Bing Bang n°44 oct/nov 2010
Bing Bang n°44 oct/nov 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°44 de oct/nov 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Edibang

  • Format : (245 x 320) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 15,3 Mo

  • Dans ce numéro : petits moments de bonheur entre amis !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
j’ai le ticket avec mon commerçant ! votre ticket de parking couvert * ou de bus offert Modalités et commerces participants sur www.letram-dijon.fr *parkings souterrains de la Ville de Dijon (hors Clemenceau)'nui,'II DIJON D pendant les travaux du tram du Grand Dijon Poisons eeenoer le oammeroe MÉDIACITÉ - Visuels : Fotolia, Getty.
MAGAZINE URBAIN-DIJON OCT V — NO www.Cing-hang-mag.com y'a pas de mat à s'faire du bien NUMÉRO SPÉCIAL Petits moments de bonheur entres amis ! [ÉD I PROCHAIN NUMÉRO : Début Décembre 2010 éditions... Montage couverture : Composition Phosphosis & RPat Image couverture : Fotolia PUBLICITÉ 03 80 73 01 15 ou 06 83 86 48 28 contact@bing-bang-mag.com www.bing-bang-mag.com Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél. 03 80 73 01 15 Gérant/Régie publicitaire Edibang : Richard Patouillet Directeur de publication : Richard Patouillet Direction Artistique : Phosphosis (Philippe Huart) Responsable rédaction : Gérard Bouchu - Contact : gerard@bing-bang.fr Auteurs : Gérard Bouchu, Celine Colle, Jean Maisonnave, Patrick Lebas, Carla Garfield, Thierry Binoche, Françoise Perrichet, Bridget P, Olivier Mouchiquel, Patrice Bouillot Crédit photo : T. HazeBrouck, R. Patouillet, DR Impression : Imprimerie Champagne Dépôt légal : Octobre 2010 Abonnement : 4 n°/22 euros Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés. 01 é d i t o Y’a pas de mal à s’faire du bien !!! ! Au secours, Bing Bang revient ! Allez, pas de panique, l’été nous a rendu tout gentil (ou presque). On est allé voir ailleurs ce qui se passait, pour le travail ou le plaisir et on repart pour un nouveau tour de piste dijonnais, en vous offrant, sur six mois, trois mags qui devraient vous réchauffer le coeur tout en vous rafraichissant les idées. Pour celui-ci, le thème était facile à trouver. On revenait d’Italie, de Vienne ou de Marrakech et on trouvait, en cette rentrée agitée, une France faisant la gueule, une fois de plus, alors qu’on avait vu les mêmes Français se faisant plaisir, entre amis, ou en famille, en vacances, quelques semaines plus tôt. Les mêmes ? Pas forcément. Ceux qui passent leur retraite au soleil ont bien de la chance, les autres vont devoir continuer le combat. Pas forcément de la manière indiquée par les journaux télévisés, les tables rondes sur le malaise social et en général tous les discours visant (à droite comme à gauche) à maintenir - à tous niveaux- un quelconque pouvoir sur une entreprise, une ville ou un pays. Climat d’inquiétude, peur de tout, angoisses, névroses, qu’est ce qu’on attend pour être un peu heureux, ou du moins faire semblant ? Est-ce qu’on peut dire ça aujourd’hui sans se faire traiter de réac (bon, les réactions, on est habitué...) ? De vrais petits moments de bonheur entre amis… Comment s’en sortir, se trouver un coin de ciel bleu, entre les marchands de malheur d’un côté et les faux marchands de bonheur, de l’autre ? Ceux de la télé-réalité qui vous rendent accros pas seulement à l’herbe qu’on croit plus verte ailleurs mais à une dépendance vis à vis de l’écran. Et ce n’est pas parce qu’on est protégé par un écran qu’on vit mieux ses émotions. Qui va nous donner des pistes pour comprendre le monde ? Les politiques (rires dans la salle), les commerçants, les artistes, les journalistes, les innombrables amis sur Facebook ? Amis du virtuel bonjour. Vous êtes à l’honneur dans ce numéro, même si on revient sur terre, avec tous les jeunes qui se font leur propre cinéma, sur petit ou grand écran. C’est être l’acteur de sa vie qui rend heureux, dit-on : c’est bon l’optimisme pour la santé. Il n’y a pas que les jeunes, d’ailleurs. La Madeleine Proust, de passage à Dijon un jour de manif, nous a donné une leçon de vie. Sortir, marcher dans les vignes, aller voir des spectacles, dans des appartements de 20 places ou des salles de 1000, prendre du temps en terrasse, simplement faire des fêtes entre amis : les idées ne manquent pas, vous avez été nombreux à nous en proposer, pour ce numéro. Dijon se classe en tête des villes écolo ou douces à vivre, s’il faut croire certains confrères. C’est aussi une des villes de France où la restauration a connu une fièvre du samedi soir incroyable, ces derniers mois. Et les ouvertures de boutiques nouvelles nous incitent à soutenir ceux qui osent tenter l’aventure, en ces temps difficiles. Rentrée d’argent n’est pas mortelle, c’est pas nous qui allons dire le contraire… Gérard Bouchu



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :