Bing Bang n°44 oct/nov 2010
Bing Bang n°44 oct/nov 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°44 de oct/nov 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Edibang

  • Format : (245 x 320) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 15,3 Mo

  • Dans ce numéro : petits moments de bonheur entre amis !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
18 03 Cuisines et dépendances Spécial folies nipponnes Au début, on en rigolait bêtement, on parlait d’un mouvement nippon ni méchant, on s’amusait de voir les restos chinois se transformer en japonais ou cambodgiens ; on regardait les derniers bouddhas jaunes et rouges quitter leur comptoir, comme les tableaux en plastiques, pour être remplacés par des décos plus design. Et puis Masami, comme Zorro, est arrivé, il a bossé à Beaune avec Laurent Peugeot et fait l’ouverture du Sushikai. Cet automne, on le retrouve, chez lui, dans un resto de poche, rue Jeannin, qui n’a jamais eu la réputation d’un lieu où l’on venait pour se détendre. Mais c’est ce resto aménagé avec trois tiges de bambou et beaucoup de courage qui crée l’événement. Du coup, on a envoyé Jean Maisonnave voir se qui se passait à Beaune, dans ses anciennes cuisines, avant de laisser l’ogre essayer un tout nouveau resto japonais, sur Dijon. Pour bien faire, on devrait vous reparler ici du Bento, à Dijon, qui a trouvé son style et permet de goûter de bons et vrais sushis. L’équipe n’est pas japonaise, mais travaille dans les règles de l’art et réalise une cuisine originale dans un cadre original, qu’on aime bien (sauf pour les brunchs du dimanche, quand vous êtes au milieu d’une vingtaine de morfales et qu’il ne reste rien à attraper avec les baguettes). Et les petits jeunes du Sushi d’Or, rue Neuve Dauphine, qui bossent comme des malades, et qui sourient toujours (on vous en parle dans l’intro du chapitre). A l’heure où le soleil disparaît de nos contrées, vivent ces restos qui nous donnent envie d’aller faire un tour, plus que jamais, au pays du Sourire… et du Soleil Levant ! ▀ GB Palais Nippon Si vous voulez savoir si un restaurant japonais est vraiment japonais, il y a deux indices irréfutables : les tarifs et les tempuras. Les tarifs, car un cuisinier japonais est approximativement salarié comme un chef français. Et les tempuras parce qu’ils réclament une technique bien particulière, une pâte arachnéenne, un peu de farine juste fouettée à l’eau, parfois même à l’eau gazeuse, à peine de quoi nimber le sujet, légumes ou crustacés. Sinon c’est des beignets. Ici, c’est la tendance beignets, comme dans quatre vingt pour cent des restos dits japonais, en fait des restaurants asiatiques (et non « chinois ») reconvertis à la faveur de la mode. Ce qui distingue celui-ci, c’est l’extrême variété des produits et menus. On y trouve même des sushis témaki (en cornets), ce qui est rare. Tout ça tout fait, et pas plus mal qu’ailleurs. Le « fait maison » est moins convaincant (cuissons, garnitures) mais les prix, la générosité compensent, allez, on va dire. On signale aux amoureux le menu N1, ou le N2, à cause du bateau en bois, irrésistiblement romantique ; ou même le H, mais là, y a plus de bateau, c’est dommage. La cave aussi, c’est dommage. JM'011.110.04.1 0 111 1 iii LES ATELIERS DU PARFUMEUR vous assaisonnent... délicatement. : VittiZILVA-AraValaiall 10.1.0.11, NIL LEI.4.1 EC. 3S DU PARFUMF Palais Nippon E-Prt` V efatiniaMMW.wreir frix.roDiwidedinM LES ATELIERS DU PARFUMEUR - distributeur agréé de L’Artisan Parfumeur 11, rue Mably Dijon - Tél/fax : 03 80 30 97 04 - Ouvert du lundi au samedi de 10 h à 19 h - www.lesateliersduparfumeur.com Masami t:1 J.
Carnet d’adresses Bento : 29, rue Chaudronnerie, Dijon. Tél : 03-80-67-11-50. Carte 30 €. Tlj sf mer et dim midi. Menus 13 et 18 €. Palais nippon : 18, av. Garibaldi, Dijon. Tél : 03-80-73-36-67. Tlj. Formules multiples, menus de 8 € 20 (midi) à 48 € 80 (pour deux). Sushikai : 50, rue du Faubourg-Saint- Nicolas, 21200 Beaune. Tél. 03-80-24-02-87. sushi.kai@orange.fr Tlj sf mer-jeu. Formules 17-25 € à midi (sf w-e et j. fériés) ; menus 36-58 €. Sur résa, cours de cuisine (sushi, tempura, sukiyaki) le sam à 10h45 et les lun et ven à 18h, suivis d’un repas. Masami : 79, rue Jeannin, Dijon. Tél : 03-80-65-21-80. Tlj sf dim. Menus 14,50-19 € le midi. Le soir, menus 22-48 €. Sushi d’Or : 2, rue Neuve Dauphine, Dijon. Tél : 03-80-23-84-50. Tlj sf dim, 11h30-15h, 18h30-22h30. Menus nombreux entre 8,50 et 16 €. Original, le menu Bateau-bonheur à 19,80 €. 14, place de la Libération, Dijon. Tél : 03-80-43-27-05. Sushikai Si vous avez un peu de pépète, goûtez la différence. Ce japonais-là est un vrai, avec deux cuisiniers japonais, un pour le chaud, un pour le froid. Et derrière, il y a Laurent Peugeot, qui achète et se passionne, sans franciser (sauf les desserts, heureusement). Savoir acheter, tout commence là. Le daïkon (radis) n’est pas du navet ; le shoyu (sauce) n’est pas sucré ; le shizo (herbe) n’est pas du basilic ; les poissons sont d’une fraîcheur immaculée, et le pigeon est de chez Michon (un virtuose). Le reste coule de source. A part un vague flan aux Saint-Jacques pas bien vigoureux, le reste était admirable, propre à réétalonner le tout venant du genre - sushis (on peut en emporter), sashimis, tempuras bien sûr (des vrais !) mais aussi pigeon rôti puis frit, porc ibérique ou volaille en brochettes, si consolantes après tant de yakitoris cramés. Cave très bien ciblée, même hors Bourgogne. Et heureuse cité que celle-ci, qui compte deux japonais authentiques, c’est-à-dire plus que le reste du département. JM Masami Cuisines et dépendances 03 Ne boudons pas notre plaisir, pour une fois que Dijon « pique » un chef à Beaune, on ne va pas se priver d’en parler. Bon, ne nous réjouissons pas trop vite, l’ancien chef du Sushikaï n’a pas encore l’écrin qu’il mérite mais sa cuisine est terrible. Installé rue Jeannin, dans une rue qui avait bien besoin de ça, Masami propose une cuisine 100% japonaise. La qualité des sushis est à souligner mais on s’enthousiasme à goûter à d’autres saveurs. Vous apprécierez la finesse des produits, les arômes et les saveurs japonisantes. On aime un peu moins le cadre épuré et l’éloignement des cuisines. Mais on ne peut pas tout avoir. Par contre, plats à emporter (sushi nigiri, sashimi, yakitori fermier…) PL ▀ FARINA L i b é r e z l a p a s t a ! Pâtes fraîches et chaude ambiance : c’est que que Serena et Fabrice ont voulu vous offrir, dans ce resto de poche bien dans l’air du temps. 22 places seulement pour venir partager entre amis les antipasti maison ou se réchauffer autour d’une soupe du moment avant de choisir une pasta originale. Vrai gratin à l’ancienne, avec mozzarella, basilic et jambon Rostello pour le parfumer et lui donner des couleurs… pappardelle volaille, curry, cajou et coriandre pour reprendre des forces… conchiglioni, agneau confit et saveurs orientales pour rêver d’ailleurs. Le must, ce sont les linguine proposés avec foie gras ou truffes de Bourgogne, avec quelques tranches de lard de Colonnata, s’il vous plait. Sinon, prenez simplement le plat du jour, préparé sous vos yeux, parfumé et réchauffé (si votre portable se met à sonner à ce moment-là) sous des lampes qui ne sont pas là que pour la déco. Vins italiens et desserts malins pour prolonger le plaisir de l’instant. 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :