Bing Bang n°38 mar/avr/mai 2009
Bing Bang n°38 mar/avr/mai 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°38 de mar/avr/mai 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Edibang

  • Format : (245 x 320) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 16,9 Mo

  • Dans ce numéro : cuisine, déco et ambiance musicale... le renouveau.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
03 Cuisines et dépendances 20 Texte : Dick Chambertin Photo : DR La chronique de Dick Chambertin Dick back in town, pour tester le congrès Vitagora Je suis de retour. Je commence même à y prendre goût. Et ça tombe plutôt bien parce que ma mission du mois concerne justement le goût. Cette fois je suis arrivé un peu plus tard à Dijon, parce qu’il fallait que je fasse le pot de départ de ma copine Tina, qui en avait marre de bosser dans la com’. Elle me l’avait déjà dit plein de fois pendant la pause kawa : « Y a trop de cons dans ce boulot », « si tu ne couches pas, t’arrives à rien ». Il faut dire que Tina, elle plaît pas beaucoup aux hommes, elle aime les femmes. Bref, elle a décidé de se retirer de l’agence pour partir vivre en province, près de Tours, pour monter sa propre boite. Peut-être qu’un jour, je ferai comme elle, je m’installerai à mon compte, en Bourgogne pourquoi pas. Je ne sais pas si ils cherchent des informaticiens dans le coin, mais ça serait vachement bien. Parce que j’aime bien venir ici. C’est tranquille. Par rapport à Paris, on circule bien et on mange bien. Alors comme je le disais, je suis de retour pour tester un truc bizarre. J’ai pas tellement compris ce que c’était, un congrès international, m’a dit le patron de Divine Comédie, sur la bouffe, enfin, eux ils disent nutrition, ça fait mieux. Il m’a fallu la plaquette pour comprendre un peu mieux mais c’est vrai qu’ici l’alimentation, c’est presque une religion. On en fait un congrès qui fait venir des chercheurs du monde entier, des médecins et tout et tout. Ils causent pendant des mois entiers sur le pain, la farine, les fruits et les légumes. Moi je croyais que ça servait à grandir les légumes, pour quand on était petits. Eux ils disent que ça sert à faire bien vieillir. Si ils le disent. J’ai pas trop retenu le nom du truc, Vita je sais pas quoi. Compliqué comme nom. Mais bon, il paraît que Dijon veut devenir la capitale du goût. C’est bien ça comme concept. Sauf que les Dijonnais ils ont pas trop la banane avec ça, parce qu’Amora, il paraît que ça va pas trop bien, qu’ils virent des gens, un peu comme chez Renault. Et ici, la moutarde, ça fait partie du patrimoine. Et vous savez le slogan d’Amora, par amour du goût, et bien, ça ne leur dit plus rien qui m’aille, elle est bonne celle-là non ? Bon, de toute façon, la moutarde ne fait pas partie du programme de Vita machin chose. Eux, c’est vachement plus scientifique leur truc. Ils ont par exemple inventé un machin qui simule la mastication artificiellement. C’est top le truc parce que ça permet de recréer le goût que l’on a dans la bouche. En anglais, c’est plus classe, ça s’appelle Sensimouth, on dirait un nom de dentifrice. Cette bouche unique en son genre a été conçue par un chercheur dijonnais qui doit être maintenant une petite star dans son milieu. Dick Chambertin est consultant pour le site divine-comedie.com, retrouvez ses chroniques tous les mois. Moi je pensais pas qu’il y avait des gens qui étudiaient le goût des choses. C’est ce qu’ils ont essayé de dire pendant le congrès qui a eu lieu à Dijon, ce que nous mangeons est super important. Aux USA par exemple, ça fout un peu les boules, et bien la malbouffe est devenue la première cause de mortalité. Moi je crois que je vais arrêter les chips à l’apéro, c’est préférable. Ouais mais sauf que les légumes, ça le fait pas trop. Au bureau, on commande de plus en plus de sushis mais la direlo, elle dit que c’est vachement plus cher alors des fois, on commande des pizzas chez l’Italien d’en bas. En plus il est super sympa alors que le type des sushis, il est franchement pas drôle. Mais ici, les gars du congrès, ils disent qu’on peut manger des trucs bons à la santé tout en se faisant plaisir. Dans le centreville, ils ont même créé un village goût nutrition santé pour les Dijonnais afin de réconcilier les gens à la bonne bouffe. C’est vrai qu’en Bourgogne, ils ont des bonnes choses, même si y a des Mac do et beaucoup de kebabs. J’ai goûté les œufs en meurette, une spécialité. Je ne sais pas si c’est recommandé par les nutritionnistes mais en tout cas, c’est vachement bon. C’est avec une sauce au vin rouge. Et le vin rouge, un coup c’est bon, un coup c’est pas bon. Faudrait savoir. Et ça Vita je ne sais plus quoi, ils n’ont pas su me dire non plus. Note de la rédaction : Dick fait référence au congrès international « Goût nutrition santé », organisé par le pôle de compétitivité Vitagora qui a eu lieu à Dijon les 18, 19 et 20 mars. Plus d’infos sur www.vitagora.com
Chez Bruno, un nouveau Lounge… de porc Bar à vins, bar à jambons, loin, mais alors très très loin des bars trendy, Bruno Crouzat a ouvert un lieu où le terroir est roi. Et le blaireau formellement interdit ! D’habitude dans Bing Bang, quand un annonceur nous demande de lui faire sa pub, c’est justement pour faire de la réclame à son établissement. Mais Bruno lui, il veut une pub pour dire qu’il ne veut pas de pub. C’est comme ça. Il faut dire que le truculent patron du bar à vin et à jambon en a marre des blaireaux qui viennent ici juste pour se montrer et qui n’y connaissent rien en vin. Il y va fort Bruno. Mais le bonhomme est entier. Il faut dire aussi qu’il passe le plus clair de son temps à arpenter les routes du pays pour dénicher le petit produit du terroir qui va bien : les meilleurs jambons (pata negra, serrano, speck, coppa, bœuf séché…), les meilleures conserves artisanales (sardines, anchois, ventrèche de thon…), fr.. : iÇ : 1.0 la super huile d’olive (de Toscane, d’Espagne ou du Sud de la France), le balsamique (par exemple de la maison Bompana, à Modène), les truffes, le fromage et, évidemment, les plus beaux vins de Bourgogne, de la vallée du Rhône et de Bordeaux (Cros Parentoux d’Henri Jayer, domaine de la Romanée Conti, Charlopin, Rousseau, Leflaive, Ramonet, Roulot, Méo-Camuzet, Dujac…) La bouffe et le vin, c’est une vraie religion. Alors les bobos qui demandent un Perrier rondelle, il les fout dehors. Faut le comprendre Bruno, il n’aime pas les blaireaux, c’est tout ! C’est d’ailleurs écrit sur l’étiquette d’un vin de Gaillac du domaine des Causses marines que Bruno montre fièrement à ses clients. Bref, les bobos, qu’ils aillent se faire boire ailleurs, dans un des ces endroits branchés où le mobilier est flashy. Bruno il préfère mettre ses sous dans le produit plutôt que dans la déco. De toute façon, chez Bruno, il n’y a pas de place pour tout le monde. Chez Bruno, 80 rue Jean-Jacques Rousseau, à Dijon Tél. 03 80 66 12 33 Vign’A Table 79 rue de la Liberté - Dijon. Tél. : 03 80 41 66 15 Ouvert du mardi au samedi 10h à 19h Art de la table Demandez plutôt LaCarte des Vins Alors que le soleil repointe le bout de son nez, le Dijonnais cherche à s’évader. C’est un peu tôt pour sortir les merguez et le barbecue mais peut-être l’heure de boire du soleil. C’est une invitation lancée par La Carte des vins : découvrir le Languedoc-Roussillon pour se lancer définitivement dans le printemps. Rue Musette, il y a un train, express évidemment, et sans arrêt jusqu’à Narbonne. C’est ici que l’aventure commence. Le soleil, enfin, les paysages presque montagneux. On dînera c’est sûr sur les terrasses du Minervois ou à Saint-Chinian pourquoi pas. L’hiver est loin, on redécouvre la nature et les bienfaits d’une météo plus clémente. Ce soir, c’est tian aux légumes avec un vin du coin. Jean-Luc et Adrien ont leurs adresses, et leurs coups de cœur : 19 heures, à Collioure. Un petit vent vient balayer le rivage et le vignoble accidenté. Bienvenue au pays de l’anchois. Pour se mettre en bouche, un Collioure 2007 du domaine de Pierre Gaillard. Le viticulteur, présent des Côtes du Rhône jusqu’au Roussillon, nous fait partager sa philosophie : « Un bon vin, c’est une bouteille qui lorsqu’elle est finie entre amis, vous laisse un souvenir impérissable... » Le sien nous laissera en tout cas un souvenir sympathique de cette dégustation. Ici, les vins ont du coffre et du bouquet. Un vrai bain de soleil. 21 heures à Cessenon. Ce Saint-Chinian, cuvée Maghani 2004 du domaine Canet-Valette fait lui aussi parler la puissance de ce vin multi-cépages (45% syrah, 45% mourvèdre, 10% grenache). C’est un feu d’artifice de saveurs épicées façon méditerranéennes. Quel voyage ! 23 heures, « Pour qu’il ne reste pas que des paroles, j’ai créé le Mas de l’écriture », raconte Pascal Fulla. Cette cuvée, L’Écriture, le grand cru du domaine, fait la part belle au syrah. Et puisqu’il faut écrire sur cette écriture, on dira qu’elle nous réserve l’élégance, la puissance et l’équilibre. C’est déjà l’heure de repartir. Le choix sera difficile, encore une fois. Mais je repasserai c’est promis. Le voyage mérite le détour. 1, rue Musette - Dijon - Tél. : 03 80 30 45 01 ou dijon@lacartedesvins.com www.lacartedesvins.com A offrir Mesurez le vieillissement de votre vin 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :