Bing Bang n°42 avr/mai/jun 2010
Bing Bang n°42 avr/mai/jun 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°42 de avr/mai/jun 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Edibang

  • Format : (245 x 320) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 10,7 Mo

  • Dans ce numéro : Dijion va se faire voir ailleurs !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
EKES, 0 Boutique REBECCA ECC ! U 15 place Bossuet 21000 DIJON 03 80 30 80 66
Montage couverture : Composition Phosphosis & RPat [ÉDI] éditions BLGTV ? ! ! Image couverture : Elodie Housset Elodie Housset est graphiste, Web designer et directrice artistique. Elle évolue dans divers domaines : communication, publicité, édition, événementiel et médiation culturelle. La jeune femme puise son inspiration dans la photographie, le cinéma, la vidéo, le dessin et le domaine onirique… Découvrez vite son univers sur http://h.graphic.free.fr 06 30 08 89 97 - hgraphic@hotmail.fr PUBLICITÉ 03 80 73 01 15 ou 06 83 86 48 28 contact@bing-bang-mag.com www.bing-bang-mag.com PROCHAIN NUMÉRO : JUIN 2010 Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél. 03 80 73 01 15 Gérant/Régie publicitaire Edibang : Richard Patouillet Directeur de publication : Richard Patouillet Direction Artistique : Phosphosis (Philippe Huart) - contact@phosphosis.net - 06 61 77 02 95 Responsable rédaction : Gérard Bouchu - Contact : gerard@bing-bang.fr Auteurs : Gérard Bouchu, Celine Colle, Jean Maisonnave, Patrick Lebas, Carla Garfield, Thierry Binoche, Emilie Chapulliot, Françoise Perrichet, Bridget P, Lydie Reversat Crédit photo : T. HazeBrouck, R. Patouillet, DR Impression : Imprimerie Champagne Dépôt légal : Avril 2010 Abonnement : 4 n°/22 euros Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés. 01 é d i t o SOIS ROCK ET TAIS TOI ! Un numéro pareil, on n’aurait pas pu vous le livrer cet hiver. Trop froid, trop triste. Personne ne voulait plus travailler, certains sont allés voir ailleurs si l’herbe était plus verte, le soleil plus chaud. On vous parlera d’exotisme une prochaine fois (des Antilles à Marrakech, on a rencontré des Bourguignons ayant réussi à se faire une place au soleil). Retour sur les Dijonnais réjouis qui ont suivi les Pleurants à New-York dans le cadre de l’opération connue sous le nom de code : « Dijon must art ! » Dijon qui va se faire voir ailleurs, on n’allait pas manquer de revenir là-dessus, d’autant qu’on avait envoyé discrètement notre Mata- Hari régionale passer 48 heures là-bas ! Celle qui fait parler les plus réticents s’est offert un aller-retour à New-York, cachée dans un coin de la cabine - elle a même réussi à épouser le pilote, elle est impayable ! - Elle en a profité pour faire ses courses, prendre l’air du temps, et nous donner ses impressions. I love Nouv’York ! Françoise, qui nous sert de « fil rouge » tout au long de ce numéro très « rock n’rollattitude », a renouvelé l’exploit d’une poignée de vignerons bien connus partis sur un coup de tête boire l’apéro en Concorde à Nouv’York (prononciation bourguignonne restituée) il y a une vingtaine d’années, et oui, on savait vivre, en ce temps-là. Depuis son retour, on ne lui parle plus que de « Dijon must tarte » … aux pommes, évidemment (New York…Big Apple, pour ceux qui auraient encore l’esprit fatigué par les longs mois d’hiver). Pour se venger, elle a préparé un gâteau au chocolat pour nourrir ceux et celles qu’elle avait invités chez elle pour une soirée placée sous la patronage de Sabotage, l’association qui fait bouger Dijon. Vous ne connaissez pas ? Ou mal ? C’est normal. Les Marseillais font brûler des pneus pour éviter que les touristes approchent de la mer. Ici, chacun vit dans son cercle, et le resterait s’il n’y avait pas des trublions pour servir de passerelle entre les classes d’âge, les professions, les quartiers. Soutenons Sabotage. C’est à ce petit monde, fort sage au demeurant, que ce numéro est en grande partie consacré, et à ceux qui font que la ville d’aujourd’hui ne ressemble plus du tout à celle d’hier. Dijon la déjantée Dijon, ville plus « rock n’roll » qu’on ne le croit ? Au sens où on l’utilise désormais, bien sûr. Pas question de revenir sur les éléphants du rock, sauf pour énerver Binoche. Même Jean Maisonnave, qui a fauté en son temps avec Ange, le temps d’un spectacle, n’a pas voulu célébrer les 40 ans du groupe. Bien fait pour lui, on lui a donné des cheese-burgers à tester ! Il n’a pas voulu faire non plus l’interview d’un certain François Rebsamen, qui chroniquait le rock quand lui vilipendait la création théâtrale du temps des Dépêches. Non, pas Dépêche Mode, si vous n’avez pas connu ce journal, tant pis. Par contre, les rockers d’hier étant arrivés au pouvoir, amusez–vous dans ces pages à voir d’un autre œil certaines figures dijonnaises. Et à découvrir des lieux bizarroides, des gens nouveaux. Pas question non plus de vous en mettre plein la tête. On reste léger, dijonnais dans l’âme. Sois rock et tais-toi, m’a glissé une groupie, furax. La rock n’rollattitude ayant inspiré l’équipe, vous devriez passer un moment pas triste à nous lire. C’est tout ce qu’on vous souhaite. Vous ne voudriez pas qu’on ait la prétention de vous informer, en plus, avec Dijonscope et VooTV dans la course ! ▀ Gérard Bouchu



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :