la mode thaï. Fromages un peu chiches, exquis sorbet à la verveine et fruits rouges. Menu à 28 € 50. Après, c’est plus cher, mais pour de la vraie cuisine professionnelle. Pas de terrasse, certes, mais ici le soleil est dans la cuisine, le respect infini du métier ; choses qui resteront quand les terrasses seront pliées. Profitez en. La Cabotte : 24, Grande Rue, 21700 Nuits Saint Georges. Tél : 03-80-61-20-77. Tlj sf lun midi, sam midi et dim. Menus : 28,50 € , 39,50 € et 49,50 €. B9 L’Imprimerie



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :